thumbnail Bonjour,

Dans une interview accordée à France Football, Eden Hazard est revenu sur son transfert à Chelsea.

Dans une interview accordée à France Football, le prodige belge Eden Hazard est revenu sur son transfert et ses débuts à Chelsea.

"Tottenham me donnait envie"

Le transfert d'Eden Hazard a été une véritable saga cet été. Chelsea n'était pas le seul à s'intéresser à l'ex-joueur du LOSC, Tottenham, United et City étaient également en pôle position pour acquérir ses services. L'international Belge explique pourquoi il a choisi Stamford Bridge. « Tottenham était un club qui, au début, me donnait envie, c’est vrai, car il s’agissait d’une équipe jeune, qui était troisième du championnat. Malheureusement, la fin de saison ne s’est pas bien passée: ils n’ont pas accroché la Ligue des champions, ce qui a fait pencher la balance. J’ai senti que Chelsea me voulait vraiment, même les gens sur Twitter. Ça prouve qu’il avait vraiment envie de me recruter », avoue-t-il dans les colonnes de France Football.

S'il a hésité sur le nom du club où il évoluerait, Eden Hazard, élu meilleur joueur de la Ligue 1 en 2011 et 2012, avait cependant une certitude : c'est en Premier League qu'il voulait jouer. « Je savais depuis le début que ma destination serait l’Angleterre. C’était vraiment là où j’avais envie d’aller jouer. Je voulais voir si c’était la même chose qu’à la télé. Les matches anglais, je voulais vraiment vivre ça ! ».

Se faire une place au sein des champions d'Europe n'est pas une mince affaire, mais cela n'inquiète pas l'ex-lillois. Auteur de bonnes premières performances sous le maillot des Blues, Hazard se sent comme un poisson dans l'eau avec sa nouvelle équipe et s'est très vite adapté à la Premier League. « C’est vrai que je me suis très bien adapté. J’ai accompli de beaux débuts avec Chelsea. (...) Ici, en Angleterre, les gens font beaucoup attention aux stats. À ce niveau-là, on ne peut rien me reprocher : j’ai marqué, j’ai fait des passes décisives et j’ai provoqué des penalties. Comme début, je n’aurais pas pu rêver mieux. C'est le bon choix, pour l'instant. Il y a de la concurrence mais, dans les grands clubs, elle est là toutes les semaines. Tu peux faire un bon match et te retrouver sur le banc lors de la rencontre suivante », a-t-il avoué à France Football.

Relatifs

From the web