thumbnail Bonjour,

Paris a hier acquis le titre honorifique de champion d'automne, mais l'objectif, le championnat, est lui loin d'être atteint.

Après avoir cravaché, Paris l’a fait. Paris a rattrapé Lyon et va finir les vacances de noël au chaud en tête de la Ligue 1. En effet, les parisiens avec leur victoire d’hier face à Brest sont sûrs de terminer premier ce tour aller du championnat. Le premier volet est terminé, on attaque le deuxième ?

Si on regarde par rapport à l’année dernière, où Paris avait obtenu ce même trophée honorifique, la bande à Kombouaré avait deux points de plus que celle d’Ancelotti. Mais le coach italien a lui la meilleure défense et la meilleure attaque du championnat. Certes, les joueurs sont meilleurs sur le papier, mais le résultat était loin d’être acquis il y a quelques journées de cela, quand les franciliens trimaient derrière un Lyon étincelant.

Pas de sapin pour les fêtes

Aujourd’hui, Paris est donc champion d’automne, et a surtout montré au cours de ces derniers matches une maîtrise impressionnante face à des grosses cylindrées comme Lyon, ou des équipes moins huppées comme Brest. D’ailleurs, ces petites équipes ont toutes plus ou moins subit le même sort face à ce Paris là. Un tarif de trois buts minimum, tout cela pour avoir pratiqué la tactique du bus, à onze derrière, comme Brest hier. En effet, passée l’habituelle crise de novembre, Paris a enchainé cinq victoires de rang grâce notamment à une reconduction tactique sortie de la botte de Don Carlo. Fini le sapin de noël, retour au bon vieux 4-4-2 qui permet à Paris de laisser le jeu aux adversaires et de piquer quand il s’y attend le moins.

La deuxième partie de saison devrait officiellement lancé la machine parisienne, qui enregistrera l’arrivée du brésilien Lucas Mourra. Un poids de taille pour les parisiens qui auront à faire avec la Ligue des Champions, la vraie, pas celle où les équipes viennent de l’est, celle où l’élimination est directe et la saute de concentration est interdite. L’Europe puisera sûrement de l’énergie à l’équipe parisienne, et la capacité de Carlo à faire tourner son effectif sera primordiale dans la course au titre cette saison. Car ce qui est sûr, c’est que si le coach parisien a rater le titre une première fois la saison dernière, il est interdit pour lui de recommencer cette erreur, sous peine de ne plus être le coach parisien.

Relatifs

From the web