thumbnail Bonjour,

L'OM a battu les Verts au terme d'une rencontre qui s'est réellement emballée en seconde période. Les marseillais reviennent sur le PSG et l'OL au classement.

Ligue 1 - 19e journée

Marseille - Saint-Etienne : 1 - 0 
Buts : Ayew (45e) 

Il y avait une multitude d'enjeux dans ce Marseille-Sainté alléchant venant conclure la première partie de saison de la Ligue 1 avant les fêtes. Un objectif comptable, tout d'abord, puisque les Phocéens devaient apporter une réponses aux succès parisiens et lyonnais du week-end. Des dynamiques, ensuite, à confirmer ou à briser pour les deux écuries, à l'extérieur pour les Verts, qui n'avaient plus perdu hors de leur bases depuis sept matches, et à domicile pour les Phocéens, qui restaient sur deux revers au Vélodrome. Et même une suprématie historique, on a tendance à l'oublier, entre les deux palmarès les plus riches de l'hexagone. Dans ce contexte, l'OM a fait le métier, sans franchement convaincre, au caractère. Une véritable signature.

Un mur impassable

Les Phocéens ont pourtant joué la carte de la prudence au cours d'un premier acte intense, mais extrêmement fermé. Formation naturellement taillé pour le contre, Saint-Etienne affichait une maïtrise collective et un pressing haut, face à un bloc marseillais très compact. Mais c'est sur coup de pied arrêté que les visiteurs allumaient les premières mèches. Avec Lemoine à la baguette sur corner, à chaque fois. Sans réussite (5e, 13e). Asphyxiés, les Phocéens avaient le mérite de rester organisés sous la pression stéphanoise. Aubameyang multipliait les appels sur toute la largeur, mais la charnière centrale phocéenne n'a pas cédé. A l'image de ce nouveau corner de Lemoine où Mandanda fut supléé par son arrière-garde. L'OM sortait progressivement, par à-coups, sous l'impulsion d'un Valbuena, comme d'habitude. L'international français voyait son centre dégagé in extremis (37e), avant de délivrer une offrande pour Barton, mais Ruffier restait vigilant (42e). Le portier des Verts restait impuissant sur une merveille de tête décroisée d'André Ayew, à la réception d'un centre parfait de Rod Fanni (1-0, 45e+1).

Inévitablement, cet avantage au score au retour des vestiaires renforçait la configuration de la rencontre. En seconde période, Sainté a poursuivi sa domination territoriale pour égaliser rapidement. Mais l'OM s'est contenté d'appliquer son exercice favori, défendre et aspirer son adversaire pour porter l'estocade. C'était en tout cas le plan clair des locaux. Mais la montée en régime des Stéphanois les a poussé au bord de la rupture. Aubameyang continuait son travail de sape sur le front de l'attaque, tandis que Gradel prenait progressivement le dessus sur Morel. Mais ce fut Guilavogui, bien lancé en profondeur, qui fut tout proche de l'égalisation, butant sur un Mandanda décisif (47e). Sur coup de pied arrêtés, également, les Phocéens auraient pu craquer, mais le jeune Zouma voyait le cadre se dérober sur une tête puissante (54e). Et la malchance venait se mêler aux affaires des Stéphanois lorsqu'Aubameyang, idéalement placé, fut signalé hors-jeu, à tord (56e). Le buteur gabonnais ne pouvait toutefois s'en prendre qu'à lui-même lorsqu'il tergiversait trop dans un face à face avec le portier marseillais (74e). L'OM a donc laissé passé l'orage, et il le doit autant à ses convictions qu'à la maladresse de son adversaire. Les hommes d'Elie Baup auraient même pu saler l'addition sur une belle combinaison des frères Ayew (83e), mais ça aurait été vraiment cher payé pour les Verts. Les Marseillais se contentaient de gérer ce court avantage, de façon brouillonne, jusqu'au coup de sifflet final. Un succès qui permet aux hommes d'Elie Baup de passer les fêtes de fin d'année dans le trio de tête des bons élèves de la Ligue 1. Et ça, c'est une très belle victoire.

 

Résultats et classement de la Ligue 1

Relatifs

From the web