thumbnail Bonjour,

Claude Puel, le coach de Nice, a évoqué la réception de Rennes ce mardi, à l'occasion de la 17e journée de Ligue 1.

Claude Puel, le coach de Nice, a évoqué la réception de Rennes ce mardi, à l'occasion de la 17e journée de Ligue 1.

Votre confrère rennais Frédéric Antonetti a déclaré lundi que Nice allait "devenir une place forte du foot français". Partagez-vous cet avis?
C'est sympa. Mais je vais surtout lui retourner le compliment. Rennes est l'équipe la plus performante sur les dernières semaines. Et pour l'instant, que ce soit au niveau du budget ou en terme d'effectifs et de maturité, nous ne boxons pas dans la même catégorie. Notre équipe est en train de se dessiner, elle est nouvelle avec beaucoup de jeunes joueurs. Elle est donc encore inconstante. Dès qu'elle est un peu moins concentrée, tout est beaucoup plus difficile. Nous avons très peu de marge. On l'a vu samedi dernier à Troyes. Les joueurs ont dû faire preuve de beaucoup de caractère et de combativité pour arracher le nul dans le temps additionnel. Nous n'avons pas eu les ressorts nécessaires, je pense que notre victoire sur Paris y était pour quelque chose. Devant l'Estac, nous avons été appliqués et nous avons posé le ballon de manière trop stéréotypée. Nous avons été poussifs, sans verticalité.

Nice-Rennes, c'est le duel de deux tombeurs du PSG, de deux styles et de deux équipes sur des séries positives qui peuvent lorgner sur la zone Europe du classement. Comment abordez-vous ce premier rendez-vous de la semaine au Ray avant la réception d'Evian-TG?
Nice et Rennes ont des résultats très convenables, c'est vrai, mais les Bretons sont plus performants. C'est un outsider pour les accessits avec un groupe de qualité. Disons que cela nous donne une idée des efforts qu'il nous faudra déployer au Ray pour les contrarier. Nous devrons redoubler de qualité, de précision, de concentration et de jus. Nice a le potentiel pour rivaliser avec n'importe quel adversaire sur un match. Pas encore sur une saison. Rennes joue de manière excellente en contre, Evian, quatre jours plus tard, nécessitera aussi beaucoup de fraîcheur et de lucidité. C'est un enchaînement vraiment difficile à préparer. J'aurais préféré que ces deux rencontres soient espacées d'une semaine. Chez nous, au Ray, nous avons l'obligation de produire du jeu sans nous exposer aux contres bretons. De mettre de la vie, voire un peu de folie.

En championnat, Nice est invaincu depuis six rencontres et reste sur trois succès à domicile. Avez-vous fixé un objectif chiffré d'ici la trêve aux Aiglons?
Non. Nous avons des petits challenges entre nous. Il y a des points en jeu, nous allons essayer d'en prendre.



Relatifs

From the web