thumbnail Bonjour,

En dépit de quelques renforts enregistrés et du départ de Drogba, Roberto Di Matteo, le manager de Chelsea, pense que son équipe ne devrait pas trop différer de celle de la saison dernière.

Conservé à son poste de manager de Chelsea à la faveur de la victoire acquise en Ligue des Champions, l’Italien Roberto Di Matteo s’est vu offrir comme mission de poursuivre sur sa lancée et mener les Blues vers d’autres conquêtes à l’occasion de l’exercice 2012-13. Un challenge qui débute dès ce dimanche avec la rencontre de Community Shield face au champion d’Angleterre, Man City. Pour cela, l’ex international azzuro pourra compter sur une grande partie de l’effectif qu’il a eu sous sa coupe lors de la campagne écoulée. Un état de faits dont il se félicite car, à ses yeux, la continuité est un atout.

"On ne peut pas jouer comme le Barça"

Certes, il y a deux départs assez notables dans le secteur offensif, à savoir celui de Salomon Kalou (à Lille) et surtout de Didier Drogba (à Shanghai). Mais pour Di Matteo, l’ossature de l’équipe a été conservée et l’état d’esprit est demeuré le même. Contrairement à son prédécesseur, André-Villas Boas, il n’est pas un adepte des grandes révolutions. « Il n’y a pas de changements radicaux, a-t-il indiqué. Il est certain qu’avec l’influence des nouveaux joueurs, une fois qu’ils seront intégrés, il y aura une petite différence parce qu’ils ont d’autres caractéristiques et qualités par rapport à ceux qui sont partis. Mais, ne vous attendez pas à voir un Chelsea totalement différent de celui de la saison dernière ». Ceux qui sont censés apporter une touche nouvelle à cette formation londonienne ont pour nom Eden Hazard, Marko Marin et Oscar.

En printemps dernier, Chelsea avait achevé sa saison en trombe en alignant les séries de bons résultats. L’objectif à court terme de Lampard et ses coéquipiers est de pouvoir retrouver justement cette dynamique. Après quelques couacs en match de préparation, c’est d’ailleurs ce qu’attend, en premier lieu, Di Matteo de ses hommes. Mais son exigence est mesurée. « Je sais qu’on doit encore gagner des matches à chaque fois. Ca ne va pas être facile, mais la majorité de notre groupe est encore là et ce sont ces joueurs qui ont fait notre succès ». Reste la problématique de l’âge car des éléments tels que Lampard, Terry, Ashley Cole ou encore Petr Cech sont manifestement plus proches de la fin de leur carrière que du début. Les interrogations concernant le degré de leur compétitivité sont légitimes et face à City, ce week-end, il y aura déjà un vrai test à passer pour ce quatuor.

Outre la question des individualités et du onze de départ que pourrait avoir Chelsea cette année, il y a aussi celui de son jeu qui fait souvent débat en Angleterre. La manière avec laquelle les Londoniens ont conquis l’Europe n’a pas été, proprement dit, alléchante bien que terriblement efficace. Une réalité que Di Matteo reconnait et il espère la changer, mais sans faire trop de promesses. « Tout le monde veut jouer comme le Barça, mais, la vérité c’est que personne ne peut le faire à part eux » a-t-il lâché, poursuivant : « C’est une culture, une manière de vivre, un style qu’ils produisent depuis des années et des années. L’objectif de beaucoup de clubs est d’en faire autant. Mais, autant que je le sache, personne ne joue comme le Barça, tout comme il n’y a qu’un seul Lionel Messi au monde ». Raison de plus pour les Londoniens de se féliciter de leur victoire face aux Blaugrana en demi-finale de la dernière C1 (1-0, 2-2).



A lire aussi :

Tout sur la Premier League

Relatifs

From the web