thumbnail Bonjour,

L'Espagne s'est qualifiée pour la finale de l'Euro 2012 après un long combat face à un valeureux Portugal, un combat qui s'est achevé aux tirs au but (4 t.a.b. à 2)

Euro 2012, Demi-finale :

Portugal - Espagne0-0 (2 tab à 4)

Un derby, un Clasico même, égard aux différents représentants du Real et du Barça présents sur la pelouse de la Donbass Arena. Une bataille pour la finale de l’Euro, un duel pour le Ballon d’Or. Voilà en quoi consistait cette demi-finale de l’Euro 2012. Mais l’enjeu, si écrasant, n’a pas pour autant primé sur le jeu

Des matchs dans le match

Le duel entre Iniesta et Ronaldo commence tôt. L’Espagnol, démarqué, de tenter sa chance à l'entrée de la surface. La tentative du maestro du Barça passe au-dessus (11e). Ronaldo lui répond deux minutes plus tard avec une première accélération sur le côté gauche, pour prendre de vitesse son coéquipier du Real Madrid, Arbeloa, puis centre au point de penalty vers Nani. Mais Casillas devance l'ailier de Manchester United.

Le match se poursuit et si l'Espagne a la possession du ballon, les contres portugais sont assez dangereux. Notamment lorsqu'ils passent pas la gauche ou Coentrao et Ronaldo se jouent d'Arbeloa. Depuis de nombreuses années, on n'avait pas vu la Roja autant bousculée lors d'un match de phase finale. Pour preuve, l'Espagne n'a que 57% de possession de balle (contre 69% depuis le début de la compétition). Mais la pause est atteinte sur un score nul et vierge.  Et tout restait encore  à faire à l’issue des 45 premières minutes. Face à une valeureuse équipe du Portugal emmenée par un bon Ronaldo, l'Espagne ne parvenait guère à sortir la tête de l'eau qu'à de très rares exceptions.

Suspens prolongé

La seconde période est entamée sans baisse d’intensité. Les Portugais font le pressing sur la première relance espagnole tandis que Les duels, notamment aériens, entre Bruno Alves et Negredo –titulaire surprise de Del Bosque en attaque- valent le détour. Bien marqué, Ronaldo parvient tout de même à servir Almeida, qui tente sa chance dans un angle fermé. Sa frappe n'est pas cadrée à l’heure de jeu. L’Espagne reste dangereuse et un coup franc anodin pour un tirage de maillot de Moutinho à 80 mètres de ses buts aurait pu couter cher au Portugal, si Xabi Alonso avait cadré sa frappe. Le maitre d'oeuvre du Real avait vu le placement d'un Rui Patricio très avancé (67e). Ronaldo réplique et obtient un coup franc à 30 mètres plein axe pour le Portugal mais manque de peu de le cadrer (73e).  Mais malgré l’aggrégat de talent présent sur la pelouse, aucune des deux équipes n’est parvenue à prendre le large à l’issue du temps réglementaire.

Les deux équipes continuent à s’annuler en prolongations. A la toute fin de la première période (104e), sur une offensive d'une Espagne retrouvée, Iniesta est admirablement servi au point de penalty. Mais le buteur en finale de la dernière Coupe du monde voit sa frappe détournée par Rui Patricio. Le héros portugaios devra encore s’employer lors de la seconde période (111e), quand il capte une frappe de Navas suite à une action collective espagnole. La fruste loterie des tirs aux buts départagera les deux formations, et à ce petit jeu, c’est à l'Espagne que Dame Chance a souri, Fabregas réussissant là où Alves a échoué. Valeureux, le Portugal s'incline tandis que la Roja est toujours en course pour marquer l'Histoire.

Le film du match

Relatifs