thumbnail Bonjour,

Tout juste qualifiés pour la finale de la Cup, les Blues de Chelsea abordent une série de 8 matchs en moins d'un mois pour 3 objectifs. Qui l'aurait cru ?

Très mal en point début mars, Chelsea s’est depuis repris et n’a concédé qu’une défaite en 12 matchs pour 9 victoires. Le remplacement d’Andre Villas-Boas par Roberto Di Matteo a porté ses fruits niveau résultats. Jamais brillants, les Blues sont pourtant toujours présents, à l’expérience.

Une fin de saison inespérée

Il y a quelques semaines, qui aurait parié que les Blues seraient encore en lice dans trois compétitions fin avril ? Probablement pas grand monde. Les Londoniens étaient alors mal en point face à Naples en Coupe d’Europe, en péril en championnat et emmenés  dans un replay par Birmingham City en Cup. Aujourd’hui, les coéquipiers de John Terry s’apprêtent à affronter l’ogre du FC Barcelone en ½ finale de la Champion’s League. Ils sont aussi qualifiés depuis hier pour la finale de la Cup et n’ont pas abdiqué pour rester dans le Big 4 en Premier League. Chelsea a encore 8 rencontres à jouer et toutes sont désormais cruciales. Mercredi soir, le club de Roman Abramovich reçoit le Barça à Stamford Bridge. L’entame d’une semaine qui les mènera ensuite à l’Emirates Stadium pour y défier Arsenal avant de jouer le match retour en Catalogne. Loin d’être favoris face au Blaugranas, les Blues n’auront aucune pression et espèrent faire douter Lionel Messi et sa bande. En championnat, la place de 4e se jouera face à Tottenham et Newcastle. La finale de la Cup contre Liverpool est elle prévue le 5 avril prochain à Wembley. La vraie grande chance de titre pour Chelsea.



Si les Blues ont encore 3 objectifs pour ce dernier mois de compétition, cela n’est pas dû au hasard. Dès le départ d’Andre Villas-Boas, les cadres ont repris les rennes de l’équipe. John Terry,  Frank Lampard et Didier Drogba ont tous trois retrouvé la confiance. Lorsque les « vieux » sont là, tout va pourrait-on dire. Les autres joueurs se sont mis au diapason de l’état d’esprit retrouvé par les anciens du club, à l’instar de Salomon Kalou et Fernando Torres. Toujours poussifs, très ennuyeux et sans véritable fond de jeu, Chelsea a simplement retrouvé son efficacité. Il en a fait la démonstration face au Benfica notamment. Telle une équipe en fin de cycle s’arrachant au mental pour le club, la formation londonienne n’abdique pas. Ce n’est pas dans son code génétique. Une tradition que les « Papys » des Blues ont acquise auprès de José Mourinho, Guus Hiddink ou Carlo Ancelotti. De l’ère du coach batave, ils n’ont pas non plus oublié l’élimination au même stade de la Ligue des Champions par ces mêmes Barcelonais en 2009. « A fucking disgrace » comme l’avait déclaré Didier Drogba à l’époque. Rien que pour cela, le match aller à Londres aura une atmosphère sans doute particulière. Mais les chances de qualification paraissent tout de même biens maigres…

Relatifs

From the web