thumbnail Bonjour,

Le Milan AC accueille la Juventus, demain, pour le choc de la 14e journée de Serie A. Une affiche qui n'a plus la même résonance tant les deux cadors ont pris des chemins opposés.

Les temps changent. Il y a quelques années, le Milan AC tutoyait les sommets du Vieux Continent pendant que la Juventus était encrouée en Serie B suite à une rétrogradation administrative. Aujourd'hui, les deux clubs les plus titrés d'Italie sont toujours séparés, mais les situations se sont inversées. Gros plan sur l'un des chocs les plus attendus du football italien.

Pirlo, le symbole

Il suffit de ressasser l'histoire récente des deux institutions pour constater que la Vieille Dame est aujourd'hui devenue une référence de l'autre côté des Alpes. Depuis sa remontée en Serie A, la Juve a progressé, tactiquement et structurellement. Dans sa superbe enceinte, le peuple bianconero peut désormais se féliciter d'avoir une équipe homogène et compétitive. Le club turinois n'a quasiment plus de séquelles. La saison dernière est d'ailleurs venue confirmer ce renouveau avec un titre à la clé. Et quand on connait l'importance de la suprématie nationale pour une écurie comme la Juventus, cultivant la gagne à travers les décennies, un Scudetto est une étape quasiment obligatoire pour matérialiser une domination. La saison précédente avait pourtant vu le Milan AC remporter le précieux sésame, sous l'impulsion d'une pléiade de stars achetées à prix d'or, avec, bien évidemment, Zlatan Ibrahimovic en tête de liste.

Le goleador suédois, meilleur artilleur de la saison dernière, a déserté la Lombardie. Comme Thiago Silva. Deux joueurs capitaux qui ont rallié le Paris Saint-Germain cet été. Et le Milan doit s'en remettre à un jeune attaquant, Stefan El Shaarawy, véritable révélation de cette première partie de saison, pour faire oublier son début de saison morne. Le buteur international italien, qui a trouvé le chemin des filets contre l'équipe de France, a déjà gagné le respect de ses adversaires. La saison dernière, on avait déjà compris qu'El Shaarawy était fort. Mais personne, pas même lui, ne s'attendait à ce qu'il devienne un tel leader en si peu de temps. En plus d'avoir des qualités techniques énormes, il a la mentalité qu'il faut", soulignait dans le Corriere dello Sport un Giorgio Chiellini séduit par les prouesses de ce grand espoir.

En face, la saveur sera encore plus particulière pour Andrea Pirlo. Métronome du Milan AC pendant de longues saisons, le stratège fait désormais le bonheur des Bianconeri. Le maître à jouer de la Vieille Dame symbolise à lui seul les destinées croisées de ces deux clubs. Et si le Milan a dû s'adapter à une politique de rigueur économique en vue du fair-play financier, le cas de l'emblématique Italien met également en exergue les erreurs du club lombard, qui en paye aujourd'hui le prix. Et ses légers progrès après une entame catastrophique devront se confirmer face à l'ogre turinois. Le défi est immense tant la Vieille Dame semble irrésistible actuellement. Il n'y a même qu'une seule écurie pouvant se targuer d'avoir dompter les Bianconeri cette saison. Et c'est l'Inter... Une source de motivation supplémentaire pour les Rossoneri, qui ont l'occasion de marquer les esprits pour lancer définitivement leur campagne.

A lire également :

Toute l'actualité du football italien

Relatifs

From the web