thumbnail Bonjour,

Auteur de sa meilleure première moitié de saison depuis 1999, le club provençal a désormais la certitude qu’il est dans le droit chemin afin de renouer avec ses belles heures.

Dimanche soir, au Vélodrome, lors de la réception de Saint-Etienne, l’OM n’a pas vraiment brillé. La victoire acquise sur la plus courte des marges (1-0) paraissait même quelque peu illogique au regard de la physionomie du match. Mais, pour cette « der » de l’année, l’essentiel était assurément ailleurs. L’équipe de Baup avait pour objectif de s’offrir un troisième succès d’affilée et recoller aux deux équipes de tête afin de partir en vacances dans des conditions optimales. Elle l’a fait. Et au regard du bilan qu’elle affiche au bout de 19 journées, son meilleur depuis l’exercice 1998-99 (38 points), il n’y avait aucune honte à fermer, pour une fois, l’œil sur la manière. A défaut d’être une machine à tout dévaster, comme l’est par exemple le PSG en ce moment, Marseille est redevenue une équipe compétitive, capable, même avec des moyens limités, à concurrencer les meilleures équipes de l’Hexagone.

« Une belle carte à jouer »

Au regard du nombre de victoires récoltées depuis le début du championnat (12), l’OM fait même mieux que tenir la comparaison avec ses vieux rivaux. C’est simple ; personne n’a jusque-là gagné autant de matches que les Phocéens en Ligue 1. Une forme qu’on pourrait qualifier d’olympique, surtout si on s'amuse à comparer le bilan qui était le leur la saison dernière à la même époque (7 points et 4 victoires de moins). Steve Mandanda, capitaine et l’un des plus anciens joueurs du club, est le plus à même à parler de cette ascension. « On fait une très bonne première partie de saison. En plus, on part en vacances très sereinement. On sortait de deux défaites à domicile et ce succès contre St Etienne est un très beau cadeau de Noël pour tous nos supporters» a-t-il déclaré. Un présent que ces derniers vont savourer à sa juste valeur, eux, qui depuis le titre de 2010 n’ont pas eu trop l’occasion de s’enflammer lors des compétitions nationales.

Il n’y a plus aucun doute quant au fait que Marseille a franchi un palier depuis l’été dernier. Sous les ordres d’Elie Baup, cette équipe a retrouvé son ADN qui est celui de la gagne, mais elle a surtout recouvert quelques belles valeurs au niveau du comportement collectif. « C’est une évidence que notre état d’esprit est très bon, martèle l’entraineur. A Bastia, à Toulouse et ce soir, face à St-Etienne c’est le cas. Nous avons affiché cette solidarité.» Acteur majeur de cette phase aller du championnat, Mathieu Valbuena partage parfaitement cet avis : « après cette claque reçue contre Lorient (0-3), on s’est remis en question, on est revenu avec des intentions réelles, avec un état d’esprit, une force collective ». Même au niveau de la direction, on a pu déceler cette encourageante évolution, comme en témoignent les propos de José Anigo : « Je crois que c’est notre 7e victoire avec un but d’écart, c’est la confirmation d’un état d’esprit, d’un mental, d’une solidarité à toutes épreuves ».

Bien sûr, ce n’est qu’en fin de saison que les comptes sont faits et dans un club comme l’OM, il n’y aura lieu de parler d’une saison réussie qu’en cas de titre remporté ou, du moins, une place assurée en Ligue des Champions. Mais, et c’est là aussi que réside le changement par rapport à l’exercice écoulé, les joueurs semblent avoir parfaitement conscience du chemin qui leur reste à parcourir. « Il ne faut pas s’enflammer et il faut continuer de bosser, prévient André Ayew. De tous les matchs, comme de celui-ci, il faut savoir se nourrir et apprendre ». S’ils sont lucides et prudents, les Marseillais ont aussi appris à redevenir conquérants et ambitieux. « Les autres clubs nous ont mis la pression mais on recolle, on ne lâche pas le trio de tête, indique le défenseur Rod Fanni. On est très contents. On est ambitieux, on sent qu’on a une carte à jouer. Il faut garder le cap ». En Méditerranéens qu’ils sont, on ne peut que leur faire confiance quant au fait de ne pas dévier du cap l’année prochaine.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web