thumbnail Bonjour,

Manchester City mène une enquête interne pour examiner le dernier incident de la carrière controversée de Mario Balotelli. Roberto Mancini serait l'instigateur de cette rixe.

Goal.com peut révéler que c'était en réalité le manager Roberto Mancini qui fut l’instigateur de cette bisbille lors de la séance d’entraînement du jeudi. Balotelli et le patron des Ctitizens ont été photographié pendant l’affrontement à Carrington lors d’un match d’exhibition dans lequel Mancini participait en tant que joueur.

Les témoins de la scène ont dit à Goal.com que c'était Mancini, plutôt que Balotelli, qui aurait perdu ses nerfs alors que les tensions se sont accrues entre les deux hommes durant dans la session. D'abord Balotelli, s’entrainait seul avant d’être appelé à rejoindre le groupe pour un match d’entrainement. Après des mois d’interrogations quant à l'avenir de Balotelli au club, l’amour entre la paire italienne devient de moins en moins était évidente, tant le ton dans les propos de Mancini vers l'international italien était sévère.

La théroie de l'accumulation

L'ancien patron de l’Inter critiquait fréquemment son compatriote pendant la session jusqu’à atteindre le summum de l’agacement, laissant les joueurs en état de choc devant ce spectacle peu attrayant. Après ce tacle malheureux de Balotelli sur Scott Sinclair suite à une perte de balle, Mancini a explosé en se dirigeant vers le buteur italien. Un seul mot expliquerait cette réaction du technicien italien, l’accumulation. Roberto Mancini a toujours couvé Balotelli depuis son arrivée à City. Roberti Mancini a aussi toujours repris publiquement Balotelli depuis le début de l’aventure anglaise. Une leçon de l’amour à l’italienne, une rencontre (en Italie), le coup de foudre (sous le maillot des Nezzaruri), la vie à deux, puis la séparation (Mancini part à City), à nouveau une rencontre (Balo le rejoint). Un scénario calqué sur le film de Giovanni Veronesi. Revenons donc au fait, Mancini a bondit vers sa vedette en criant à la fois en italien et en anglais avant de saisir le chasuble du jeune italien.

Les autres joueurs étaient offusqués, Balotelli a essayé de restreindre son coach en vain. Ce n’est que  l’entraineur adjoint Brian Kidd et l’entraineur des gardiens Massimo Battara qui ont dû séparer le couple. Cet incident embarrassant a été immortalisé par les photographes qui avaient accès libre à la session grâce à un sentier public bordant le terrain d’entrainement. Balotelli a quitté Carrington visiblement bouleversé. Contrairement  aux rumeurs, il s’est arrêté pour signer des autographes aux abords de sa Bentley au camouflage exorbitant.

"Les joueurs ne pouvaient pas tout à fait croire ce qui s’était passé. Mancini a complètement perdu ses nerfs cela devant tout le monde et Balotelli a semblé a aussi embarrassé que le reste de ses coéquipiers," une source près du club a dévoilé à Goal.com.

L'incident soulèvera une fois de plus la question à propos de la gestion du groupe du coach italien, qui revendiquait "aimer"  Balotelli lors d’une récente interview à la Gazzetta La dello le Sport. "Nos rapports sont toujours bons même s’il peut changer d’un jour sur l’autre dans son comportement. Je l’aime parce depuis de nombreuses années que nous sommes ensemble, je le vois grandir. Ça, c’est une chose. Maintenant, il faut considérer les faits. Le temps des potins et des caprices est révolu. Balotelli a 22 ans et doit faire le grand saut en termes de conduite, de sérieux et de vie privée. Je prends l’exemple Totti. Si Francesco est en mesure d’avoir cette régularité dans ses performances au plus haut niveau à l’âge de 36 ans, la raison est très simple : il agit comme un professionnel".

Quand l'amour ne suffit plus

L’Amour, le seul remède existant pour cadrer Mario ? En tout cas c’est aussi ce que pense Zlatan Ibrahimovic, son acien coéquipier de l’Inter Milan. « Si jamais vous passez du temps avec Mario, vous aimez Mario. Même s'il n'est pas toujours le joueur le plus facile à gérer pour un entraîneur, demandez à l'un de ses anciens entraîneurs comme José Mourinho et ils vous diront que quand vous travaillez avec Mario, vous avez toujours le sourire sur votre visage » a déclaré l’international suédois. « Quand Mario joue comme il le peut, il peut faire mal à n'importe quelle équipe dans le monde. Manchester City est déjà loin derrière Manchester United en Premier League, mais si un joueur peut conserver le titre pour eux, c'est Mario ». Ibrahimovic qui confirme donc la méthode Mancini « J'ai essayé d'aider Mario, car il est vrai qu'il peut parfois prendre des décisions dans la précipitation, mais c'est sa personnalité. Roberto Mancini saura la même chose que moi. La façon de tirer le meilleur parti de Mario, c'est de l'aimer. C'est là qu’il va le mieux réagir »

La rixe survient  après que Goal.com est exclusivement révélé la semaine dernière que Balotelli est serait sous les tablettes du Milan AC, avec Pato aux Corinthians et Robinho sur le départ, la piste milanaise est plus que crédible. Balotelli a lutté pour s'installer à Manchester depuis son transferts de près de 30 millions d’euros en 2010.  Il a été impliqué dans une kyrielle d’incidents de la sorte ce qui nous fait parfois oublier sa contribution majeur dans l’obtention du titre de premier League la saison dernière. Comme tout un symbole, il n’a inscrit qu’un but en championnat cette saison.  Entre l’épisode de l’assignation de son club en procès et la scène de free fight avec son entraineur, si les jours de Balotelli ne sont pas comptés à City peut-être le plus beau film définissant l’amour à l’italienne.

Mancini a prétendu en novembre qu'il ne vendrait pas son joyau mais aujourd’hui, la fin est proche. Cette nouvelle anicroche dont Balotelli est pour la première fois victime, impliquerait-elle une réelle cassure dans sa relation fusionnelle avec son père spirituel ? Mario Balotelli oscile entre comédie del'Arte et l'amour sous toutes ses formes décliné à l'Italienne, c'est-à-dire avec du charme, de la passion, de l'excès et du panache. Clap fin ? Dernière chance ? Pour l'instant viva l'amore à l'italienne...

Relatifs