thumbnail Bonjour,

L'année civile 2012 touchant à sa fin, le duel entre le Barça et le Real devrait décider ce dimanche du futur lauréat du Ballon d'Or FIFA.

ANALYSE
Par Sam Lee

Certains ont remporté des distinctions internationales, d'autres ont remporté des titres sur la scène domestique, d'aucuns ont réalisé les deux exploits d'aucuns, mais il y en a aussi qui n'ont rien gagné en cette année 2012. C'est le cas de Lionel Messi notamment. Et, paradoxalement, le stratège argentin est toujours le mieux placé pour remporter le Ballon d'Or cette année, parmi les quatre postulants désignés pour cette récompense. Le hasard faisait souvent bien les choses, le quatuor sera réuni ce dimanche à Camp Nou pour le fameux Clasico.

La prestigieuse récompense a suscité plus de controverses que jamais en cette année 2012, avec des spéculations qui ont laissé croire que le récent mal-être de Cristiano Ronaldo du côté de Madrid est dû au fait qu'il n'est pas assez soutenu par Iker Casillas en vue de ce Ballon d'Or, tandis que d'autres bruits ont fait état d'une grande joie dans le camp espagnol après qu'Andres Iniesta se soit accaparé du titre du meilleur joueur UEFA de l'année.

Messi, Ronaldo, Casillas et Iniesta vont donc se retrouver dimanche pour une énième réunion à l'occasion du Clasico - le 13e en seulement 18 mois - et il n'est pas bête de penser que celui qui tirera le mieux son épingle du jeu à l'occasion de cette confrontation améliorer sérieusement ses chances en vue de l'obtention du précieux trophée.

Ceux qui seront appellés dans quelques semaines à voter pour ce Ballon d'Or ne vont certainement pas rester insensibles à un éventuel triplé de Messi, au travail de distribution d'Iniesta, aux arrêts de Casillas sur sa ligne ou encore aux arabesques et aux accélérations de Cristiano Ronaldo. En somme, les quatre stars joueront gros durant cette palpitante soirée.

IKER CASILLAS

Goal.com 50 Position: 2e
2012 STATS REAL MADRID
Apparitions 40
"Clean sheets" 10
Penaltys sauvés 3
2012 STATS ESPAGNE
Apparitions 12
"Clean sheets" 8
Penaltys sauvés 1

C'a a été une année magnifique pour Iker Casillas, mais aussi assez curieuse. Après avoir concédé deux égalisations en fin de rencontre lors des duels face à Malaga et Villarreal en fin du dernier exercice de la Liga, le dernier rempart espagnol s'est retrouvé sous les feux des critiques et l'on s'inquiétait si ses sorties en dents de scie n'allaient pas priver le Real Madrid du titre qui lui était promis.

En fin de compte, il n'en fut rien. San Iker a parfaitement rebondi, jouant un grand rôle dans la conquête de la Liga de la part des Los Blancos. Et si ces derniers ont impressionné offensivement en marquant un total de 121 buts, il est incontestable que le nombre réduits de réalisations qu'ils ont concédé (21) reflète la grosse saison réalisée par leur dernier rempart. L'idole de Bernabeu a aussi été très brillant en Ligue des Champions. Malheureusement pour lui, ses deux pénaltys sauvés en demi-finale contre le Bayern n'ont pas suffi à qualifier le Real pour la finale. Son rêve de remporter une troisième Ligue des Champions s'était évaporé.

Casillas a aussi fait parler son talent lors d'une autre demi-finale, celle de l'Euro. Un soir de juin à Donetsk, il a été le grand artisan de la victoire aux tirs au but acquise aux dépens du Portugal. Quelques jours plus tard, avec ses coéquipiers de la Roja, il soulevait son deuxième Trophée Henri Delaunay.

Naturellement, de par ses performances lors du tournoi continental, Casillas s'est attiré pas mal d'éloges et aussi des appuis en vue de l'obtention du Ballon d'Or FIFA. Il se murmure que beaucoup de monde, du côté de Santiago Bernabeu, voudraient le voir gagner ce prix, au lieu de Cristiano Ronaldo. Cela dit, en toute objectivité, il aura du mal à bousculer la hiérarchie, à moins peut-être d'une performance exceptionnelle dimanche soir à Camp Nou.

ANDRES INIESTA

Goal.com 50 Position: 4e
2012 STATS BARCELONE
Apparitions 36
Buts 4
Passes 11
2012 STATS ESPAGNE
Apparitions 10
Buts 1
Passes 3

En 2010, on pensait au sommet de son art, mais depuis, le petit génie du Barça n'a pas cessé de progresser et son année 2012 a été remarquable à plus d'un titre. Certes, ses stats personnelles ne sont pas aussi ébouriffantes que celles de ses rivaux, mais ses prestations le sont à coup sûr.

Iniesta a joué moins de matches que les trois autres postulants pour le plus prestigieux des trophées individuels. Toutefois, l'impact qu'il a eu dans le principal triomphe de l'année, celui de la sélection espagnole à l'occasion du dernier Euro, a été des plus tangibles et lui a valu la reconnaissance de tous ses pairs.

Il a été le chef d'orchestre de la Roja tout au long de l'épreuve. Match après match, il a su inspirer son équipe et la mener vers la gloire à travers des gestes, des passes et aussi des éclairs, que très peu de joueurs aux monde sont capables de réaliser. Une facilité et une aisance technique qui demeurent un régal pour les yeux et dont on ne s'en lassent pas.

