thumbnail Bonjour,

Malgré le revers enregistré à Paris, dimanche, le club rhodanien reste convaincu qu’il reste sur la bonne voie dans la lutte du haut de tableau de la Ligue 1.

Il y a des défaites, qui font mal et qui provoquent le doute. Celle essuyée par Lyon, dimanche soir au Parc des Princes face au PSG (0-1), n’en fait assurément pas partie. Bien qu’ayant abandonné leur place de leader de la Ligue 1 et sans avoir vraiment tout fait pour la garder, les Gones sont revenus plutôt sereins de leur voyage dans la capitale. Rémi Garde et ses protégés ont manifestement emmagasiné assez de certitudes lors de leurs précédentes sorties lors de cette première partie du championnat pour se laisser décourager par un faux-pas, fut-il enregistré face à un concurrent pour le titre. Un titre auquel ils y croient encore d’ailleurs, même s’il ne faisait et ne fait toujours pas partie de leurs objectifs premiers.
  
Contre mauvaise fortune bon coeur

Oui, Lyon à des vues sur le trône national, sur lequel il ne s’est plus assis depuis 2008. Bien sûr, la défaite à Paris n’était pas de nature à conforter leurs espoirs dans cette optique, mais les Rhodaniens regardent à long terme et par rapport leur bilan à mi-chemin (35 points pris en 18 matches), ils ont un droit légitime de le faire. « J’ai dit aux joueurs après le match ; je préfère perdre ce match pour un titre en bois et ne pas perdre celui au retour » a confié le président Jean-Michel Aulas. Des propos qui en disent long sur ce que le septuple de France projette pour l’année 2013. Alors, oui, et même en étant co-leaders, le mot « titre » demeure quelque peu tabou du côté de Tola-Vologe, mais on ne se prive pas d’y faire allusion. « Si l’OL est à égalité avec le PSG, ce n’est pas par hasard… On va essayer de rivaliser jusqu’au bout… » a promis le milieu brésilien, Michel Bastos.

En conférence de presse après ce choc au sommet, Rémi Garde, l’entraineur, a été naturellement plus mesuré dans ses propos, en indiquant notamment que « le titre, désormais, j’y pense un peu moins en m’endormant ». Mais, il a aussi insisté pour dire que ce revers a engendré à ses yeux « plus de signes positifs et encourageants pour la suite ». Avoir bousculé Paris pendant presque 45 minutes de jeu et ce même s'ils n'ont pas marqué est la preuve que l’OL n’a pas vraiment de complexes à nourrir face à celui qui est désigné comme le grand ténor de ce championnat. « J’ai du mal à dire que c’est un résultat logique parce que la première période me laisse des regrets, a déploré le coach. On a bien maîtrisé cette équipe de Paris. On a bien contrôlé la première mi-temps. On a manqué de réussite en touchant le poteau. On a fait ce qu’on avait prévu de faire, sauf pendant 30 secondes, et le PSG en a profité ». Un jugement appuyé par Maxime Gonalons : « On a réalisé dans l’ensemble un très bon match, surtout en première période ».

Le deuxième acte de la partie fut lui moins convaincant, et cela invite l’OL à garder une certaine humilité et un recul sur les événements. Chose qui lui a plutôt bien réussi pour le moment. En étant loin des lumières et en travaillant tranquillement dans leur coin, les Gones ont énormément progressé par rapport aux saisons précédentes. L’idée, à présent, est de pouvoir garder cette ligne directrice durant les mois qui viennent. « On connait nos qualités… On a démontré que l’on a une équipe solide… La défaite ne changera rien à ce que l’on a fait… » a certifié le jeune Gueïda Fofana. Un succès contre Nice, son poursuivant au classement, samedi prochain pour la dernière sortie de l'année, la fera même oublier, surtout s’ils ont la chance de s’offrir le titre de champion d’automne avec. Mais, comme l’a souligné Aulas, il ne faut pas se tromper de ligne d’arrivée. « Le championnat sera difficile jusqu’à la fin » conclut un Garde réaliste.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web