thumbnail Bonjour,

A l’image de Jermain Defoe, pas à l’aise face à Norwich (1-1), les Spurs ont besoin de temps pour s’adapter au niveau système de jeu de Villas-Boas.

Analyse

Par Jonathan Wilson

Trois matches de championnat et seulement deux points. Le bilan est maigre pour Tottenham. Hué par son public de White Hart Lane, qui a vécu comme une défaite l’égalisation de Norwich dans les dernières minutes.

Gareth Bale et Aaron Lennon sont des footballeurs britanniques classiques, rapides, techniques et parfaitement équipés pour être des joueurs clefs dans le système des Spurs. Cependant, en jouant à trois devant, les deux ailiers ont besoins d’une présence physique robuste, un attaquant sur qui s’appuyer et Defoe ne répond pas à ces critères. Lennon en est à sa 8ème saison chez le club londonien et n’a marqué que 21 buts en championnat. C’est beaucoup trop peu.

Bale est un peu plus prolifique, le joueur gallois s’est révélé contre l’Inter il y a deux ans avec un formidable triplé à San Siro. Il a marqué 17 buts durant les deux dernières saisons.

Le Gallois est un super joueur. Capable de coups d’éclats, ses montées sont dévastatrices mais il est plus fort placé sur la gauche du terrain. L’année dernière en fin de saison, Harry Redknapp l’avait testé dans une position plus axiale mais Bale est clairement plus à son aise sur le coté gauche.






Avec un 4-2-3-1
Relais manquant: Les Spurs doivent etre plus tranchant au milieu du terrain

En première mi temps contre Norwich, les Spurs ont commencé le match avec deux sentinelles, Jake Livermore et Sandro, et un joueur plus avancé qui était Gylfi Sigurdsson. L’Islandais a essayé d’organiser le jeu et il l’a bien fait. Mais il n’y avait personne au milieu de terrain pour soutenir Defoe. Et les Londoniens ont trop souvent buté sur la défense de Norwich, ne trouvant pas de solutions.

Sigurdsson a distribué ballon sur ballon à Bale ou à Lennon qui ont débordé puis centré mais ils se sont vite rendus compte qu’il ne pouvait viser que Defoe, toujours seul dans la surface. La dynamique en attaque n’est pas bonne, l’attaquant anglais est beaucoup trop esseulé. Le jeu offensif est statique, sans saveur et fébrile.

L’entrée de Moussa Dembele à la mi-temps a beaucoup aidé les Spurs, le milieu offensif a marqué le seul but de Tottenham. Le Belge a su utiliser les rares espaces  disponibles pour placer une jolie frappe du gauche à l’entrée de la surface. Son dynamisme a été efficace et l’entrée d’Adebayor a apporté. Il y avait enfin une cible dans la surface pour Lennon et Bale. La présence du Togolais attirent les défenseurs adverses et laissent des espaces pour permettre au deuxième attaquant d’exploiter les espaces.

Le problème d’André Villas-Boas est que son équipe est faite pour jouer à la manière de Redknapp, une manière britannique, mettre la balle sur les cotés, déborder, centrer…  C’est une équipe adaptée à un 4-4-2 ou un 4-4-1-1.

L’entraineur portugais a toujours préféré jouer en 4-3-3. A Chelsea et à Porto, ce système était son favori.

La période de transition est délicate voire gênante, Dembele aidera, Dempsey apportera ses qualités. Le Lusitanien a tiré des leçons de son passage à Chelsea où il a admis avoir essayé d’imposer son style trop rapidement.

Pour l’instant le 4-4-3 qu’essaye de mettre en place l’entraineur portugais n’est pas adaptable au jeu des Spurs. Peut être que la première étape serait de tester un 4-2-3-1, avec Dembele ou Dempsey ou même les deux ensemble pour relier les deux milieux de terrains défensifs et les joueurs qui jouent devant.  

Offensivement, la priorité pour Tottenham est de trouver des joueurs capables d’évoluer au centre du terrain et qui pourraient soutenir l’avant centre titulaire car depuis le début de la saison, Jermain Defoe est livré à lui-même sur le front de l’attaque.

Relatifs

From the web