thumbnail Bonjour,

Après avoir laissé filer des points au Parc des Princes face au PSG (2-1), l'Olympique lyonnais n'a plus qu'un seul choix pour jouer en C1 la saison prochaine : gagner la Ligue ...

Après le match nul de Nice à Nantes plus tôt dans le week-end (1-1), l'Olympique lyonnais se présentait au Parc des Princes avec la ferme intention de faire un coup. "On était là pour prendre des points et se rapprocher du podium", rappelait même Bruno Génésio en conférence de presse après la rencontre. Dans l'espoir un peu fou de jouer encore pour la troisième place, Bruno Génésio avait donc concocté une équipe offensive qui a d'abord montré de belles intentions avant de sombrer physiquement (défaite 2-1, ndlr). À 8 journées de la fin du championnat, l'OL n'a pratiquement plus aucune chance de se qualifier pour la grande coupe d'Europe. Sa prestation face au PSG a tout de même donné encore un peu plus de corps à un rêve grandissant : remporter la Ligue Europa et ainsi faire passer sa saison de mitigée à historique. 

Les réactions en zone mixte après PSG-OL

L'OL ne regarde plus vers le haut

Tant qu'ils auront encore le droit d'y croire, aucun Lyonnais n'avouera que la Ligue 1 est désormais passée au second plan. La réalité mathématique, qui place Lyon à 14 points de la troisième place, ne laisse tout de même plus beaucoup de place à la rêverie. Alors qu'il parlait encore de titre il y a quelques semaines, Bruno Génésio a brutalement remis les pieds sur terre. "Il faut garder les deux objectifs (Ligue Europa, Ligue 1). Même si la 3e place semble difficile à atteindre, on a une 4e place à défendre. Les deux compétitions sont importantes pour moi", expliquait-il en conférence de presse. La preuve que l'OL, redevenu cartésien, a désormais le regard dans le rétroviseur. 

Bruno Génésio

Avec 4 points de plus que Marseille et Bordeaux (plus une différence de buts très favorable), le club rhodanien bénéficie d'un petit matelas qu'il lui faudra préserver. Mais si les objectifs nationaux ont considérablement reculé, l'OL compte bien directement sauter à l'échelon supérieur. En manque d'énergie suite à leur éprouvante qualification en quarts de finale de la Ligue Europa face à la Roma, la défaite face au Paris Saint-Germain n'aura au moins pas entamé le moral des troupes. Au contraire, certaines postures se sont sans doute renforcées. "On était venu ici avec beaucoup d'ambition. On n'a pas su être suffisamment solide mais je pense qu'il y avait la place", regrettait Bruno Génésio après la rencontre. Une manière de dire que son équipe, plus fatiguée qu'impuissante face à Paris, n'avait pas démérité. 

Jusqu'à la sortie d'Alexandre Lacazette (52e), l'OL avait parfois poussé le PSG dans ses retranchements et avait contesté une domination parisienne qui ne s'est réellement affirmée que dans la dernière demi-heure. La preuve que, collectivement, en forme et avec son buteur providentiel, l'OL a les armes pour embêter du beau monde. Les deux semaines de trêve internationale reposeront les jambes et rafraîchiront les têtes, tournées désormais vers Besiktas et le seul objectif encore en vie.

Julien Quelen, au Parc des Princes

Relatifs