thumbnail Bonjour,

Nice, qui a largement battu Valenciennes (5-0) dimanche après-midi, confirme qu'il sera bel et bien un outsider pour les places européennes cette saison.

Nice a largement battu Valenciennes (5-0) dimanche après-midi,  confirme qu'il sera bel et bien un outsider pour les places européennes cette saison.

"On est là parce qu'on l'a mérité"

Il y a eu quelques surprises lors de cette 20e journée de Ligue 1. Le PSG a été tenu en échec par Ajaccio sur sa pelouse (0-0) alors que l'OM s'est lourdement incliné à Sochaux (3-1). Mais la sensation du week-end, c'est bel et bien l'OGC Nice. Le club azuréen a écrasé Valenciennes, en se montrant une fois de plus très séduisant, afin d'accrocher la cinquième place du classement (à égalité de points avec Bordeaux (4e) et Rennes (6e), les trois clubs étant départagés à la différence de buts).

Si les Valenciennois avaient plutôt bien négocié la première période avec une cohérence défensive, le superbe but de Dario Cvitanich (1-0, 45e) a tout fait voler en éclats. Ce sont des niçois déchaînés qui sont revenus sur le terrain.  Civelli a mis le pied droit pour doubler la mise (2-0; 59e). Puis, Eysseric n'a laissé aucune chance au gardien adverse avec sa frappe de l'extérieur du droit des vingt mètres dans la lucarne (3-0; 64e). Cvitanich, de son côté, s'est offert un doublé (4-0; 79e) avant que Didier Digard ne marque le deuxième but de sa carrière (5-0; 87e). « Je crois que je n'avais plus marqué depuis mon arrivée à Nice en 2010. C'était à Monaco. Cela fait plaisir mais je suis surtout content pour les gens qui me soutiennent. Inscrire un but ne me trottait pas plus que cela. Dimanche, nous avons été très réalistes. Cinquième au classement ? On est là parce qu'on l'a mérité avec une grosse première partie de Championnat. Mais il est reste tant de matches », a expliqué le capitaine du Gym après le match.

Nice n'avait plus réalisé un tel festival offensif depuis mars 1989, c'est pour dire. Alors que les azuréens n'ont cessé de se battre contre la relégation ces dernières saisons, ils se retrouvent désormais à côtoyer le haut du classement. Ils enchaînent les bonnes performances, offrent un visage séduisant et sont devenus discrètement, sans qu'on y fasse réellement attention, un des candidats pour décrocher une place européenne à la fin de la saison. Lors de ses 10 derniers matches de championnat, le Gym n'a d'ailleurs signé qu'une seule défaite (3-0 contre l'OL) pour 7 victoires. L'arrivée de Claude Puel a su mettre en valeur une formation remaniée et rajeunie à peu de frais (400.000 euros pour le transfert de Cvitanich par exemple) qui compte bien aller aussi loin qu'elle le pourra. Les autres formations sont prévenues.

Relatifs

From the web