Sur la scène nationale, Iniesta n'a pas été spécialement en vue, mais ce n'est que le reflet de la saison réalisée par le Barça. Une saison achevée sans le moindre titre. Une rentabilité à peine supérieure à la moyenne que l'intéressé a su, plus ou moins, faire oublier à travers une grosse sortie en finale de la Copa del Rey. Face à l'Athletic Bilbao, il fut notamment auteur d'une superbe passe décisive pour Lionel Messi.

Ayant déjà gagné les titres de meilleur joueur de l'Euro et celui de la dernière Ligue des Champions, Iniesta a de quoi influencer les votants en vue du Ballon d'Or. Durant les 12 derniers mois, il a su susciter l'admiration des journalistes, des entraineurs et des joueurs et, à partir de là, cela ne serait pas une très grande surprise s'il venait à s'adjuger un magnifique triplé en janvier prochain.

LIONEL MESSI

Goal.com 50 Position: 3e
2012  STATS BARCELONE
Apparitions 44
Buts 54
Passes 26
2012 STATS ARGENTINE
Apparitions 6
Buts 9
Passes 0

Que pourrait-on dire à propos de Lionel Messi que ce que n'a déjà été dit. Triple détenteur de ce Ballon d'Or, le milieu offensif argentin s'est mis dans des predispositions idéales durant l'année en cours pour s'offrir un quatrième trophée consécutif. Peut-être insister sur ses stats ahurissantes; avec son club et sa sélection, il a inscrit un total de 63 buts, ce qui fait plus d'un par match. Et au niveau des passes décisives, il a été presque aussi performant avec une moyenne d'au moins un service délivré pour ses partenaires buteurs en deux matches.

Depuis ses débuts en pros, El Pulga n'a jamais atteint un tel sommet au niveau de rentabilité, et son incroyable année gagne encore plus en relief lorsqu'on se remémore qu'il a marqué trois buts, ou plus, lors d'un match à huit reprises, y compris en mars dernier lorsqu'il est devenu le premier joueur de l'histoire moderne de la Ligue des Champions à signer un quintuplé (face au Bayer Leverkusen). Comme si cela ne lui suffisait pas, il s'est également rendu auteur d'un hat-trick un soir de juin lors de la rencontre opposant sa sélection argentine au Brésil.

José Mourinho et Zlatan Ibrahimovic se sont joints pour affirmer que Lione Messi ne doit pas être primé cette année pour le Ballon d'Or car il n'a remporté aucun titre collectif. Un point discutable, mais il y a à noter qu'il s'agit là de deux personnes aux égos démésurés, et qui ont à maintes fois été touchés dans leur orgueil à cause des prouesses du prodige blaugrana.

Et puis cette remarque n'est pas forcément vraie, puisque Messi avait mené les siens à la victoire en finale de la dernière Copa del Rey. Un trophée mineur, mais qui demeure un trophée quand même. S'il est de nouveau élu Ballon d'Or, l'Argentin pourrait non seulement être considéré comme le meilleur joueur du monde en activité, mais aussi comme le meilleur de tous les temps. 

CRISTIANO RONALDO

Goal.com 50 Position: 1e
2012 STATS REAL MADRID
Apparitions 42
Buts 47
Passes 7
2012 PORTUGAL STATS
Apparitions 11
Buts 5
Passes 3

L'Euro 2012 a très mal commencé pour Ronaldo et on le croyait alors hors course pour remporter le deuxième Ballon d'Or de sa carrière. Mais, après deux matches décevants, la star lusitanienne s'est retroussée les manches et a réussi un rebond des plus fulgurants. Face aux Pays-Bas et contre la République Tchèque, c'est lui qui fut l'artisan numéro un des victoires du Portugal, avec des buts particulièrement sublimes.

Ses deux performantes ont été impressionnantes au point où on a presque oublier les précédentes. Malheureusement, il s'en est suivie une frustrante élimination en demi-finale contre l'Espagne. Un échec dur à encaisser à plus d'un titre. Il reste toujours sans le moindre titre gagné avec son pays, et ce revers n'était pas fait pour le favoriser afin de détrôner Lionel Messi de son piédestal.

Toutefois, Ronaldo reste assez bien placé pour redevenir le football numéro un au monde, si l'on se réfère à ce qu'il a accompli avec son équipe du Real. Sous le maillot merengue, il a enquillé les buts comme jamais et il a aussi franchi un pallier en devenant décisif lors du fameux Clasico contre le Barça. En avril dernier, c'est lui, d'ailleurs, qui a fait le chuter la machine blaugrana en signant le but de la victoire. On pourrait aussi se ressasser les triplés qu'il a réussis lors des deux dernières journées de la Liga.

Le véritable bémol de l'année de Ronaldo ne se situe pas à l'Euro, mais en Ligue des Champions. En ratant un tir au but lors de la demi-finale face au Bayern, il a indirectement contribué à l'élimination de son équipe. Un échec qui l'a marqué, quoi que ses partisans puissent en dire.

Dans la refléxion de ce qui vont voter pour le Ballon d'Or, la qualité et le talent dont se caractérise Cristiano Ronaldo pourraient peser lourd. Par contre, il y a aussi quelque chose qui puisse le desservir, à savoir son côté starlette qui commence à agacer beaucoup de monde, y compris dans son propre camp. Un trait de caractère dont il serait bien inspiré de se débarrasser pour devenir encore plus aimé.

Suivez Sam Lee sur

Relatifs