thumbnail Bonjour,

En Juin, Mario Balotelli a assomé l'Allemagne d'un doublé retentissant qui a fait taire toutes les critiques qui pleuvaient sur lui depuis le début de la compétition.

Moment foot de l’année
Par François De Chiara
Lauréat : Balotelli
Date : Le 28 juin 2012
Lieu : Varosvie
Description : Arrivé en pleine forme face à une Allemagne impressionnante, seul l’attaquant tant attendu Mario Balotelli peine à confirmer les attentes. Avec ce match, il va définitivement rentrer dans le cœur de tout italien (2-1).

Cette année, la compétition qui a attiré tous les regards est bien évidemment l’Euro 2012 qui a vu l’Espagne remporté un nouveau trophée. Le troisième d’affilé. Cependant, il n’y a pas que la Roja qui a rendu fou tous les amoureux de football, et de moments intenses.

Avant l’Euro, Mario Balotelli portait tous les espoirs d’une Italie reconstruite après l’échec cuisant de la Coupe du Monde. Après les matches de poule, les Azzuri ont compris que leur attaquant vedette n’est pas assez mûr pour une compétition de ce genre, et qu’Andrea Pirlo est peut-être plus apte à être le porte-drapeau de tout un pays. Après s’être fait littéralement rattrapé par Sergio Ramos et stoppé par Terry, on se dit que face à Hummels, Bali-Balo ne fera pas le poids.

Et les premières minutes du match ne porte pas à croire à un changement. L’Allemagne domine de la tête et des épaules face à une Italie qui semble apeurée par l’évènement, elle qui avait été si séduisante lors des rencontres précédentes. Et pourtant, à la 19e minute, Cassano se joue d’Hummels comme d’un enfant, et dépose le ballon sur la tête de l’attaquant de Manchester City qui trompe Neuer. 1-0, le rêve commence pour les italiens. Mais il ne s’arrête pas là. En effet, à la 32e minute, la terre s’arrête de tourner. Montolivo envoie une balle parfaite pour Mister Balotelli. Après avoir raté de nombreux face à face durant cet Euro, il est cette fois-ci armé de la meilleure des armes pour un attaquant. La Confiance. Mis dans les meilleures dispositions par l’ancien joueur de la Fiorentina, Balotelli envoie une mine indescriptible dans la lucarne du portier allemand. Une demi-volée d’une force qui n’a rien à envier au plus puissant des services de Nadal.

L’Italie toute entière explose, exulte. Et cette pose … Balo enlève son maillot et s'immobilise. Pecs en avant, muscles sortis. Après « Why always me », le message de cette nuit semble être « who’s the boss now ». Ca y est, il est vraiment rentré dans la cour des grands. Parce qu’un doublé en demi-finale de l’Euro, non, ce n’est pas rien. L’Italie a une nouvelle fois abattu l’Allemagne, et de quelle maière. Après l’enroulée magique de Grosso en 2006, la frappe de poney de Balotelli en 2012 hantera les esprits allemands pendant quelques temps encore.

On en entendra certains parler de chauvinisme, ils auront raison. D’en faire des tonnes avec cet autre jeune mal éduqué et intermittent. Ils auront raison aussi. Seulement en 2012, rares ont été les instants où des millions de gens n’ont plus respiré le temps d’un contrôle, d’une mise en position. Où le temps s’est arrêté pendant un millième de seconde, l’instant d’une frappe. Où les voix ont explosé si fort après avoir vu un filet trembler. Parce qu’en voyant ce gamin faire la statue, on savait tous qu’on venait d’assister à un moment historique du football, en Italie ou ailleurs. Que dans des années, on se dira : « Putain, tu te souviens de la mine de Balo contre l’Allemagne ? ». Et oui, vous vous en souviendrez.


Relatifs

From the web