thumbnail Bonjour,

L'entraîneur toulousain Alain Casanova regarde en face la crise de résultats que traverse Toulouse et est prêt à redoubler d'efforts pour en sortir.

Après un match nul face à Bastia et une défaite à Lille, les Toulousains se sont donnés un objectif précis : six points sur les six prochains matches. Avant d'affronter Marseille, la motivation est donc de mise côté toulousain.

«Alain, pourquoi avoir instauré le huis clos pour les entraînements jusqu'au 23 décembre prochain ?

Ce n'est pas la première fois et sûrement pas la dernière. Quand on est dans la difficulté j'aime bien qu'on se concentre encore plus, qu'on soit plus dans l'application. Il faut montrer qu'il y a une certaine urgence. Je ne veux pas banaliser notre mauvaise série actuelle (4 points sur 21, ndlr).

A votre initiative les joueurs se sont parlé dans l'intimité du vestiaire. Qu'attendez-vous de ce type de réunion ?

C'est important que les joueurs se disent les choses, qu'ils puissent échanger. Cela montre qu'ils ne sont pas heureux de ce qui nous arrive. Tout le monde a envie qu'il y ait une réaction et que cette dynamique négative s'arrête. Les responsabilités sont partagées aussi par le staff.

Ces mesures ne traduisent-elles pas une certaine crise au TFC ?

La crise c'est comme la pression, c'est celle qu'on s'impose soi-même. Il y a une crise de résultats indéniable et il faut essayer de retrouver la qualité de jeu du début de saison. Il faut faire attention à rester mesuré comme en début de saison quand on parlait de nous comme une équipe pouvant lutter pour le titre. C'était exagéré. Là, nous sommes dans le dur, mais nous ne sommes pas devenus mauvais du jour au lendemain.

Comment expliquez-vous cette période délicate ?
Quand les choses vont bien, on se voit peut-être trop beau. On tombe dans la facilité, la suffisance. On fait moins d'efforts et on le paie cash. J'ai un groupe qui fonctionne bien quand on est sur une bonne dynamique. Quand c'est plus compliqué on manque peut-être un peu de caractère, de mental. On a besoin de confiance pour évoluer. C'est pour cela qu'il nous faut prendre les six points sur nos deux prochains matches à domicile (OM, samedi et Sochaux le 23, ndlr).

Le rendement médiocre de certains cadres peut-il expliquer vos difficultés actuelles ?

C'est trop facile de leur attribuer la faute. Maintenant, il y a un tel potentiel au niveau individuel qu'on est en droit de leur demander plus. Certains en sont conscients.

La venue de Marseille constitue-t-elle un rendez-vous capable de provoquer la rébellion attendue ?
Si on veut battre la meilleure équipe de L1 à l'extérieur, cela passera forcément par un gros match. Montrer encore plus de volonté pour essayer de bien finir l'année et se donner les moyens de vivre une belle deuxième partie de saison.»

Relatifs

From the web