thumbnail Bonjour,

Interrogé par L'Equipe sur les propos de Leonardo, le président de Lyon Jean Michel Aulas s'insurge contre le pouvoir du PSG.

« Jean-Michel Aulas, comment réagissez-vous aux déclarations de Leonardo ?
Je suis un peu déçu car j’ai beaucoup d’estime pour "Léo", sa notoriété et sa qualité de joueur. Il essaie de défendre Zlatan et il a bien raison car c’est la principale motivation d’un dirigeant. J’ai fait la même chose mais avec un joueur blessé sérieusement qui a souffert dans sa chair (Lovren). (…) Je reste convaincu que le geste de Zlatan était déplacé, il n’avait peut-être pas l’impression de marcher sur la tête de Dejan mais en tout cas il savait que celui-ci était sous lui. Donc quel que soit le membre atteint, il y avait une intention probablement pas consensuelle (sic). Quand il y a consensus ou erreur, en général, on vient s’excuser tout de suite, ce qui n’a pas été totalement le cas.

Dans quel état vous ont mis les mots de Leonardo ?
J’ai été blessé au plus profond de moi-même, un peu comme Dejan, par ces déclarations méchantes et malvenues. Après, on ne va pas créer une polémique alors qu’on lui reproche d’en alimenter une. Ma déception est affective, elle ne va pas se placer à un niveau de valeurs que je ne me permets pas de mettre en avant. Ma relation personnelle, plutôt bonne, avec Leonardo ne changera pas car c’est un peu comme le geste de Zlatan : cela a été fait sans réfléchir.

Qu’attendez-vous de la Commission de visionnage de la LFP ?
Rien du tout. J’ai dit ce que j’avais à dire, je ne le regrette pas. J’ai parlé, après le match, avec l’arbitre pour lui expliquer en mon âme et conscience qu’il s’était trompé et qu’il aurait pu revenir sur sa décision même en n’ayant pas vu le geste. Avec moi, il n’a pas reconnu s’être trompé, il n’avait pas encore revu les images. Maintenant, je pense que si la Commission de visionnage ne se saisit pas (de ce dossier), il y aura probablement des choses que je ne connais pas et que je ne veux pas connaître. »

Relatifs

From the web