thumbnail Bonjour,

Quel sera le onze type du PSG ?

Le Paris SG aura un effectif des plus compétitifs la saison prochaine. Mais la question reste entière concernant le onze type sur lequel va s’appuyer Laurent Blanc.

A quelques éléments près, on connait aujourd’hui à quoi va rassembler le groupe du PSG la saison prochaine. Le club francilien a pris son temps au moment de cibler les renforts. Mais, une fois que c’était fait, il s’est vite empressé d’assurer leurs venues. En moins d’une semaine, et en mettant sur la table pas moins de 115M€, le club champion de France vient ainsi de mettre la main sur trois transfuges de choix : Edinson Cavani, Lucas Digne et Marquinhos. Des acquisitions qui font très certainement le bonheur de l’entraineur en place, Laurent Blanc. Toutefois, s’il se réjouit de pouvoir bénéficier d’un groupe aussi riche quantitativement que qualitativement, le Cévénol sait qu’il va être conforté à de nombreuses tâches périlleuses. Comme celle qui consiste à mettre en place un onze idéal, celui sur lequel il va s’appuyer en priorité  lors des matches importants.

Thiago Silva, le seul indiscutable

Engagé dans quatre compétitions différentes, le PSG aura besoin de toutes ses forces pour tenir sur la durée et espérer accomplir son objectif qui est de remporter le plus de trophées possibles. En même temps, il serait étonnant que Blanc opte pour un turnover régulier. Quand on connait l’importance des automatismes dans le bon comportement d’une équipe, il est clair qu’à l’instar de Carlo Ancelotti, il cherchera à établir une hiérarchie et ce à tous les postes. Cela ne sera certainement pas sans conséquence sur la bonne ambiance dans le vestiaire, mais c’est inévitable et c’est le lot de toutes les grandes formations européennes. La question qui serait, plutôt, sur toutes les lèvres c’est : à quoi va justement ressembler cette équipe-type ? En évaluant les différentes options et en prenant en considération toutes les forces et faiblesses, individuelles ou collectives, notre rédaction s’est risque d’en proposer une.

Le seul secteur où aucun remaniement n’est à prévoir est, bien sûr, celui du gardien. L’Italien Salvatore Sirigu devrait préserver sa place de titulaire. Bien qu’auteur de très grosses prestations à l’occasion de la Coupe du Monde des moins de 20 ans, le jeune Alphonse Areola ne devrait pas menacer l’ex Palermitain, surtout s’il quitte le club en prêt comme c’est prévu normalement. L’ex Rennais Nicolas Douchez devrait, lui, préserver sa place de doublure. Pressenti un temps pour partir ailleurs, ce dernier se serait décidé de rester au Parc des Princes suite à l’arrivée de Laurent Blanc.

En défense, la seule constante sur laquelle on peut parier par rapport à la saison dernière est la présence de Thiago Silva dans l’axe. Quoi que…D’ici la fin du mercato, « le Monstre » pourrait faire le choix de quitter le club pour s’engager en faveur du Barça. A ses côtés, la logique veut qu’Alex préserve également sa place. Sauf que le Brésilien va devoir faire face à la concurrence de son jeune compatriote Marquinhos. S’il n’a que 19 ans, ce dernier a, de l’avis de tous les observateurs, toutes les qualités pour s’imposer chez les champions de France. Malheureusement, ce constat ne s’impose pas pour Sakho. A moins qu’il n’accepte le fait que son temps de jeu se réduise encore plus, l’international français va quitter le club de la capitale.

Construire au tour de Matuidi

Le débat concernant les occupants des places sur les côtés est encore plus important. Que ça soit sur le flanc gauche ou droit, on ne peut, pour l’instant, savoir exactement qui sera le choix prioritaire. Bien que recruté pour 15M€, Digne n’est pas sûr de jouer régulièrement. Blanc pourrait lui préférer l’expérimenté Maxwell. De l’autre côté, c’est Christophe Jallet qui part avec un avantage. Néanmoins, on voit mal l’ex Lorientais demeurer immuable. Grégory Van der Wiel, même s’il a affiché ses limites lors de sa première saison à Paris, peut éventuellement lui prendre son poste.



En milieu de terrain, Blaise Matuidi parait indiscutable. Après la saison qu’il vient de faire, l’ex Stéphanois ne peut qu’être conservé dans son rôle. Et puis, s’il a su séduire Ancelotti, on peut supposer qu’il convaincra facilement Blanc. Reste à savoir qui évoluera à ses côtés dans le rôle de récupérateur. Dans le cas où le PSG se produise en 4-3-3, c’est le duo italien Thiago Motta – Marco Verratti qui sera choisi. Et si c’est le 4-4-2, l’un des deux aura à céder sa place. Le plus vieux (Motta) part avec les faveurs des pronostiques, mais sa fragilité physique ne laisse place à aucune certitude. Dans son secteur, Blanc peut aujourd’hui aussi compter sur Clément Chantôme, Mohammed Sissoko et Adrien Rabiot. Toutefois, la présence d’aucun de ces éléments n’est assurée après la fin du mercato.

En attaque, ça se bouscule

Pour conclure, il y a le secteur de l’attaque, celui qui cristallise à la fois le plus d’excitation et aussi le plus  d’interrogations. La première inconnue concerne la configuration pour laquelle Blanc va opter. Fera-t-il évoluer sa formation avec trois attaquants ou seulement deux ? Quel que soit son choix, il doit se préparer à faire des déçus. La tendance veut qu’il aligne le prestigieux duo Zlatan Ibrahimovic – Edinson Cavani aux avant-postes. Le souci c’est qu’il existe une incertitude concernant l’avenir du Suédois au PSG et une autre qui concerne sa complémentarité à venir avec le buteur uruguayen.

Si cette combinaison ne porte pas ses fruits, l’ex patron des Bleus pourra proposer un seul attaquant de pointe et faire glisser l’une des deux stars sur un côté. Il restera ensuite à savoir quels seront les milieux offensifs les plus à même à fréquenter la paire en question. Entre Lavezzi, Pastore, Lucas et Menez, ils seront quatre pour deux places (ou trois). La bataille fera assurément rage entre eux. Gageons que la concurrence entre eux et aussi dans les secteurs soit saine. Il en va de l’intérêt du PSG.

ss

Relatifs