thumbnail Bonjour,

L'intégration de Fabregas dans son propre club formateur a été plus compliquée que prévu avec l'ultra domination de Lionel Messi.

ANALYSE TACTIQUE
Par Paul Macdonald

C'était le transfert de la passion sur le besoin. Lors de l'été 2011, l'arrivée triomphante de Cesc Fabregas à Barcelone avait marqué le retour de l'enfant prodige à la maison, et avait mis fin à un flirt qui durait depuis trois ans.

Ce transfert semblait être destiné. Celui, d'un joueur formé à La Masia, envoyé à l'étranger, et devenu l'un des meilleurs milieux du monde, qui rentre chez lui.

Cependant, un problème est survenu. La production de talents à Barcelone a été infini ces dernières années, notamment dans le secteur de jeu où à l'habitude d'exceller l'ancien gunner. Sergio Busquest, Xavi, Iniesta font un enviable triumvirat difficile à bousculer. Comment Cesc pourrait donc se faire une place? Après douze mois, c'est devenu extrêmement difficile d'ignorer l'inévitable, et peut-être indésirable réponse, il ne se l'est pas faite du tout.


En 2012, Cesc a montré deux visages avec le Barca. Le joueur avait admis : "Sous Guardiola, je n'ai jamais vraiment réussi à maîtriser le système. Je jouais un autre style de jeu et de prendre en cours de route a été difficile, comparé aux autres qui baignaient dans ce système depuis longtemps."

"Certaines personnes l'année dernière pensaient qu'il me manquait quelque chose, y compris Guardiola."



FC Barcelona
CESC EN CHIFFRES

  Août 11 - Jan 12
Fév 12 - Aujourd'hui
Matches 27 25
Titulaire 21 20
Remplaçant 6 5
buts 14 1
Passes 10 8

Oui, on dirait qu'un sort à été jeté sur Fabregas. Alors que l'équipe déroulait et impressionnait en fluidité, le numéro 4 inscrit onze buts avant Noël - Accessoirement, un total qu'Iniesta n'arrivera jamais à atteindre dans une saison entière - ce qui fait penser aux spécialistes que l'espagnol est capable d'évoluer dans un rôle différent qu'à Arsenal. En tant qu'attaquant de pointe, quelqu'un capable de faire partie d'une attaque à trois aussi facilement qu'il peut redescendre dans l'entrejeu.

Mais les statistiques et l'état de grâce ont vite chuté. Les buts se sont fait plus rares, et les passes décisives sont futiles quand on sait qu'elles ont été effectuées lors de victoires contre le Leverkusen et Osasuna, et que les autres ont eut lieu lors du match face à l'Hospitalet, en Copa del Rey (victoire 9-0)

Les retrouvailles ne se font jamais de la manière dont vous vous y attendez. Fabregas se languissant de revenir à la maison, mais le fait est que son style de jeu et celui si particulier du FC Barcelone ne sont plus les mêmes. Il doit maintenant réapprendre à se fondre dans le moule, afin d'être sur la même fréquence.


ARSENAL v SPURS: 31/10/09
UN JOUEUR LIBRE : Cesch a excellé dans ce rôle

À Arsenal, Cesc était le meneur de jeu attitré, l'atout prodigieux et indispensable. Sa sphère d'influence était si grande qu'il avait carte blanche pour collecter les ballons et les distribuer aux attaquants (d'abord Emmanuel Adebayor, ensuite Robin van Persie). Il recevait et créait, dans une partie du terrain bien définie. Grâce à son placement, sa technique et sa vista, il a prospéré à Arsenal.

Sa performance lors de la large victoire 3-0 lors du derby face à Tottenham est le parfait exemple de ce que Fabregas était à Arsenal. Précis, imposant son rythme, il était la force motrice de cette équipe, et le centre d'attention des journalistes ce qui lui a valu de nombreux éloges.

Mais les trois milieux centraux sont tous interchangeables, et Cesc a peiné à comprendre que son jeu sur le terrain nécessitait une adaptation. Il l'a donc fait remarquer : "C'est de ma faute, vraiment. J'essaye d'être ce que je ne suis pas. Je ne suis ni Xavi, ni Iniesta, ni Thiago."

Peut-être que son autorité limitée est une excuse plus logique que ces carences techniques ou tactiques. Au Camp Nou, la sphère qu'il occupait à Arsenal est envahie pas un certain individu ; Lionel Messi. Au cours des trois dernières saisons, l'Argentin a migré de la droite pour devenir un attaquant central, plus précisément, un "faux neuf" qui survole le terrain de la surface de réparation à la ligne médiane. C'est son domaine et ceux qui pensaient avoir une chance en pointe sont soit partis (Zlatan Ibrahimovic), soit ont été forcés à la délocalisation (David Villa).

Guardiola a placé Messi sur un piédestal - pourquoi ne le ferait-il pas? Le triple Ballon d'Or a raté 151 minutes au total lors de la saison 2011-2012. Il est pratiquement omniprésent. Alors, Cesc semble encore chercher l'endroit où il doit opérer, dans le cadre d'un milieu à trois, avec Messi qui engloutit toute la zone centrale. Un joueur comme Iniesta trouve naturellement sa position à gauche et choisit ses moments à bon escient pour avoir un impact sur le jeu, et pour être complémentaire avec l'Argentin. Cesc reste alors souvent hors de la zone de Messi, et se trouve relégué à un rôle de soutien, se contentent de faire circuler le ballon plus que de fournir la dernière passe.


BARCA v VALENCIA: 2/9/12
L'ENVAHISSEUR : La présence de Messi a réduit le champ d'action de Cesc

C'était une évidence contre Valence, ce Dimanche. Cesc a été à muselé et après avoir envoyé une chance au ras du poteau tôt dans le match, il a disparu de l'entrejeu. Il sera remplacé à l'heure de jeu.

Avec ces trois titularisations cette saison, il a joué plus qu'Iniesta - 185 contre 128 - et en ce laps de temps, il a fait deux frappes, dont

une cadrée, et une passe décisive. Iniesta, en comparaison, a frappé cinq fois au but, en cadrant deux, et délivrant deux passes décisives. - Ceci avec deux rentrées depuis le banc, même s'il est, par nature, plus avancé sur le terrain.

Mais certains disent que si Tito Vilanova a donné autant de temps de jeu à Fabregas, c'est parce que ces confrontations de Liga étaient proches de la Supercoupe d'Espagne contre le Real Madrid. Dans ces deux matches importants, Fabregas n'a joué que 10 minutes.

Cesc est donc confus, son manque d'identité apparente à son propre poste le frustre. Il a affirmé que sa méforme était dû à un "blocage mental" et a parlé de son comportement actuel : "Si je dois être mécontent chez moi, qu'il en soit ainsi, mais je ne laisserai jamais mes coéquipiers ou mon coach le voir".

Son insatisfaction est cependant plus palpable de ce qu'il croit. Cesc n'a pas réussi à comprendre ce que

Guardiola voulait de lui, et il semble que Vilanova va devoir se gratter les méninges pour extraire le meilleur d'un footballer incontestablement doué, mais de plus en plus marginalisé au Camp Nou.

Relatifs

From the web