thumbnail Bonjour,

Sorti sans gloire de la Coupe de France, Lyon essaye d’évacuer rapidement les séquelles de cette élimination. Afin de ne pas gâcher tout ce qui a été bâti jusque-là.

C’est avec l’envie d’entamer l’année 2013 aussi bien qu’ils ont terminé celle de 2012 que les Lyonnais se sont présentés dimanche au Stade de la Colombière pour le 32e de finale de la Coupe de France face à Epinal. Malheureusement pour eux, la réalité du terrain n’a guère été conforme à leurs attentes. Contre une équipe occupant pourtant les dernières places au classement du National, les Gones ont fauté, laissant filer le trophée qu’ils avaient durement gagné la saison dernière. Un couac aussi inattendu que déplaisant et qui n’a pas été sans conséquence sur le moral des troupes. Néanmoins, au lendemain de cette contre-performance, on a évité, aussi bien chez les joueurs qu’auprès du staff, de remuer le couteau dans la plaie et ce en se projetant dès maintenant sur la reprise du championnat.

Garde ne blâme pas ses joueurs

Un de ses acteurs de cette triste défaite, concédée à l’issue de la séance des tirs au but (3-3 a.p.t.b.4-2), Milan Bisevac avait été, en réalité, le seul à hausser la voix après la fin du match. Le Serbe a parlé d’une prestation « très, très grave ». Mais, plus qu’un cri de panique, cette déclaration s’apparentait à une pique envers ses partenaires. « Il faut vite relever la tête pour ne pas refaire de betise comme ça ». Les mots de son coach, Rémi Garde, ont été plus mesurés. S’il a reconnu qu’il s’agissait d’une « grosse déception » et qu’il fallait forcément « se poser des questions » à l’issue d’une élimination face à une équipe de troisième niveau, le technicien rhodanien a cherché surtout à réconforter ses hommes. "Il y a des matchs où l'on est déçu par les joueurs, aujourd'hui, très sincèrement, je suis déçu pour les joueurs. On a fait un match intéressant. On a manqué de réussite, on a touché trois poteaux" a-t-il ajouté.

Garde va devoir donc attendre avant de remporter une nouvelle Coupe Nationale avec cette équipe, puisque celle de la Ligue leur a également tourné le dos dès le premier tour (défaite contre Nice). Mais, cela pourrait être un mal pour un bien en vue des deux objectifs restants que sont la Ligue 1 et la Ligue Europa. A condition, bien sûr, de renouer avec les bonnes habitudes et aussi faire montre d’un bel état d’esprit. Comme celui que les joueurs ont réussi à afficher pour revenir à 3-3 dans ce match contre Epinal. « Au niveau du contenu du jeu et à l'attitude des joueurs, je n'ai pas été déçu » a poursuivi Garde, «je l'ai dit aux joueurs, il ne faut pas baisser la tête ». Jusque-là, cette saison, Malbranque et ses coéquipiers ont toujours su rebondir les quelques accrocs qu’ils ont connus. A eux de confirmer cette capacité à rebondir et ce dès le week-end prochain face à Troyes. « Il faut se concentrer sur ce match » a prévenu un Gomis déjà remobilisé.

Lyon n’est pas abattu plus que cela et il y a des raisons de croire en un accident de parcours. Cela dit, pour se relancer, les Rhodaniens devront aussi bien gérer d’autres facteurs contraignants sur lesquels ils ont un peu moins le contrôle. Comme celui de l’inconnue qui concerne l’effectif appelé à rester en place jusqu’à la fin de la saison. Le président Jean-Michel Aulas l’a répété à plusieurs reprises, des départs ne sont pas à exclure si des offres intéressantes lui sont émises et cette réalité concerne des cadres de l’équipe titulaire (Michel Bastos, Gomis). Une problématique dont le co-leader du championnat se serait bien passé. Cependant, c’est aussi dans sa capacité à ne pas se disperser face à ces événements contraires que Lyon pourra démontrer qu’il a la carrure pour retrouver le premier plan du football français. Même si, bien sûr, on aurait du mal à mises là-dessus en se rappelant cette triste escapade en terre spinalienne. 

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web