thumbnail Bonjour,

Avant le duel au sommet de la 11e journée de PL entre Manchester United et Arsenal, les supporters des deux clubs emblématiques vous livrent leur avis !

Propos recueillis par Laetitia Jacquesson

Flora Moussy, journaliste à Foot123 et supportrice de Manchester United depuis toujours, et Julien Quelen, étudiant en journalisme et grand admirateur d'Arsenal, se sont livrés au petit jeu de l'interview croisée avant le duel au sommet entre Gunners et Mancuniens dimanche. Si Flora espère que Man United "limitera les dégâts" cette saison, selon Julien, "Arsenal a les moyens de gagner la C1". Interview.

Qui va gagner dimanche et pourquoi ?!

Flora Moussy : Je t'en prie Julien, honneur au leader !
Julien Quelen : Difficile de dire qui va gagner. C'est souvent un match très chaud et indécis. Je crois que peu importe le classement à l'instant T, c'est un match qui peut basculer dans les deux sens puisque l'intensité, les duels et la volonté de gagner des deux équipes seront décuplés. Avantage pour Arsenal qui est en grande forme, je ne vois pas bien, dans le jeu, comment United pourra faire du mal à cet Arsenal là. Après, Manchester revient bien mais leur dernière sortie en C1 prouve qu'il y a encore pas mal de boulot. Côté Gunners, tous les voyants sont au vert, la défense est remarquable, le milieu de terrain est sans doute un des tous meilleurs d'Europe et ça marque devant. Si United veut exister, même devant son public, il faudra qu'il joue à un niveau qu'il n'a pas encore montré cette saison.
Flora Moussy : Si Arsenal a été capable de perdre face à un Chelsea un peu moyen cette saison, je pense que la défaite à Old Trafford est tout à fait envisageable. C'est certain qu'Arsenal arrive avec beaucoup de confiance (trop peut-être). Je pense que ce match peut être un tournant dans la saison des deux équipes. Pour United il n'y a pas d'autres choix que la victoire sinon il serait relégué à 11 points, et là ça deviendrait vraiment compliqué. Cette année à OT, MU est loin d'être impérial, mais justement ce match pourrait être une référence pour cette équipe. United a plus que les qualités nécessaires pour faire chuter Arsenal, surtout si RVP et Rooney continuent sur leur forme du moment.
Julien Quelen : Sérieusement, la défaite face à Chelsea ? (rires)
Flora Moussy : Oui pourquoi ?
Julien Quelen : Parce qu' Arsenal a commencé avec Monreal, Jenkinson, Miyaichi, Fabianski, Vermaelen et Bendtner....
Flora Moussy : Vermaelen qui était juste capitaine l'année dernière quoi.
Julien Quelen : Je ne dis pas que ce sont des mauvais joueurs, je dis qu'ils ne jouent pas cette année et surtout que ce ne sera pas du tout cet Arsenal là qui sera à Old Trafford dimanche, mais si tu penses vraiment que cette défaite en League Cup face à Chelsea est un argument, alors soit.
Flora Moussy : Je ne dis pas que c'est un argument, mais juste qu'Arsenal peut perdre face à Chelsea, à Dortmund... Ce n'est pas une équipe invincible.
Julien Quelen :  Tu peux même rajouter Aston Villa.

« L'arrivée d'Özil a changé l'état d'esprit des joueurs d'Arsenal »

Cinq victoires seulement en Premier League (après 10 journées), qu'est-ce qui cloche à Manchester United  ?

Flora Moussy : Pas mal de choses (rires). Il y a un problème défensif déjà. Moyes a dû aligner au moins quatre charnières centrales différentes cette saison à cause des blessures. C'est compliqué pour des joueurs comme Smalling et Jones qui migrent un peu partout sur le terrain pour combler les trous. MU prend beaucoup de buts, beaucoup trop et encore De Gea est excellent depuis le début de saison. Après, il y a un soucis au milieu de terrain où Kagawa et Fellaini ne trouvent pas leur place. Carrick est trop souvent seul pour faire tout le boulot. Cleverley s'est blessé en plus. Il manque vraiment un créateur, et Anderson est loin du compte à ce niveau là. Je dirais que paradoxalement, l'attaque est vraiment le point fort sauf que souvent MU n'arrive pas à marquer, comme hier contre la Sociedad, pourtant RVP, Rooney et Chicharito sont très bons. Januzaj apporte vraiment un gros plus en ce moment. Le problème se situe d'avantage au niveau de l'état d'esprit. Il n'y a plus la même envie de gagner, la même peur de perdre qu'avait insufflé Ferguson. Les joueurs se battent beaucoup moins et se résignent facilement. Le Fergie time, ce n'était pas pour rien mais aujourd'hui, les réactions sont difficiles à obtenir.
Julien Quelen :  Je pense que le début de saison compliqué est en grande partie dû au changement d'entraîneur, donc de méthodes et d'état d'esprit, ce qui rejoint ce que dis Flora. Mais je vois aussi l'été mouvementé comme une explication. L’épisode Rooney qui a pesé dans beaucoup de têtes parce que c'est un élément central du vestiaire et le mercato raté. Pas de joueurs recrutés pendant l'été, Fellaini à la dernière minute qui n'était à priori pas vraiment voulu. Et je dirai pour finir que la tournée asiatique de préparation était un signe précurseur de débuts difficiles.

A l'inverse, comment expliquez-vous qu'Arsenal réalise un aussi bon début de saison ?

Flora Moussy : Il n'y a pas si longtemps, ils avaient déjà démarré en trombe et étaient même en tête avec le boxing day. Souvent, c'est plus en milieu de saison que ça pêche. L'arrivée d'Özil a changé l'état d'esprit des joueurs aussi, ils ont commencé à croire en eux et en leur potentiel. C'est ce qu'il manquait à Arsenal depuis des années, un bon état d'esprit, une envie de gagner tout simplement... Ne plus avoir cette 4e place sans cesse en tête avant même que le championnat commence.
Julien Quelen : Dans le jeu, sur toutes les lignes, c'est beaucoup plus fort. La charnière Mertesacker-koscielny fonctionne très bien, avec le Français qui confirme être un excellent défenseur central et l'Allemand qui après une phase d'adaptation à la Premier League s'est parfaitement acclimaté. L'an dernier il était sans cesse surpris de l'impact et surtout pas habitués à une débauche d'énergie pareille en raison des espaces laissés en Angleterre. Du coup, ça ne sera jamais un joueur rapide mais il a su s'adapter en compensant par un très bon sens de l'anticipation et du placement, ça paye cette année. Au milieu, Flamini joue un rôle essentiel de sape, il est tout le vice que n'avait pas Arsenal. Il donne des coups, gratte des ballons et soulage énormément les centraux. Dès qu'il est à la relance, il trouve des joueurs comme Özil, qui est juste le meilleur joueur du monde à son poste. Ramsey s'est révélé, Wilshere revient à son meilleur niveau, et Giroud a énormément progressé. Le tout combiné donne une équipe incroyable avec un super jeu. Ce que dis Flora est aussi vrai, même si je pense que la confiance est inhérente aux victoires plus qu'à l'arrivée d'Özil.

« Difficile à accepter qu'un joueur comme Özil préfère aller à Arsenal plutôt qu'à Man Utd »

En parlant d'Özil, est-ce que ça vous a rendu un peu jaloux, vous les supporters de Man United, qu'il débarque à Arsenal  ?

Flora Moussy : Je ne pense pas que le terme de jalousie soit vraiment approprié, mais ça en a énervé plus d'un oui, plus parce que le mercato de United a été décevant. Sans manquer de respect aux Gunners, c'est difficile à accepter qu'un joueur comme Özil préfère aller à Arsenal plutôt que chez le champion d'Angleterre en titre. Et puis, ça a aussi réveillé l'absence de Ferguson car beaucoup estiment que s'il avait été là, Özil aurait signé.
Julien Quelen : Özil est un diez de corazón comme disent les spécialistes argentins du poste. Wenger a eu le discours (il parle couramment allemand) et surtout, il est venu là où une colonie allemande commence à fleurir. Mertesacker, Gnabry, Podolsky dont il est très proche. Il n'y a pas eu que United sur le coup, Özil a refusé plusieurs clubs.
Flora Moussy : C'est normal qu'un joueur comme lui soit convoité, mais si United avait recruté un grand nom, la réaction n'aurait pas été la même.

Julien, quel mancunien aimerais-tu piquer à Man Utd ? Et Flora, quel Gunner aimerais-tu avoir à MU ?

