thumbnail Bonjour,

Les clubs anglais du Big Four ont passé, comme la plupart des grands clubs européens, un mercato assez calme. Excepté Arsenal et Chelsea, les autres sont restés plutôt muets.

A deux semaines du début de championnat, les clubs de Premier League ne semblent pas forcément motivés pour s’activer sur le marché. Crise ou effectifs déjà rodés, beaucoup d’équipes anglaises réfléchissent deux fois avant de recruter un joueur. Si Abramovich a sorti le chéquier pour offrir un lifting à son équipe, de nombreuses autres équipes comme Manchester City ont choisi, pour l’instant, de ne pas renouveler leur garde robe.

Le magnat russe de Chelsea a donc été le plus dépensier lors de cet intersaison très calme en investissant 90 millions d’euros  pour un bel échantillon de jeunes issus du panorama mondial. Le brésilien Oscar, le duo belge Hazard et l’allemand Marin vont assurer le futur du secteur offensif des blues. Roberto Di Matteo va devoir créer un groupe uni entre anciens indéboulonnables et jeunes ambitieux. Chelsea n’a renforcé qu’un seul secteur, le milieu de terrain. Ceci permettra aux plus jeunes recrues comme Oscar, qui passe du championnat brésilien à la Premier League, de s’adapter de la manière la plus calme possible.

Si Chelsea a fait le pari de la jeunesse, Arsène Wenger, au bout de dix ans à Arsenal, a peut-être compris que l’expérience internationale permettait de gagner des titres, et que la jeunesse ne faisait pas tout. Les dirigeants d’Arsenal ont donc décidé de miser sur des joueurs dans la fleur de l’âge et avec un certain niveau international. Si Giroud n’a connu que la Ligue 1, l’allemand Lukas Podolski et Santi Cazorla sont capables d’évoluer au plus haut niveau. Avec ces trois recrues, les Gunners se sont approprié un beau panel des plus beaux talents européens.

Avec ces achats, Arsenal et Chelsea ont gonflé encore un peu plus le nombre de talents importés par les clubs anglais. Les Anglais et joueurs d’écuries anglaises sont toujours plus durs à arracher à leurs clubs respectifs, ce qui montre la bonne santé de la Premier League. Le niveau sera encore plus relevé cette saison, et aucun doute que Manchester City devra redoubler d’efforts pour garder son titre, acquis dans les dernières minutes.


Manchester City, justement. Son président Khaldoun Al Moubarak n’a toujours pas déboursé le moindre centime, et c’est Mancini qui tape du poing sur la table pour réveiller l’homme qui vient de lui prolonger son contrat pour encore cinq ans : « Il est important d'avoir des renforts dès que possible parce que cette année sera plus difficile que la saison passée. C'est pourquoi nous devons renforcer l'équipe ». Les dirigeants citizens attendent peut-être d’alléger un effectif déjà pléthorique avant de faire d’autres folies. Il semble en effet que le bosniaque Edin Dzeko, arrivé l’année dernière pour 35 millions d’euros soit sur le départ.

De l’autre côté de Manchester, cet intersaison est placée sous le signe de la frustration. Après avoir fait signer Kagawa avant même que le mercato commence, Ferguson s’est fait passer sous le nez de nombreux joueurs comme Hazard par exemple, parti à Chelsea. Lucas, longtemps suivi par les Reds, est sur le point de partir à Paris, et Van Persie est loin. Le légendaire technicien mancunien s’est d’ailleurs lamenté des nouvelles techniques usées par les nouveaux riches que sont Chelsea, City ou même Paris : « Ce n'est pas seulement l'indemnités des transferts ou les salaires, c'est aussi les prime des agents, cela devient ridicule. Dans le transfert d'Hazard, Chelsea a payé son agent 6 millions de livres. Et la situation avec Nasri fut la même. »

Autant dire que l’âgé Sir Alex a encore du mal a se faire à la nouvelle mode du marché anglais : surpayer les joueurs.

Relatifs

From the web