thumbnail Bonjour,
ITA - Un derby chaud bouillant

ITA - Un derby chaud bouillant

Getty

Dimanche à 15 heures aura lieu le derby de Rome entre l'AS Roma et la Lazio. Plus qu'un simple match, ce derby met en jeu la supériorité d'une ville à part.

Oubliez le classement, les différentes formes du moment, la confiance engrangée ou la fatigue. Non, dimanche, à 15 heures, toutes ces données bonnes pour les fervents supporters et parieurs d’avant match s’annulent pour laisser place au derby romain. Un derby qui, plus que pour le classement, compte pour la supériorité d’une ville, d’une région entière.

Caput Mundi

La capitale du monde accueillera au Stadio Olimpico son 154e derby, accompagné comme pour chaque confrontation de son lot de provocation d’avant match, de lutte acharnée sur le terrain et de railleries, une fois le score connu. Autant dire que le derby a déjà commencé depuis une semaine. Dimanche dernier, à 22h30, la Roma s’imposait avec panache 4-1 face à Palerme. Mais les têtes n'étaient pas à la fête, non, les esprits étaient tous tournés vers le match que tout le monde attend. Si les joueurs devront attendre encore un peu avant d’en découdre, les dirigeants, eux, s’en donnent à cœur joie. Par des petites piques interposées, les cadres de chacune des deux équipes s’occupent de faire monter la température. En effet, le directeur sportif de l’AS Roma, Walter Sabatini, a ouvert les hostilités en relançant un débat aussi vieux que la ville : « Rome appartient au romains (côté giallorosso), c’est une foi transmise par la famille, du père au fils. Les laziale sont moins nombreux et souffrent d’une sorte de complexe par rapport à la Roma ». Réponse immédiate de Lotito, président de la Lazio, qui avait voulu faire imprimer en début d’année « première équipe de la capitale » sur le maillot des siens : « Mais qui sont ces romains qui dirigent la Roma ? Moi, j’assume mes responsabilités et je me montre, avec eux, on ne sait pas à qui parler »

La capitale italienne est donc coupée en deux. Historiquement, la Lazio représente la région du Latium, l’aristocratie et est souvent accosté à droite politiquement. Son plus fervent exemple étant Paolo Di Canio, qui saluait ses supporters du signe fasciste. Au contraire, la Roma représente le cœur de la ville romaine. Un club populaire se déclarant à gauche de l’échiquier politique. D’ailleurs, en 2008, Francesco Totti n’hésite pas à porter son soutien à Francesco Rutelli, fondateur du parti démocratique européen, pour la mairie de Rome.

Et le sport dans tout ça?

L’ambiance est donc déjà bien chaude, et ne se refroidira pas lors du match. Bombes artisanales, tifos grandioses et insultes devraient accompagner les 22 acteurs de ce derby. D’ailleurs, parmi ces acteurs, Francesco Totti devrait être présent en tant qu'ambassadeur de ce match. Déjà huit buts pour lui lors de ces confrontations, il va essayer de rentrer un peu plus dans l’histoire de la Roma. Le record de but dans un derby, étant détenu côté romain par Del Vecchio, qui a fait trembler neuf fois les filets laziale, l'emblématique capitaine romain va tenter de le dépasser. Côté biancoazzuro, Klose va essayer de continuer de torturer la défense romaine. Comme l’année dernière où il avait donné la victoire aux siens à la 93e minute. Il laissa les supporteurs de l’AS Roma dans le désespoir. Et s'il faut jeter un oeil au classement, la Lazio devance ses adversaires de deux points seulement. Autant dire que ce match risque de faire des étincelles.

Relatifs

From the web