Flora Moussy : Très clairement Özil. C'est exactement le profil de joueur qui manque à MU.
Julien Quelen : : J'hésite entre De Gea et Wayne Rooney parce que la rancœur m'empêche de dire Van Persie. C'est un attaquant qui manque le plus, donc Rooney.
Flora Moussy : Vu les performances de Szczesny parfois ...
Julien Quelen :  C'est bien pour ça que j'hésite. Mais ce n'est pas un tocard et Wenger croit beaucoup en lui. Après j'ai un sérieux doute sur le fait que Giroud tienne la pointe seul toute la saison, surtout avec une Coupe du monde en fin de saison. Arsenal a vraiment besoin d'un attaquant.

« Wenger est un grand entraineur mais il n'est en rien comparable à Ferguson » / « Il était temps pour Sir Alex de partir »

Si les Gunners remportent le match choc contre Man Utd, considérerez-vous qu'ils seront favoris pour le titre de champion ? Car en plus du plan comptable, une victoire dans ce genre de rencontre aura surement un impact important au niveau du mental de l'équipe...

Julien Quelen :
Ils seront encore suspendus aux résultats de Tottenham, de Chelsea et de City. Parce que 5 points, ou 6, ce n'est pas une avance qui permet de dire qu'Arsenal est le favori. La période de Noël est très importante en Angleterre et généralement, si tu négocies bien le virage de décembre, là tu te places en favori unique. Maintenant; il reste des matchs avant ça. Battre United à Old Trafford signifierait que les Gunners peuvent gagner sur tous les terrains d'Angleterre et incontestablement Arsenal est déjà l'un des favoris au titre.
Flora Moussy : L'avantage de la Premier League, c'est qu'à chaque début de saison, 4 ou 5 équipes sont candidates au titre. Arsenal l'a confirmé avec son bon début de saison et encore plus avec sa victoire face à Liverpool, alors c'est sûr qu'un succès à Old Trafford accentuerait ce statut. Mais il ne faut pas oublier que United est loin de son meilleur niveau et que le match référence restera peut-être celui face à City ou Chelsea. Arsenal est souvent venu gagner à Old Trafford sans pour autant confirmer derrière et je rejoins Julien sur l'importance de la période des fêtes, ce n'est qu'à ce moment là qu'on pourra vraiment savoir ce que vaut Arsenal.

Sir Alex Ferguson est parti... Enviez-vous Arsenal d'avoir encore son technicien emblématique et pensez-vous que MU va mettre du temps à se relever du départ de Sir Alex ?

Flora Moussy : Le jour où un supporter de United dira qu'il envie Arsenal pour Arsène Wenger je pense qu'il aura perdu la tête ! Non, vraiment pas. Wenger est un grand entraineur mais il n'est en rien comparable à Ferguson et même s'il est parti, sa marque restera toujours sur le club. Son départ, c'est clairement le plus grand bouleversement que pouvait connaitre United. On le redoutait. Aujourd'hui que c'est arrivé, ça confirme les doutes. L'après Ferguson est compliqué à gérer mais même si Moyes est critiqué notamment pour ses choix tactiques, il est dans la même veine que Ferguson et c'est en ce sens que la transition reste malgré tout assez douce. Cette année va être compliquée et le mieux est de limiter les dégâts. Ferguson était à Old Trafford lors du match contre Stoke, il est même allé dans les vestiaires avant le coup d'envoi, il n'est plus Manager certes, mais il est et sera toujours là.
Julien Quelen : Pour moi, il était temps pour Sir Alex de partir. La dernière Ligue des champions remportée par United remonte à 5 ans maintenant. Et en 5 ans, ils ont été 4 fois champions d'Angleterre. Ce qui traduit un essoufflement, pas du discours, ni de la façon de faire, mais peut-être n'avait-il plus l'énergie nécessaire pour amener le plus qui aurait permis à United de redevenir une des toutes meilleures équipes d'Europe. Après la longévité n'est pas une fierté quand on ne gagne pas. United s'en foutra d'avoir un Manager en place depuis trois ans si en 2017 ils ont trois titres de champions et une C1.
Flora Moussy : C'est valable pour Wenger alors.
Julien Quelen :  Oui carrément, ça marche pour Arsène. Là, si Wenger qui est en fin de contrat à la fin de l'année est prolongé alors qu'Arsenal n'a aucun titre encore cette saison, je pense que ce serait une énorme erreur.
Flora Moussy : Le plus gros atout de Ferguson c'est justement d'avoir associé longévité et succès. Quand tu dis qu'en 5 ans on a été 4 fois champions d'Angleterre et que ça traduit un essoufflement, je ne comprends pas trop ! Chaque club marche par période c'est impossible de rester sur le toit de l'Europe pendant des années, pourtant United entre 2006 et 2011 l'a fait. Ferguson il aurait pu avoir la même niaque jusqu'à 90 ans s'il faut, ce n'est pas le soucis. Il est parti parce qu'il avait des problèmes de santé et des soucis personnels surtout.
Julien Quelen :  Je parle d'essoufflement parce que malgré les 4 titres de champions, je trouve que United était une équipe qui s'endormait. Mais tu l'as dis, ça marche par période. Celle de Sir Alex, aussi magnifique fut-elle, avait assez duré.
Flora Moussy : Je ne sais pas ce qu'il te faut. Si gagner 4 titres de champion d'Angleterre en 5 ans ne suffit pas !
Julien Quelen : Ce n'est pas à ce niveau-là que je parle. Je vais te faire la comparaison avec le Barça. Pour moi, Martino fait énormément de bien aux Catalans parce qu'il insuffle quelque chose de nouveau. Alors qu'ils s'endormaient sur un style et des principes qui les enfermaient. Ça ne les empêchait pas d'être champion d'Espagne... Pour moi, Ferguson avait fait son temps.

