thumbnail Bonjour,

Le jeune attaquant français du Milan AC, Mbaye Niang, s’est dit « très heureux » de la manière dont se déroule sa première saison en Italie.

Partir en Italie à 18 ans et pouvoir se faire une place dans l’une des plus grandes équipes au monde, à savoir le Milan AC, ce n’était pas gagné d’avance. Mbaye Niang l’a fait. L’ex sociétaire du Stade Malherbe de Caen a surpris plus d’un en parvenant à s'imposer durablement au sein de la prestigieuse équipe lombarde. Malgré la rude concurrence qu’il y a du côté de San Siro, il se retrouve, en ce moment, à aligner les matches comme titulaire et gagner progressivement la confiance des supporters et de l'entraineur. Une trajectoire des plus prometteuses et qu’il commence à peine à réaliser.

La concurrence ne lui fait pas peur

Invité de l’émission Luis Attaque de RMC ce lundi, Niang est revenu sur sa saison italienne et tout ce qu’il éprouve comme sentiments. « Ça se passe super bien, en ce moment je joue, je suis super heureux. Le travail commence à payer » a-t-il confié. Une impression partagée par tous, et qui tranche avec ce qu’on lui prédisait en début de saison lorsqu’à son arrivée dans la Botte, le jeune français s’était quelque peu trompé d’objectif. « Au début j’étais un peu foufou, mais j’ai compris comment ça fonctionnait en Italie et je me suis calmé, a-t-il admis. A moi de faire attention à mon hygiène de vie pour éviter toute blessure. Au début, il fallait prouver, je commence un peu à le faire. »

Bien que titulaire, encore une fois, dimanche contre Udinese (2-1), Niang peut malgré tout craindre pour sa place surtout après l’arrivée au club de l’enfant chéri du pays, Mario Balotelli. Mais, il ne se laisse pas intimider : « Il y a beaucoup de concurrence. Mais il ne faut pas se laisser impressionner ». Manifestement, Niang connait désormais parfaitement le chemin à suivre et aussi les erreurs à ne pas reproduire. Comme celle commise avec les Espoirs français, et qui l’a fortement desservie. « Je m’en suis remis, ça me servira pour la suite, a-t-il assuré. Je n’avais pas à le faire, mais le passé c’est le passé. C’est avec les erreurs qu’on avance. » Espérons tout de même qu’il en commette le moins possible dorénavant.

A lire aussi :

Tout sur la Serie A
Connectez-vous à notre page

et devenez fan. Le Meilleur de Goal.com vous est réservé

et tombera directement sur votre page.

Relatifs