thumbnail Bonjour,

Victorieuse de l’Italie (4-0), ce dimanche à Kiev (4-0), la Furia Roja est devenue la première sélection à réussir un triplé (Euro - Mondial - Euro).

On les disait fatigués, plus très inspirés et en manque d’envie, mais les Espagnols ont encore prouvé cet été qu’ils étaient les meilleurs au monde. Après avoir remporté l’Euro 2008 et la Coupe du Monde 2010, Xavi et ses partenaires ont enchainé avec un troisième titre majeur de rang. A Kiev, ils viennent, en effet, de conserver leur couronne continentale en disposant notamment en finale de l’Italie (4-0). Un triomphe sans appel (plus grand écart dans une finale de tournoi majeur) et qui les propulse encore un plus dans le panthéon des plus grands. Il y a même lieu de se demander si cette équipe n’est pas, tout simplement , la plus belle de l’histoire du football.

Un triplé et toujours pas rassasiés

A chaud, il est souvent très facile de céder dans des superlatifs et des compliments excessifs, mais, à dire vrai, et en toute objectivité, rien n’est trop exagéré pour décrire la performance réalisée par cette sélection. Survoler une compétition internationale est toujours impressionnant, alors le faire à l’occasion de trois tournois c’est extraordinaire. Une constance qui incite de l’admiration, mais aussi beaucoup de respect. « En gagnant contre l’Italie, ils sont devenus immortels » avait concédé Arsène Wenger aux micros de TF1. En effet, il y a assurément quelque chose d’inhumain dans ce qu’Iniesta et compagnie ont parachevé. Quatre ans durant, ils n’ont laissé personne contesté leur suprématie. Même le grand Brésil n’a pas su le faire en son temps, ou alors le RFA de la fin des années 70.

L’Espagne a réussi la passe de trois et la question qui peut se poser aujourd’hui ; jusqu’à quand va durer son règne ? Personne ne s’amusera à prédire la fin de cette hégémonie. Ceux qui l’ont fait avant cette compétition s’en mordent les doigts. Dans deux ans, il y aura la Coupe du Monde au Brésil, et cette Roja encore à cœur d’étendre sa suprématie et pousser l’exploit à un point encore plus inimaginable. Au vu de la détermination qui est celle de ses joueurs, mais aussi de leur moyenne d’âge (seuls Xavi et Casillas ont dépassé la trentaine), il y a de quoi miser encore sur une autre consécration. Et aussi écœurer un peu plus la concurrence.

Le triomphe retentissant de l’Espagne est aussi celui d’un homme, en la personne de Vicente Del Bosque. Même s’il n’a pas participé à la première victoire, l’ancien coach du Real est à féliciter pour tout ce qu’il a réalisé. Il a su imprégner sa patte, mais aussi et surtout maintenir la faim de titre et le degré ahurissant de compétitivité de cette brillante équipe. Il devient le premier technicien de l’histoire à aligner un triplé Ligue des Champions – Mondial – Euro. Lui aussi, ne compte pas s’arrêter là. Sauf surprise, il va poursuivre cette magnifique aventure. Histoire de perdurer le plaisir et marquer encore un peu plus l’histoire du football, et celle du sport en général. Bravo Monsieur et bravo à cette superbe équipe espagnole.

A lire aussi :

Tout sur l’Euro 2012

Relatifs