thumbnail Bonjour,

Depuis ce déplacement salvateur à Toulouse (6e.j, 2-2) , les Rennais réalisent un parcours époustouflant. Jonathan Pitroipa est l’un des artistes de cette embellie bretonne

Le Stade Rennais a un effectif de qualité, meilleur que celui de l’an dernier d’après son coach. Il est donc temps de gagner quelque chose après 40 ans de disette. La bande à Pitroipa en a le talent.

Jonathannnn ooooooohhhhhh Jonathannn !

Une chanson a été écrite en son honneur en 2010 par le duo ivoirien DJ Flamzy & Joskar. Elle s'intitule "J. Pitroipa". Une mini-consécration appelé "Atalakou" pour un des leaders de la diaspora burkinabé dans l’hexagone. Lorsqu’un footballeur africain fait ses classes dans son pays, cela se ressent dans son jeu, dans sa course de balle, dans sa contenance. L’initiation sur les terrains rouges du centre de formation « Planète Champion » a modulé le talent de Jonathan Pitroipa dit « Pit ». Un surnom qui ne fait référence ni à Brad ni à Baccardi, mais en cohérence avec le terme suisse synonyme d’excellence. Pitroipa est le frère caché de Gervais Yao Kouassi, la ressemblance n’est pas que morphologique.

Cet Ouagalais est doté d’un contrôle de balle dangereux dans les deux sens du terme. C’est un joueur qui peut en un contrôle orienté éliminer son adversaire ou dans le pire des cas, annihiler une attaque placée. Son excès d’explosivité l’expose souvent à des pertes de balles ubuesques. Toutefois, son atout principal est sa félinité. « Pit » a une capacité de dribble impondérable pour son adversaire et pour… lui-même. "J’essaie de toujours jouer les un-contre-un. Quand je vois que le défenseur vient sur moi, j’ai bien envie de le passer. C’est comme un défi." Il réussit des tours de passe-passe dans des périmètres improbables, sa percussion lui permet de faire la différence sur les 30 premiers mètres. La saison dernière il a subi 118 fautes, ainsi ses qualités contraints les défenseurs à le stopper illicitement.

Comme ses choses-là vont de paire, Jonathan a tendance à trop en faire. Son péché mignon, les feintes de frappes. Une caractéristique de son style de jeu qui peut facilement énerver ses copains en attaque. L’intéressé sait qu’il doit encore progresser, notamment être plus décisif devant les buts et dans la dernière passe. A Hambourg en 97 apparitions, Pitroipa n’a marqué que 6 buts. « J’ai beaucoup évolué mais je dois travailler pour être plus décisif. Tu ne peux pas être décisif tous les matchs ou réussir tous les dribbles. Ce n’est pas pour autant que je vais changer ma manière de jouer. Je dois être lucide et mieux observer le jeu. Le coach me corrige sur ces points » s’exprimait-il la saison dernière. L’international Burkinabé a terminé la saison avec 9 buts en 45 matches toutes compétitions confondues. On peut attesté qu’il y a eu un léger progrès.      



L’enfant du Pays des hommes intègres


L’ancien de Fribourg a la fâcheuse habitude d’éliminer une flopée de défenseurs et derrière bâcler le dernier geste. Sa capacité à s’adapter au jeu court contraste avec ses insuffisances dans le jeu long en particulier sur les centres. Des lacunes qui si elles sont palliées feront de lui un joueur de marque. Dans le football d’aujourd’hui, on attend beaucoup d’un ailier. Il ne suffit plus qu’il sache juste arpenter son coté de prédilection et centrer aléatoirement dans une zone. Désormais, un ailier doit marquer des buts, faire des passes décisives, apporter un apport défensif et tactique. Dans ce domaine en question, il lui reste une bonne marge de progression.

Jonathan Pitroipa « Pit » possède un potentiel énorme. A  26 ans, il a acquis de l’expérience en sélection nationale en participant à deux Coupes d’Afrique des Nations (2010 et 2012) et accumulant les matches en Europa League. En Bretagne, après sept saisons passées outre-Rhin, Pitroipa s’est bonifié depuis son arrivée. Déjà 5 buts en 15 journées de Ligue 1, la nouvelle coqueluche des supporters veut ôter cette étiquette de vendangeur qu’il porte avec consistance. Il peut compter sur un entraineur qui croit fort en lui. « C'est un joueur capable de faire des choses que d'autres ne sont pas capables. Il invente, il ose, il entreprend […] Il est venu pour franchir une étape et j'espère que ce genre de match va l’aider ». Rennes actuel 7e du championnat séduit de plus en plus. L’apport de Julien Féret, Melvut Erding et Romain Alessandrini profite au double de Gervinho qui a la possibilité de réussir la meilleure saison de sa jeune carrière.

La CAN à l’horizon, le ciel breton grisonne. L’international burkinabé va bientôt s’envoler pour l’Afrique du Sud où il aura à cœur de bien figurer avec son pays. « Depuis 2006, je n’ai raté aucune sélection » lançait l’ailier breton à la presse burkinabée. Une manière de réitérer son amour pour le maillot vert et rouge. Les Etalons évolueront dans le groupe C avec la Zambie (tenant du titre), le Nigeria et l’Ethiopie. Le Stade Rennais devra faire sans le nouveau prince de Bretagne du 19 janvier au 10 février 2013. Homme intègre oblige, avec son coéquipier en équipe nationale Wilfried Sanou (ancien de Planète Champion), Jonathan Pitroipa a créé un centre de formation, sur le modèle et dans les locaux de l'ex-Planète Champion. Le centre se nomme Kada School. Chapeau, Monsieur !

Sur un plan personnel, Jonathan Pitroipa a tout pour suivre la même trajectoire que son jumeau ivoirien. Cela passe impérativement par une bonne saison avec le Stade Rennais et un bon parcours en Coupe d’Afrique.

Relatifs

From the web