thumbnail Bonjour,

La conférence de presse d'hier de Frédéric Antonetti après la défaite des siens face à Bordeaux a hier été l'un des moments fort de la journée. Extraits.

Battu hier par Bordeaux sur le score de 2-0, Rennes a encore une fois raté le coche. Toujours dans le milieu du classement, le Stade Rennais a du mal à devenir une place forte de la Ligue 1. Actuellement cinquième du championnat, on sait d'avance que comme chaque années, les rouges et noirs vont redescendre au fil des journées. Rennes vise chaque année l’Europa League, mais l’équipe pourrait-elle faire mieux ? Hier, en conférence de presse, Antonetti a répondu de manière virulente, voici un florilège de sa conférence de presse, qui restera comme l’un des meilleurs moments de cette année de ligue 1.

Un one-man show

«Vous êtes complètement à côté de la plaque sur le Stade Rennais. On ne peut pas lutter sur la durée avec Bordeaux ! On est très proches mais on n'arrive pas à franchir le cap. Cela m'exaspère ! C'est déjà bien d'être là ! Car on n'a pas les moyens d'être là ! Il ne faut pas le dire mais je le dis ! Parce que le dernier d'Angleterre vient nous piquer un de nos meilleurs joueurs ! Le football français est à la dérive économiquement. On est limités. Si vous voulez dire que c'est de ma faute (que Rennes ne franchit pas un cap), j'en ai rien à foutre ! J'assume. Mais arrêtez de nous mettre dans les favoris.» a donc déclaré hier l’entraîneur rennais qui a revu les objectifs du club à la baisse. Pourtant, le Stade Rennais a pour propriétaire Jean-François Pinault, très haut placé dans le classement des fortunes française avec son groupe PPR. Cependant, le mari de Salma Hayek a du mal à mettre la main au portefeuille, ce que semble lui reproché l’entraîneur corse. Outre cela, il annonce aussi le départ de Yann Mvila au Queens Park Rangers, actuellement dernier de Premier League.

Stade en baisse, résultats qui ont tendances à baisser en fin d’année, Antonetti a trouvé lui-même la solution pour que le Stade Rennais aille mieux :

« Contre des équipes qui gèrent bien, on est en difficulté et on arrive à franchir le cap. Alors peut-être qu'en changeant d'entraîneur, je vous le dis avant que vous me posiez la question, le club franchira un cap, a-t-il poursuivi. J'ai lu que c'était moi qui avais vidé le stade ! Je serais Pierre Dréossi, j'enlèverais Antonetti et je construirais un stade de 50 000 places qui serait plein ! On est limités pour contrarier les grosses équipes ! »

Mettez-vous le donc en tête, Rennes n’est ni un favori pour la course au titre, ni un candidat à la Ligue des Champions. Non, l’objectif des bretons est donc de rester tranquillement dans le ventre mou du classement, en attendant que le président vide ses poches.

Relatifs

From the web