thumbnail Bonjour,

En progrès constant depuis son arrivée à VA en 2009, l’ailier algérien émerge cette saison comme l’un des grands artisans de l’excellent parcours de l’équipe nordiste en Ligue 1.

Mardi soir, Valenciennes accueille le PSG en ouverture de la 17e journée de Ligue 1. Il fut un temps où ce genre de rencontres de prestige était perdu d’avance pour la formation nordiste. Mais, ce temps-là est révolu. Face au ténor du championnat, l’équipe dirigée par Daniel Sanchez n’aura aucun complexe d’infériorité à nourrir. C’est ce qui ressort à la lecture du classement où seulement trois points et trois places séparent les deux formations, mais aussi au regard du jeu qu’elles produisent. Avec pas moins de 29 réalisations réussies lors des 16 journées précédentes, Valenciennes possède la meilleure attaque du championnat. Une efficacité impressionnante qui fait le bonheur des fidèles du Hainault. Et l’une de ses clés a pour nom Foued Kadir. Depuis l’entame de la saison, l’international algérien marche sur l’eau et bien malin celui qui pourra prédire où il va s’arrêter.

On le surnomme le Zizou du Nord

Ses limites, on croyait pourtant les connaitre. Lors de ses trois exercices précédents en terre valencienneoise, Kadir n’était qu’un joueur offensif ordinaire, ne dépassant pas les 6 buts par saison et qui brillait par à-coups au sein d’une équipe très inconstante. S’il lui est arrivé de sortir des prestations de haut niveau, l’ancien cannois n’a jamais vraiment marqué les esprits des observateurs. Et les blessures qu’il contractait, dont l’une très grave au genou en aout 2010 ne l’ont pas aidé en ce sens. Toutefois, à VA, chacun était convaincu qu’il pouvait mieux faire et c’est pourquoi on a toujours fais les efforts nécessaires pour le garder, que ça soit au niveau des entraineurs ou des présidents qui se sont succédés à la tête du club. Une confiance qui a fini par s’avérer justifiée. En cette campagne 2012/03, Kadir casse tout sur son passage, se révélant être comme l’un des tous meilleurs joueurs de la Ligue 1. "J’ai beaucoup bossé et aujourd’hui, ça paye, assurait-il il y a quelques jours aux micros de RMC, sur ces deux dernières années, j’ai vraiment franchi un palier".

Ce n’est pas qu’un seul pallier que le numéro 14 de VA a franchi, mais plusieurs. Autrement, comment expliquer le fait qu’il affiche déjà, avant même la fin de la fin phase aller, six buts et quatre passes décisives à son actif ? Une amélioration criante des statistiques individuelles qu’on peut éventuellement mettre sur le compte de son repositionnement sur le terrain. Jadis joueur de couloir exclusivement, il est désormais constamment aligné dans l’axe en tant que meneur de jeu. Un rôle très exposé et plein de responsabilités, mais qui lui va à merveille. "C'est là que je peux le mieux exprimer mes qualités, on le voit sur le terrain" a déclaré le joueur qui a fêté ses 29 ans mercredi dernier. Des déclarations que ne renieraient certainement pas ses coéquipiers, qui le surnomment aujourd’hui « Zizou ». Un sobriquet lourd à porter, mais dont l’intéressé se montre avant tout fier : « Sur et en dehors du terrain, je l'ai toujours trouvé exceptionnel. On joue au même poste, il est d'origine algérienne comme moi. Il est de Marseille, moi de Martigues... On peut parler de Messi, Ronaldo, moi c'est Zidane ».

La comparaison avec l’ancien meneur de jeu des Bleus ne va pas plus loin et s’arrête à ce qui est concevable. Toutefois, Kadir a la possibilité aujourd’hui d’assouvir un manque que son idole n’a jamais été en mesure de combler, à savoir évoluer pour le club de son cœur, l’Olympique de Marseille. En aout dernier, il était à deux doigts d’accomplir ce rêve, mais des imprévus de dernière minute ont fait capoter ce transfert. « Je ne vais pas vous mentir, l’OM m’a toujours fait rêver. Je suis né à Martigues, ce n’est donc pas loin de chez moi » confiait celui dont la jeunesse a été bercée par des innombrables visites au Vélodrome.  En fin de contrat à Valenciennes en juin prochain, il a à présent tout pour ne pas désespérer quant à la suite qu’il veut donner à sa carrière. Et ça sera le cas à plus forte raison ce mardi s’il arrive à signer une grosse performance face au rival honni des Phocéens.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs