thumbnail Bonjour,

EXCLU GOAL / FRANCE BLEU - Avant le dernier match de la saison face à Caen samedi, Thiago Motta a reçu l’équipe de Tribune PSG au Camp des Loges.

Il n’a pas encore prolongé son contrat mais il répète sans cesse qu’il se sent encore "joueur". Si Thiago Motta devrait signer un nouveau bail avec le Paris Saint-Germain à l’issue de la saison, c’est pour jouer et continuer à "avoir de l’ambition dans le meilleur club de ma carrière". Pendant près d’une heure, l’Italien s’est confié à l’équipe de Tribune PSG, partenaire de Goal, au Camp des Loges sur la saison parisienne, sa vie, sa carrière et son futur.

Motta : "Le PSG est le club le plus important de ma carrière"

Monaco est champion, cela fait-il mal de voir ça ?

Thiago Motta : Bien sûr que ça fait mal. La victoire de Monaco, c’est notre défaite. Le championnat a été équilibré, mais les Monégasques ont été plus réguliers que nous. Il faut les féliciter, c’était l’équipe la plus forte, ils ont mérité ce titre. Nous, on devra faire un bilan après la finale de Coupe de France. On a la possibilité de dépasser Marseille au palmarès de la compétition.

Unai Emery avait déjà parlé de cette possibilité en conférence de presse, c’est important pour vous ?

On en parle entre nous, c’est un plus. Mais le plus important, c’est de gagner encore un titre. Pour les supporters, et pour nous, c’est une motivation supplémentaire d’aller chercher cette Coupe de France.

Après cette finale, il sera temps de prendre une décision sur votre avenir. Vous êtes en fin de contrat, où en sont les discussions avec le PSG ?

Je suis très reconnaissant auprès des supporters et du club. Cela fait 5 ans et demi que je suis ici, j’ai toujours été bien. La décision n’est pas encore prise, mais je peux vous dire que les discussions avec le club et le président se passent bien. Je suis bien et je crois que le club est content de moi aussi. J’espère qu’à la fin de la saison, avec une victoire contre Angers, on pourra discuter de ce que l’on veut faire. Le plus important, c’est de prendre la bonne décision pour le PSG.

Êtes-vous angoissé à l’idée de devoir mettre un terme à votre carrière ?

Je suis un passionné de football. J’ai commencé à jouer à 4 ans. Je regardais mon père avant de jouer moi-même. J’ai presque 35 ans maintenant et je n’ai rien à regretter dans ma carrière. J’ai grandi, j’ai appris et je continue à apprendre. Le football, c’est ma vie, je ne vais pas me convertir en agent immobilier après ma carrière (rires). Je n’en serais pas capable et je ne serais pas heureux. Mais je dois préciser que je me sens joueur.

Trapp Silva Motta PSG Monaco Ligue 1

Maxwell disait cette semaine que vous devez rester au PSG, est-ce que Maxwell doit rester au club ?

Bien sûr. Nous avons une relation énorme tous les deux. Même quand on ne jouait pas ensemble, on était proche, même si la relation change un peu. On s’admire, on se respecte mutuellement. Si on prend les joueurs au PSG, Maxwell a une expérience incroyable et un futur énorme. Je suis certain que le club qui va le prendre pour son avenir sera privilégié. Je peux passer des heures à vous dire ce qu’il pourrait apporter. Il est capable de continuer à travailler dans le football. Il connait le football, l’organisation du football. Il est passé par l’Ajax et Barcelone, il sait comment ça se passe dans les meilleurs clubs. Il faut lui donner de la confiance. Pour continuer le développement du club, le PSG a besoin de personnes comme Maxwell.

Paris est-il le club le plus important de votre carrière ?

Oui et j’en suis fier. J’ai joué le plus de matches dans ma carrière avec le PSG, ce n’est pas banal. Je ne me suis jamais senti aussi bien dans un club. Cela me donne l’envie de pouvoir continuer à participer à ce projet. Le PSG est ambitieux, et moi aussi. Il y a encore beaucoup de choses à faire. Je veux aider et je serais heureux de rester longtemps dans ce club encore. Il faut trouver un projet qui me correspond sur le long terme. Je dois redonner la confiance que m’a donnée le club en 2012 quand ils sont venus me chercher.


"Vous imaginez Messi dans l'effectif du PSG ?"


Un joueur vous a-t-il impressionné depuis que vous êtes au PSG ?

Marco Verratti ! Je ne le connaissais pas bien avant qu’il arrive mais maintenant, on a besoin de se rendre compte du joueur que l’on a. Moi, je dois m’en rendre compte en jouant avec lui et vous en le regardant en live. J’espère qu’un jour on va vraiment voir le privilège que l’on a.

Si vous aviez une baguette magique, quel joueur souhaiteriez-vous faire venir au PSG ?

C’est facile : Lionel Messi. Vous imaginez Messi arriver dans l’effectif du Paris Saint-Germain ? L’enthousiasme que cela peut procurer et je ne parle pas seulement du terrain. J’ai joué avec lui, comme Maxwell, on le connait très bien. C’est un gagnant. La différence avec les autres joueurs est énorme. En dehors du terrain, médiatiquement, ce serait quelque chose d’énorme. Cela donnerait une dimension encore plus grande à l’équipe.

On parle beaucoup d’Adrien Rabiot comme votre successeur en sentinelle, pensez-vous que ça peut lui convenir ?

Entre Marco (Verratti), Adrien (Rabiot), Blaise (Matuidi) et moi, je pense qu’on a écrit une petite histoire dans le club. Pour Adrien, c’est à lui de choisir. Il peut jouer attaquant, défenseur, milieu de terrain, comme n°6, 8, 10... Il peut jouer avec ses coéquipiers, il peut marquer, il sait utiliser son physique, sa technique est presque un don... il a beaucoup progressé depuis qu’il est ici. C’est un joueur important pour l’avenir du club. Il parle beaucoup avec l’entraîneur de sa position. Il a ses envies, mais il doit être confortable sur le terrain.

Avez-vous une une petite anecdote sur vos 5 ans au PSG ?

Il s’est passé beaucoup de choses... Je dois réfléchir à ce que je peux raconter aussi (rires). Il y a cette petite scène entre Carlo Ancelotti et Zlatan Ibrahimovic à Evian en championnat. Carlo est quelqu’un de très tranquille. Mais ce soir-là, on a vraiment mal joué. À la fin du match, il rentre dans le vestiaire, et son sourcil gauche était déjà bien haut. Ce n’est jamais bon signe. Il commence à parle en Italien et même moi, je ne comprenais pas tout. Il y avait une boite devant lui, il met un coup de pied dedans et la boite atterrit juste à côté de la tête de Zlatan Ibrahimovic. On s’est tous regardé en se demandant ce qui allait se passer... Mais finalement, il n’y a rien eu, Ibra avait beaucoup de respect pour Carlo.  Ce n’est qu’une anecdote parmi d’autres.

Il y en a d’autres ?

Il y en a une qui me fait beaucoup rire. C’était un match contre Troyes je crois. Carlo Ancelotti fait sortir Kevin Gameiro pendant le match. Kevin frappe une bouteille en sortant juste à côté de Carlo. Le lendemain, le coach vient me voir en me disant "tu te rends compte de ce qu’il a fait ? Ce n'est pas bien et je ne comprends pas." Le jour d’après, il y avait vidéo pour parler du match suivant. À la vidéo, on voit Kevin qui frappe la bouteille. Carlo met pause et dit devant tout le monde : "Kevin, si tu frappes de la même façon la bouteille et le ballon devant le but, je suis certain que tu marqueras et que tu ne sortiras pas." On a vraiment bien rigolé à ce moment-là.

Propos recueillis par Loïc Tanzi

Relatifs