thumbnail Bonjour,
Euro 2012 - Les enseignements de la 1e journée

Euro 2012 - Les enseignements de la 1e journée

Getty

Alors que tous les groupes de cet Euro 2012 ont disputé leur premier match, Goal.com vous propose de découvrir les enseignements de cette première "journée".

Groupe A: La Russie impressionne, la Pologne déçoit:

La Pologne avait la lourde tâche d'ouvrir cet Euro 2012 par un match face à la Grèce. Les Champions d'Europe 2004 défiait l'un des deux pays organisateurs de cette nouvelle édition de l'Euro. Si le spectacle a été au rendez-vous durant les premiers instants du match, la rencontre a surtout été éclaboussée par une piètre performance de l'arbitre espagnol du jour. Les deux équipes ont terminé le match à 10 après les expulsions de Papastathopoulos côté grec et Szczesny côté polonais. Le portier d'Arsenal s'est en plus rendu coupable d'une faute dans la surface qui aurait pu couter la victoire à son équipe. En effet, Salpingidis avait répondu à l'ouverture du score de Robert Lewandowski. Ce pénalty pour les Grecs aurait donc pu leur offrir la victoire si Tyton ne s'étaitpas interposé sur le tire de Karagounis. La Pologne qui avait à coeur d'impressionner devant son public pour son premier match n'a pas vraiment démontré qu'elle avait les qualités nécessaires pour sortir de ce groupe globalement équilibré. Un match nul 1-1 qui sonne comme une défaite pour les Grecs qui ont eu plusieurs occasions d'inscrire le but qui aurait pu leur offrir les trois points.



De son côté, la Russie n'a pas vraiment eu ce genre d'interrogations. Un premier match expeditif face à la République Tchèque qui a sans doute impressionné bon nombre d'observateurs. Un succès étincellant 4-1 qui vaut aujourd'hui à la formation russe de faire figure de possible favori pour le reste de la compétition. Les coéquipiers d'Andrei Arshavin ont fait une véritable démonstration face à une équipe tchèque bien en deça de son niveau habituel. Petr Cech n'a rien pu faire face aux assaults des attaquants russes. Dzagoev, auteur d'un doublé a montré qu'il avait les qualités nécessaires pour rivaliser avec les plus grands attaquants d'Europe. Shirokov et Pavlyuchenko complètent le tableau d'affichage pour la Russie. Grâce à cette belle victoire, la formation russe prend donc logiquement la tête du groupe A avec 3 points devant la Pologne et la Gèrce respectivement avec 1 point. La République Tchèque est bon dernier avec 0 point au compteur. Lors de la prochaine journée, la Russie tentera de conforter sa première place face à la Pologne alors que la République Tchèque voudra débloquer son compteur face à la Grèce.

Groupe B: La surprise danoise, et la malchance portugaise:

Tous les fans de football attendaient la première journée de ce groupe B dit "de la mort". Avec au moins deux des grands favoris pour le titre, avec l'Allemagne et les Pays-Bas, ce groupe lançait véritablement l'Euro 2012. Mais les surprises ont été de taille. Les Pays-Bas face au Danemark avaient l'occasion de prendre le large au classement avant que l'Allemagne et le Portugal ne dispute le premier grand choc de cette compétition. Pourtant les Néerlandais ont considérablement échoué dans cette tâche. Avec une défaite 1-0, les Hommes de Bert van Marwijk se font peur alors qu'ils doivent encore défier les Allemands et les Portugais. Une performance tristement orgueuilleuse qui leur a couté la victoire face aux Danois. La force offensive de l'équipe hollandaise n'aura pas su être suffisamment réaliste pour tromper une équipe danoise conquérante et volontaire. Espérons pour les Bataves que cette défaite leur servira de leçon pour le reste de la compétition. De son côté, le Danemark réalise une très bonne opération dans ce groupe où il ne semblait pas en mesure de rivaliser avec ces trois cadors européens. Pourtant, les coéquipiers de Daniel Agger ont montré de la détermination et de la solidité défensive qui pourrait mettre en difficulté les deux autres équipes du groupe.



Après cette défaite surprise des Hollandais, l'Allemagne et le Portugal avaient l'occasion de s'imposer comme leader de ce groupe. Le premier grand choc de cet Euro a tenu ses promesses, en tout cas en partie. On attendait bien évidement surtout les Allemands qui après avoir réalisé un parcours qualificatif sans faute faisaient figure de grands favoris aux côtés des Espagnols. Pourtant, et même s'ils se sont imposés 1-0, les hommes de Joachim Low ont déçu dans le jeu. Face à une équipe porutgaise talentueuse et très bien en place, notamment au milieu de terrain, les Allemands ont eu du mal à s'approcher des buts de Rui Patricio. D'ailleurs, les plus belles occasions, sont à mettre à l'actif des hommes de Paulo Bento qui ont touché à deux reprises les montants, Pepe puis Nani. Avec un autre râté de Varela devant les buts, et plusieurs arrêts de Neuer devant Cristiano Ronaldo, les Allemands peuvent s'estimer chanceux de n'avoir pas concédé de but dans cette rencontre. Et grâce à un Mario Gomez opportuniste et toujours bien placé, l'Allemagne remporte une victoire cruciale pour la suite de la compétition. Désormais en tête du groupe avec le Danemark (3 points), l'Allemagne défiera les Pays-Bas lors de la prochaine journée qui devra impérativement s'imposer pour toujours espérer de se qualifier pour les quarts de finale. Le Portugal aura le même objectif face au Danemark qui voudra de son côté confirmer son premier match réussi.

