thumbnail Bonjour,

A Nice, VA était méconnaissable par rapport à cette équipe qui faisait trembler la L1 lors de la phase aller. Un accident de parcours? C’est ce que les Nordistes comptent prouver.

Il y a encore quelques semaines, Valenciennes faisait office d’un candidat sérieux à l’Europe en Ligue 1. Même s’ils n’ont rien annoncé publiquement, les Nordistes ont montré suffisamment de choses sur le terrain pour pouvoir légitimement postuler à une place dans le premier tiers du tableau, et en particulier durant la période septembre-octobre où ils ont successivement fessé l’OM (4-1) et Lorient (6-1). Mais, du côté du Hainault, ce temps-là semble aujourd’hui bien loin. L’équipe de Daniel Sanchez est redescendue sur terre et d’une manière assez brutale. Déjà en perte de vitesse en fin de l’année dernière, la machine nordiste s’est complètement déréglée depuis la reprise et la lourde correction essuyée dimanche dernier à Nice (0-5) a plombé totalement la bonne ambiance qu’il y avait au sein du groupe. Une spirale négative mais que les joueurs sont déterminés d’enrayer et pouvoir ainsi repartir de l’avant.

Sanchez attend une réaction

Avec une 10e place occupée au classement et une avance de 10 points sur le premier relégable, Valenciennes n’est pas encore dans une situation alarmante. Néanmoins, la partition livrée en terre azuréenne ressemble à celles que produisent les formations à la dérive. Une réalité que personne ne renie, mais que chacun espère changer. Même les nouvelles recrues, à l’instar de Younosse Sankharé, l’ex Dijonnais. « On est obligé de réagir après le match que l'on a fait à Nice, a-t-il confié. On doit y aller avec les crocs, en guerrier pour faire un résultat. Perdre 5-0, c'est vexant. C'est une piqure de rappel et à Ajaccio, on doit montrer que l'on était juste dans un mauvais jour à Nice ». Le coach, Daniel Sanchez, attend, lui aussi, beaucoup de ce déplacement en terre corse : « Que les joueurs réagissent après la défaite à Nice, c'est la moindre des choses. C'est une évidence que j'attends une réaction de leur part ».

Mentalement, les Valenciennois paraissent donc avoir quelque peu digéré leur récente déroute en se remettant vite au travail. Malheureusement pour eux, durant la semaine, les contraintes ne les ont pas vraiment épargnées. Avec la capricieuse météo qui règne actuellement dans le Nord, ils n’ont pas vraiment pu se préparer comme ils l’espéraient. « Les conditions d'entraînement sont difficiles, admet Sanchez. On est obligé d'aller en salle. On travaille donc sur une surface réduite, avec des appuis différents ». L’ancien coach de Tours a déploré donc cet état de faits, mais il ne s’en plaint pas. Et il attend de ses protégés qu’ils « compensent ce manque ». « Le but n'est pas de se cacher derrière ça. Il faudra avoir le bon état d'esprit et prendre le taureau par les cornes ». Ça ne sera pas de tout repos face à une équipe de l’ACA, qui, elle, est en pleine confiance après son match nul ramené de Paris (0-0).

Pour renouer avec les résultats positifs, VA aura donc à se surpasser et recouvrir les qualités qui ont fait sa force durant la première moitié du championnat. Pour cela, elle ne pourra pas compter sur un bon nombre de ses éléments cadres. Danic (péroné), Camara (genou), Mater et Carlos Sanchez (ischio-jambiers) et Pujol (mollet) sont tous à l’infirmerie. Toutefois, l’équipe nordiste se remettra sur ses deux dernières recrues que sont Lindsay Rose et Maor Melikson, en plus de Sankharé. Vu les circonstances, l’entraineur a dû avancer leur baptême sous les couleurs rouges. Et maintenant, il croise les doigts pour que ce choix s’avère être rentable. Il en va de l’intérêt de l’équipe et aussi son futur, car il y a fort à parier que ce duel face à Ajaccio va être un tournant dans la saison de VA. Un succès remettrait l’équipe dans le droit chemin. En revanche, un revers, voire même un nul, et les hôtes du Hainault devront commencer à regarder en bas et trembler pour leur place parmi l’élite.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web