thumbnail Bonjour,

L’entraîneur du Stade Rennais a livré ses vérités en conférence de presse avant la réception de Valenciennes.

Frédéric Antonetti ne déroge pas à ses habitudes. Et c’est avec sa franchise habituelle que le technicien corse a fustigé l’arbitrage de son équipe avant d’affronter Valenciennes, ce venrdredi.

« Je regarde les faits telles qu’ils sont »

Le coach du Stade Rennais est d’abord revenu sur le match à Nice, considérant que son ancien club a été avantagé. « Je reviens sur mon analyse de Nice. Je persiste et je signe. Je n’enlève aucun mot. J’ai analysé le match tel qu’il était. Il y a eu des simulations. L’arbitre s’est laissé abuser. Ça a été une des explications de notre défaite. Ensuite, les dirigeants de Nice ont voulu déplacer le débat sur mon compte avec des attaques très basses. Je n’y répondrai pas. Je ne veux pas me mettre à ce niveau. » a réagi l’entraîneur rennais. « Les faits sont cruels. Ils sont incontestables et incontestés. Si j’avais été à la place des Niçois, j’aurais fait profil bas. Ils ont les trois points et c’est nous qui sommes lésés dans cette histoire. On n’a pas pu défendre nos couleurs dans des conditions équitables. Je clos le débat là-dessus. », a-t-il expliqué, dans des propos relayés par le site officiel du club et l’Equipe.

Antonetti ne souhaite donc pas éteindre la polémique, et le technicien s’appuye sur un bilan chiffré pour confirmer son constat. « Nous sommes l’équipe qui fait le moins de fautes, 199 après 16 journées. Nous sommes l’équipe qui prenons le moins de cartons jaunes et nous sommes la formation qui prenons le plus de cartons rouges. Après, il faut que l’on m’explique. Sur les sept cartons rouges que l’on a pris, il y en a un qui est indiscutable, c’est de celui de Cheick Fantamady Diarra es autres sont discutables et certains sont imaginaires. Je ne veux pas faire le procès de ci, de ça, je regarde les faits tels qu’ils sont. » Le message est passé.

A lire également :

Toute l'actualité de la Ligue 1

Relatifs

From the web