Groupe C: L'Italie tient tête à l'Espagne, la Croatie se balade:

Une affiche digne d'une finale de Coupe du monde, c'est ce que proposait le premier match du groupe C. Les deux derniers vainqueurs de la plus grande compétition internationale s'affrontait avec pour ambition de prendre la tête du groupe. Les Italiens et les Espagnols auront sans doute livré l'un des plus beaux matchs de cette première journée. Un combat très âpre au milieu de terrain et deux équipes très regroupées défensivement mais talentueuses offensivement. Résultat des courses un match nul 1-1 qui arrange globalement les deux équipes. Pourtant, l'Italie aurait pu espérer mieux. En effet, la formation de Cesare Prandelli pouvait craindre une nouvelle démonstration de la part des Espagnols, mais ce ne fut pas du tout le cas. L'équipe de Vincente Del Bosque aura eu du mal à contrer le milieu de terrain italien et à proposer son jeu habituel basé sur le redoublement de passes aux abords de la surface. Si Mario Balotelli avait été un peu plus attentif et réactif devant les buts, l'Italie aurait pu même rêver à la victoire. Et les Italiens y auront cru quelques minutes après l'ouverture du score de Di Natale. Néanmoins, quelques instants plus tard, Cesc Fabregas remettait les deux équipes à égalité. Fernando Torres aura lui aussi gâché de belles occasions, mais ce match nul aura au moins permis de rassurer les Italiens mais de quelque peu inquiéter les Espagnols.



Après cette très belle rencontre d'ouverture du groupe C, l'Irlande et la Croatie se défiaient pour tenter de prendre un maximum de point avant d'affronter les deux principaux favoris de ce groupe. Et à ce petit jeu-là ce sont les Croates qui en sont sortis largement vainqueurs. C'était un peu la force physique face à la puissance technique, deux styles de jeu totalement opposés qui s'affrontaient ce jour-là. Et même si les Irlandais ont fait preuve de courage et d'abnégation, ils n'auront pas pu lutter très longtemps face à la démonstration technique de Luka Modric au milieu de terrain. Le joueur de Tottenham a véritablement orienté le jeu de son équipe lui permettant de s'offrir une belle victoire 3-1. Mandzukic pour le doublé et Jelavic auront inscrit les trois buts de leur équipe. Si les Irlandais étaient tout d'abord revenus au score grâce à St Ledger, ils ont ensuite craqué sous les assaults croates. Néanmoins, la formation de Giovanni Trapattoni aura souffert de malchance surtout sur le troisième but où le ballon rebondit sur Given avant d'entrer dans les buts. L'Irlande sera donc un adversaire solide lors du prochain match face l'Espagne. Tandis que la Croatie tentera de défendre sa première place du groupe face à l'Italie.

Groupe D: La France peut regretter, l'Ukraine peut rêver:

Beaucoup attendaient l'entrée en lice de l'équipe de France après des matchs de préparation globalement réussis, mais face à des équipes de standings plus faibles que celles présentes dans cet Euro. Le premier match face à l'Angleterre était donc un véritable test pour les hommes de Laurent Blanc. Avec pour objectif de se rassurer et de montrer un état d'esprit combatif retrouvé, les Français ont su faire face à une équipe d'Angleterre très loin de son meilleur niveau. Pourtant, c'est très timidement que les Bleus entrent dans la partie et se font secouer par des Anglais très regroupés défensivement et tranchants en attaque avec notamment Danny Welbeck et Ashley Young. A force de reculer, les Français vont même concéder l'ouverture du score sur un coup franc. Le marquage d'Alou Diarra est bien trop laxiste sur Joleon Lescott qui permet, de la tête, à son équipe de mener au score. Mais ce but aura au moins le mérite de réveiller les Français qui avant la mi-temps réduisent le score grâce à Samir Nasri. Le Citizen n'a cependant pas pu s'empêcher de faire parler de lui et pas forcément en bien. Une célébration de but vulgaire adressée aux journalistes qui vaut aujourd'hui à l'équipe de France de parler davantage du comportement des joueurs que de leurs performances sur le terrain. Globalement ce match est source de satisfaction pour les Bleus même s'ils peuvent rregretter de ne s'être pas imposer alors qu'ils dominaient largement le match. Les Anglais de leur côté s'en sortent bien et peuvent toujours croire à une qualification pour les quarts.



L'autre affiche de ce groupe mettait aux prises l'Ukraine et la Suède. L'autre pays organisateur voulait terminer cette première journée de matchs par une belle performance après le triste match nul de son partenaire, la Pologne. Une confrontation qui ne pouvait empêcher la comparaison entre les deux attaquants et capitaines de leurs formations respectives, Andrei Shevchenko et Zlatan Ibrahimovic. Deux finisseurs hors-pair qui auront briller au cour de ce match. Néanmoins, c'est bien l'Ukrainien qui sort vainqueur de ce duel. L'ancien joueur du Milan AC a su répondre à l'ouverture du score de l'attaquant suédois. Un doublé pour le légendaire joueur ukrainien qui aura eu le mérite de faire vibrer tout un stade et tout un peuple. Si la qualification n'est pas encore acquise pour l'Ukraine, la formation peut néanmoins rêver à une performance historique devant son public. De son côté la Suède peut nourrir des regrets. Dominatrice durant la plus grande partie du match, la formation suédoise se sera fait surprendre par deux coups de fusil d'un attaquant trentenaire mais toujours aussi décisif. La prochaine journée sera décisive pour les quatre formations. Le leader du groupe, l'Ukraine défiera la France, tandis que la Suède sera face à l'Angleterre.


Relatifs

From the web