« Evra s'était exprimé comme le dernier des cons »

Etes-vous nostalgiques de l'atmosphère électriques des MU-Arsenal d'il y a 10 ans, lorsque les deux équipes jouaient le titre et que Patrick Vieira et Roy Keane se frictionnaient dans le couloir ?

Julien Quelen : Un supporter d'Arsenal est forcément nostalgique de la période des invincibles.
Flora Moussy : Personnellement non, si Arsenal pouvait continuer de lutter pour la 4ème place, ça m'irait parfaitement !

Pensez-vous, à l'instar de Patrice Evra il y a quelques années, qu'Arsenal est encore une équipe de gamins ?

Julien Quelen :
Je n'ai jamais pensé ça et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer. Même si je comprend bien ce qu'Evra avait voulu dire, en s'exprimant, comme d'habitude, comme le dernier des cons.
Flora Moussy : Non, je ne pense pas. Arsenal a su (peut-être) entrer dans une autre dimension en changeant cet état d'esprit qui lui valait l'image un peu de "loser" auprès des autres équipes. Après cette réflexion elle est pas sorti juste de la bouche d'Evra. Beaucoup parlaient de "Baby Gunners", c'était la politique du club donc faut accepter aussi cette image en retour. Aujourd'hui, lorsqu'on regarde Arsenal, il n'y a pas de grande star à proprement parler à part Ozil qui vient d'arriver. L'équipe a été construite depuis des années autour de ces jeunes-là et maintenant, ces joueurs sont en train d'exploser et de prendre une autre dimension.
Julien Quelen : Je suis d'accord pour dire qu'Arsenal était une équipe qui manquait d'expérience pour s'imposer au plus haut niveau. Ce n'est plus le cas, les joueurs phares ont tous un vécu européen et international.
Flora Moussy : Peut-être pas au plus haut niveau quand même. Giroud a quoi comme expérience en Ligue des champions ?
Julien Quelen :  Celle de l'an dernier et un Euro au niveau international. Alors c'est maigre mais ce n'est pas le néant.
Flora Moussy : On est d'accord, ce n'est pas grand chose.
Julien Quelen : Il connait ce niveau, il sait qu'il peut y jouer.
Flora Moussy : Face à des équipes expérimentées, je pense que clairement ça peut pécher, surtout que Giroud c'est quand même l'attaquant de pointe titulaire.
Julien Quelen : Oui, ça peut pécher évidemment sur le Barça, sur le Bayern, sur Paris etc., mais je pense que toutes ces équipes peuvent perdre face à Arsenal, qui a les moyens de gagner la C1, à condition de récupérer tout l'effectif bien entendu. En revanche, à l'image du début de saison, United peut souffrir face à n'importe qui.

Un adjectif, un seul, pour qualifier votre adversaire ?

Julien Quelen : Historique.
Flora Moussy : Surprenant.

 

 Suivre Laetitia Jacquesson

Relatifs