thumbnail Bonjour,

Le Conseil constitutionnel a décidé, ce samedi, de censurer l’impôt à 75 %, contenu dans le projet de loi de Finances 2013. Le foot professionnel est ravi.


La Ligue de football professionnel (LFP) s’est félicitée, ce samedi, de l’annulation par le Conseil constitutionnel de la taxation exceptionnelle à 75 % pour les très riches. La LFP a parlé d’une « belle et indispensable victoire collective » pour le football français. « Le football professionnel a eu bien raison de se battre ! », a déclaré le président de la Ligue, Frédéric Thiriez. « Depuis le début, nous tirons la sonnette d’alarme sur les dangers d’une telle taxation. Dangers pour le football français avec des conséquences désastreuses pour les clubs sans que les finances publiques s’y retrouvent, au contraire, avec l’exode des meilleurs joueurs ».

La taxe défense

La Ligue de football professionnel (LFP) a été en pointe dès la campagne présidentielle dans le combat contre cette taxe qui aurait touché une centaine de joueurs du Championnat de France - sur un total de 1.500 contribuables concernés. La mesure a été invalidée par la Conseil constitutionnel pour des raisons techniques (le fait que cette contribution supplémentaire soit assise "sur les revenus de chaque personne physique" alors que l'impôt sur le revenu est prélevé "par foyer") mais peu importe pour le foot français qui se réjouit de cette issue.
"A part le PSG, aucun club n'a les moyens de payer cette taxe" qui aurait conduit à "une fuite des talents", a estimé le président de l'UCPF (syndicat des clubs pros), Jean-Pierre Louvel Détenu par un richissime fonds d'investissement qatari, le PSG fait figure d'exception en France, avec notamment le salaire mirobolant de sa star Zlatan Ibrahimovic, estimé à 14 millions d'euros net annuels.

Les détracteurs de cette taxe sont donc soulagés car selon eux, elle aurait pu faire chuter le montant des droits télé, principale source de revenus des clubs français. En effet, sans ses vedettes et autres attractions, le foot français ne vaudrait pas 600 millions d'euros et son pouvoir d’attraction serait amoindri. Reste à savoir si le gouvernement en restera là. La gauche avait fait de cette taxation son cheval de bataille lors de sa campagne présidentielle. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a d'ailleurs promis dès samedi une nouvelle mouture de la taxe censurée dans le cadre "de la prochaine loi de finances", sans donner davantage de précisions. En attendant, le foot français savoure.

From the web