thumbnail Bonjour,

L'ancien milieu de Bolton a dû stopper sa carrière après une attaque cardiaque en plein match. Pour Goal.com, il évoque avec sincérité sa reconversion et sa nouvelle vie.

EXCLUSIVITE
Par David Lynch


Il nous a reçu en toute décontraction, souriant et chaleureux. Une image forte, c'est le moins qu'on puisse dire, pour un homme ayant vécu un traumatisme aussi profond que Fabrice Muamba. Mais la
volonté infaillible de l'ancien joueur de Bolton et l'intervention médicale vitale qu'il a subit lui offrent un nouveau chapitre. Celui d'un homme dont la vie aurait dû s'arrêter le 17 mars 2012. Dans sa forme actuelle, ce jour-là a finalement marqué le début de sa nouvelle vie.

Les images d'un footballeur de 23 ans gisaient sur la pelouse de White Hart Lane, luttant pour sa vie, sont restées marquées dans la mémoire de ceux qui ont été témoins de la crise cardiaque de Fabrice Muamba ce jour-là.

Les retransmissions radio et télévision couvrant l'événement sont également des marques indélébiles sur une communauté de football qui s'est unie dans la sympathie et la prise de conscience des choses primordiales.

Mais le fait que la sienne soit une histoire avec tant d'obtacles explique peut-être l'admirable recul que possède aujourd'hui Muamba après avoir surmonté l'épreuve.

«Je ne m'inquiète pas trop à propos de la cause de l'avenir. Si vous vous inquiétez trop vous risquez d'avoir une autre crise cardiaque !" a t-il déclaré, confirmant instantanément l'attitude détendue pour laquelle il est célèbre. Nous avons discuté dans la maison qu'il partage avec sa femme, Shauna.

C'est cette attitude qui incite à dire que, trois mois après avoir annoncé sa retraite du football sur l'avis d'experts médicaux, Muamba reste généralement calme au sujet de sa reconversion.

"Je suis juste en train de prendre le temps et d'évaluer où je me place dans le football et j'espère que lorsque le moment sera venu, je vais prendre une décision et faire ce qui, je pense, est le mieux pour moi et aller de l'avant à partir de là", a t-il ajouté.

"Je vais prendre mon temps et passer du temps avec ma famille et mes amis. Je suis capable de faire des choses que je n'étais pas capable de faire quand je jouais en professionnel et nous verrons ce qui arrivera dans le futur."

"Je suis juste heureux de pouvoir passer du temps avec mes amis et ma famille et faire ce genre d'interview pour partager mon témoignage avec tout le monde."

"De plus c'est important pour motiver les gens qui ne doivent pas prendre la vie pour acquise. Une minute, vous jouez le football, la prochaine vous pourriez ne pas être en mesure de jouer au football. Donc, vous devriez toujours chérir chaque moment passé avec les amis et la famille et être en mesure de toujours être de bonne humeur parce que vous ne savez jamais ce qui nous attend. "

Bien sûr, le moment de la retraite, même pour ceux qui ne sont pas obligés de le faire au début, sont bien documentés. La dépression et l'incapacité à faire face à la vie en dehors du monde dévorante du football proessionnel est un danger connu.

L'ancien joueur de Hull City Dean Windass a récemment parlé ouvertement de son combat contre l'alcoolisme et des problèmes de santé mentale qui remplaçaient pour lui le vide laissé par le football. Mais il n'y a pas de telles préoccupations pour Muamba, qui cite les circonstances entourant son retrait du jeu en tant suffisant.

"Je m'ennuie du jeu, mais je dois être réaliste, car, il était une fois, j'étais mort", a t-il poursuivi. "Cela aurait été bien que je revienne et puisse rejouer au football, mais je ne peux tout simplement pas."

"Pour moi, j'ai l'impression que ce jour-là, c'est comme ma seconde naissance, tout le monde me connaît pour cette journée. Les gens me connaissaient en tant que footballeur, mais cela m'a permis de réaliser à quel point la vie est importante chaque minute à être là avec mes amis car la minute suivante on peut perdre sa propre vie. "

La compréhension évidente de Muamba de ce qui est vraiment pertinent a sans doute été forgée comme un enfant de six ans, contraint de se séparer de son père. Marcel Muamba, un conseiller de premier plan à l'époque, ont fui le Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo) en 1994 pour rejoindre la Grande-Bretagne suite au problèmes du gouvernement, craignant pour sa vie que lavis de l'opinion publique.

Fabrice ne l'avaait pas prévu à l'époque, mais il lui a fallu cinq ans avant de pouvoir rejoindre son père à Londres.

"Quand mon père est parti pour venir au Royaume-Uni, c'était différent parce que, tout d'un coup, la vie avait changé", a t-il expliqué. "Nous avons commencé à être plus prudents avec les choses. Nous sommes devenus une cible facile pour tout le monde, et je voulais savoir qui j'étais et qui était mon père".

"Il était donc très difficile à ce moment-là de ne pas être près de mon père. Etre loin de lui était difficile, mais il voulait que je le rejoigne et que je vienne au Royaume-Uni. Chaque enfant a besoin de son père et je ne suis pas différent ."

La gestion de ce problème, et plus encore les difficultés qu'il a rencontrées depuis, c'est quelque chose qui incite Muamba à remercier sa famille, en dépit de la longue absence forcée de son père.

"Ma force vient avec ma foi et la façon dont j'ai été élevé. Tout ce mélange a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. Il s'agit simplement de pouvoir être très réaliste par rapport la vie et il ne faut jamais rien prendre pour acquis, c'est comme ça que je vois la vie maintenant."

Parlez de réalisme est un thème commun pour l'ancien joueur, et sans doute une nécessité compte tenu de la route qu'il a dû prendre au cours de la dernière année. Bien sûr, il a relevé des défis totalement différents depuis.

Mais tout cela signifie simplement que la détermination qui l'a propulsé au sommet du football anglais à la suite d'un départ loin d'être idéal se concentre désormais entièrement jusqu'à la dernière goutte de jouissance de la vie.

Comme beaucoup des batailles qu'il a déjà rencontrés, vous ne pouvez pas m'empêcher de penser que Fabrice Muamba va gagner celle-là également.

Suivre David Lynch sur

Relatifs

From the web