thumbnail Bonjour,

Malgré une saison tronquée, Yoann Gourcuff a été repêché mardi par le sélectionneur Laurent Blanc dans une pré-liste de l'équipe de France pour l'Euro-2012 élargie à 26 joueurs.


Laurent Blanc avait prévenu dès lundi qu'il allait sans doute convoquer plus que les 23 joueurs requis par l'UEFA après les mésaventures subies ce week-end par Loïc Rémy (cuisse), Florent Malouda (cuisse) et Younes Kaboul (genou). Il ne croyait pas si bien dire et a annoncé mardi le forfait de Kaboul, blessé, pour l'Euro. Mais tous les regards se sont tournés, à l'annonce de cette liste, vers Yoann Gourcuff.

« Indéfendable »

Un retour plus d'un an après sa dernière cape (mars 2011), qui va faire parler et qui constitue la principale sensation de la journée. Sportivement, rien ne justifie vraiment le rappel du milieu lyonnais, revenu à la compétition il y a seulement un mois et qui est encore à des années-lumière du niveau de ses années bordelaises. Mais Blanc n'a cessé ces dernières semaines de pointer du doigt les carences des Bleus "dans le coeur du jeu", le domaine réservé de Gourcuff, et de laisser la porte ouverte à son ancien protégé.

"Sur ses années de club, son bilan est indéfendable, puisqu'il a très peu joué, et quand il a joué il n'a pas été performant, mais en équipe de France, son bilan n'est pas si mauvais que cela", a souligné le sélectionneur sur Eurosport.  "Yoann offre une solution comme meneur et relayeur. On sait ce qu'il est capable d'amener. Il n'est pas encore à 100% mentalement et physiquement mais on peut l'aider à ce qu'il le soit. Le temps est compté mais on se donne la possibilité de réussir. Il y a des entraîneurs qui réservent des places à des joueurs qui n'ont pas fait un match. On compte sur la fraîcheur, ça arrive aussi." estime toujours Blanc qui sent le joueur soluble dans le groupe et le collectif bleu malgré les méfiances des observateurs.

"
Je conçois qu'on puisse se poser la question de ses performances sportives. Il bénéficie de circonstances favorables. Mais quand j'entends qu'il peut être dangereux pour la notion de groupe, j'ai l'impression qu'on veut faire entrer le loup dans la bergerie. Depuis le début, il fait partie de ce groupe. Il en est sorti sur blessure puis méforme. Ne le faisons pas passer pour un loup, ça n'en est pas un." Le patron des Bleus n'a donc pas souhaité tenir compte des problèmes relationnels qu'entretient Gourcuff avec certains joueurs depuis le fiasco de Knysna. En y ajoutant Ben Arfa, autre élément perturbateur, Blanc a clairement fait le pari du jeu et de la technique au détriment peut être de la vie en communauté. Un pari osé ?


Relatifs

From the web