thumbnail Bonjour,

Milan (15e) et l'Inter (7e) ont remporté à eux deux plus de C1 (10) que de points depuis le début du championnat (9 en quatre journées)... La situation est grave.

Le déplacement à Udine (1-2) ressemblait très franchement à une fin de cycle. Une défaite, deux cartons rouges et un Massimiliano Allegri qui pourrait rendre les clefs de son casier dans les prochains jours, malgré les démentis d'Adriano Galliani. Ce qui est encore plus dur pour les tifosi rossoneri, c'est que, pendant tout l'été, ils ont tenté d'avertir les dirigeants. Avec des pétitions, des appels, des protestations. Nerveux, les Rossoneri ont terminé le match à 9 (expulsions de Zapata et de Boateng) et peuvent s'en vouloir pour les trois énormes occasions qu'ils ont obtenues lors des 10 premières minutes, et qui auraient pu changer le cours de cet cette rencontre désastreuse.

Le dernier match d’Allegri ?

Allegri est même suspendu pour la réception de Cagliari pour avoir injurié les arbitres de la défaite au Frioul. L'administrateur délégué du Milan, Adriano Galliani, lui a maintenu sa confiance, mais "Max" ne résistera pas longtemps si les résultats ne se redressent pas. La presse italienne évoque déjà la paire Mauro Tassotti-Pippo Inzaghi pour le remplacer.

Heureusement pour Allegri, Cagliari, 17e, est en toute petite forme et Robinho, le buteur brésilien, est de retour de blessure. Il devrait démarrer sur le banc et entrer en jeu pour soigner une attaque muette en trois matches à San Siro, en comptant le 0-0 contre Anderlecht en Ligue des champions. Les départs de Thiago Silva, Zlatan, Gattuso, Nesta, Seedorf, Zambrotta et Cassano ne pouvaient pas être digérés comme ça, en claquant des doigts. L’été dernier, les dirigeants milanais ont tenté de rassurer tout le monde. «Milan reste Milan, nous nous relèverons plus forts qu'avant». Après quatre journées, le bilan saute aux yeux de tous: une victoire et trois défaites. Et le fonds de jeu défaillant est le constat le plus alarmant.

Relatifs

From the web