thumbnail Bonjour,

Lors de ces premiers matches de qualification, Prandelli a prouvé qu'il voulait baser son équipe sur la jeunesse. Zoom sur les joueurs qui feront l'Italie de demain.

Après un Euro exaltant sous le signe de l’audace et de l’offensive, l’équipe de Prandelli a un peu du mal à retrouver son jeu explosif et alléchant. Après une défaite 2-1 contre l’Angleterre pour un remake du quart de finale de cet été en amical, l’Italie a eu toutes les peines du monde pour arracher un match nul face à la Bulgarie (2-2) et une petite victoire face à Malte (2-0) lors des premiers matches de qualification pour la Coupe du Monde 2014. Si historiquement, la Squadra Azzurra a toujours eu du mal à la rentrée, ce manque d’automatisme est aussi dû à l’introduction de nombreux jeunes. Mais qui est cette jeune garde qui prend le pouvoir en Italie ? Réponse.

Mattia Destro – C’est lui qui hier a facilité la victoire des siens (2-0 face à Malte) grâce à un but dès les premières minutes de jeu. Mattia Destro est l’attaquant phare de cette jeune garde. Encore très peu connu du grand public, l’attaquant formé à l’Inter brille en Italie. Auteur de 13 buts pour sa première saison pleine, à 21 ans, avec Sienne, il est recruté lors du mercato par l’AS Roma de Zeman pour 16 millions d’euros. Après être entré deux fois en cours de jeu, il fait ses débuts en tant que titulaire sous le maillot de la Nazionale face à Malte, où il marque donc dès la cinquième minute. Attaquant moderne capable de presser, il fait de la protection du ballon son point fort. Autant dire que Prandelli, autant que Zeman, croient en lui pour faire l’avenir de leurs équipes respectives.

Marco Verratti – En France, on ne le présente déjà plus. Appelé à remplacer Pirlo dans les années à venir, le milieu parisien n’a joué que très peu de temps lors des sorties post-Euro, la faute à un meneur de jeu indéboulonnable. Cependant, malgré l’hégémonie de Pirlo à son poste, Prandelli à l’air de ne pas vouloir brûler les étapes avec son milieu de terrain de poche. Face à Malte, malgré l’absence de De Rossi ou encore Montolivo, le sélectionneur Italien lui a préféré Diamanti et Nocerino. Un signe pour le jeune parisien qui montre qu’il doit encore grandir avant de pouvoir devenir un leader de cette équipe.

Lorenzo Insigne – A Modène, lors du match face à Malte, il rentre à la mi-temps, en lieu et place de Diamanti. A partir de là, il éblouira le public italien de sa technique et de sa rapidité. Successeur de Lavezzi à Naples, le jeune ailier fait partie des trois marmots qui ont aidé Pescara à monter en Serie A (Avec le fameux Verratti, et Ciro Immobile, autre nom à retenir). Sur son côté gauche, il aura fait perdre la tête aux défenseurs maltais, provoquant à chaque prise de balle, jouant juste et avec enthousiasme. Mardi, Insigne fût l’air de fraîcheur qu’il manquait à cette équipe, et pour sûr, il sera l’une des attractions numéro 1 cette année en Italie avec Naples, mais aussi pourquoi pas dans cette sélection sous le signe de la jeunesse.

Stephan El Shaarawy – L’ailier à la crête du Milan n’aura joué que 59 minutes lors de ces matches de pré-saison. Cependant, l’Italo-égyptien a démontré qu’il était lui aussi capable d’évoluer au plus haut niveau. Si la marge de progression est encore grande, El Shaarawy a montré une technique et une volonté de jouer pour l’équipe. S’il doit encore finir sa formation à Milan, il peut devenir un atout majeur pour le Brésil, un pays qui correspond bien à son style de jeu.

Diego Fabbrini – Le jeune numéro 10 de l’Udinese a été appelé un peu par surprise par un Prandelli toujours en quête de voir de près les nouveaux talents. Après deux très bonne saison à Empoli, en Série B, Fabbrini se fait recruter par le réseaux mondial des jeunes, l’Udinese. Après une première saison en dent de scie, Fabbrini a réalisé cette année une préparation digne de son talent, et des premiers matches de hautes factures, notamment la match aller des barrages de Ligues des Champions (1-1) face à Braga. Un numéro fait de technique et d’une bonne vista, voila exactement le type de milieux de terrain qu’apprécie Prandelli.

Manolo Gabbiadini – C’es sûrement le moins connu de cette liste qui devrait composer le secteur offensif italien dans les années à venir. Pourtant, l’attaquant de 20 ans a tout d’un grand. Formé à l’Atalanta, ce joueur atypique n’est pas un grand buteur (en témoigne ses 7 petits buts en 55 matches entre Serie A et Serie B), Manolo Gabbiadini a pour lui un pied gauche d’exception avec lequel il fait ce qu’il veut. Considéré comme le futur Vieri par les transalpins, ce n’est pas un hasard si la Juve a mis les mains dessus lors de cet intersaison, l’envoyant se faire les dents à Bologne.

Tout ces jeunes auront pour but de combler la volonté de Prandelli qui est simple sur le papier, allier beau jeu et résultat. Rajoutez Balotelli de très peu plus vieux que ses compères qu’il a côtoyé dans les catégories inférieures, et vous pouvez être sûr que l’Italie sera l’une des protagoniste du Mondial 2014, peu importe le départ qu’elle prend.  

                                              

 

Relatifs

From the web