thumbnail Bonjour,

Il y a quelques temps de cela, Torres avait pointé du doigt ses coéquipiers pour expliquer son niveau de forme. Aujourd'hui, l'espagnol enfile les buts, et s'il avait raison?

« Parmi toutes les équipes anglaises, Chelsea est la moins anglaise. Et cela en raison du genre de joueurs que Chelsea a : vieux, qui jouent lentement et qui gardent beaucoup le ballon. » En septembre 2011, Torres lâche cette déclaration qui choque grandement dans le petit monde de la Premier League. Arrivé il y a neuf mois de Liverpool pour la modique somme de 58 millions d’euros, il n’a toujours pas convaincu et inscrit à peine un but. Multipliant les prestations indignes de son talent, et de son prix, humilié par Drogba dans la course à une place de titulaire à la pointe de l’attaque des blues, on pense alors que Torres fait preuve d’une mauvaise foi évidente.

Les jeunes au pouvoir

A l’époque, Chelsea alignait Raul Meireles, ou encore Florent Malouda au milieu de terrain, pas forcément le fleuron de la rapidité en Europe. Aujourd’hui, l’attaquant espagnol est épaulé par la jeunesse que représente Hazard ou Oscar. Et force est de constater que Torres, depuis cet injection de vitesse dans l'entrejeu de Chelsea, revit. Depuis le début de la saison, l’espagnol en est a six buts en douze matches. Un but toutes les deux rencontres, donc. Toujours mieux que le maigre but en 18 match inscrit lors de ses six premiers mois, en 2011. D’ailleurs, c’est Torres lui-même qui l’avoue : « Je prends bien plus de plaisir cette saison. Les joueurs qui jouent derrière moi m'apportent énormément. Et donc je marque plus ». 

Mata pour l'épauler

Pour aider à faire cette transition, un joueur a été important dans le renouveau de Torres, et celui-ci est son coéquipier et compatriote Juan Mata. En effet, l’ancien de Valence s’est toujours érigé en premier défenseur de l’attaquant, comme cet été où après une saison peu palpitante pour Torres, Mata déclare : «Je ne suis pas le sélectionneur national, mais, moi personnellement, je prendrai Torres à l’Euro ». Toujours prêt à soutenir son ami en cas de besoin, Mata déclare avoir atterri à Chelsea en grande partie grâce à l’ancienne pointe de Liverpool : « Je crois que Fernando est le  même joueur qu'avant, rien n'a changé. Tout le monde passe par des périodes difficiles, mais je suis certain que cette saison sera la sienne. Si je suis là, c'est en partie grâce à lui, il m'a encouragé à venir. Il a dit que ce serait excellent pour moi ».

Seul en pointe

Pour finir, Torres a repris la confiance, notamment grâce au départ de Didier Drogba pour la Chine. En effet, que ce soit à Madrid ou à Liverpool, Torres n’avait jamais eut l’habitude d’être concurrencé. Habitué à être chouchouté, dorloté par supporteurs et entraîneurs, Torres s’est frotté à la réalité des blues avec difficultés : « Que tu lise ou pas la presse, les critiques arrivent jusqu’à toi. Je sais que je dois revenir à mon niveau pour être là ou je suis. L'année dernière, c'était compliqué. Cette saison, j'ai prévu de prendre une revanche avec moi-même. » Aujourd’hui, Torres est installé sur un piédestal. Di Matteo a en effet donné les clés de l’attaque à l’espagnol, et les chiffres, ainsi que la forme montrée sur le terrain montre que Di Matteo a bien fait. Pour l’instant, les résultats suivent puisque Chelsea est premier avec 19 points en sept matches. Alors, il semble bien que Fernando Torres avait raison lorsqu’il pointait du doigt ses coéquipiers dont il critiquait la lenteur, En sélection comme en club, Torres a besoin de vitesse.

Relatifs

From the web