thumbnail Bonjour,

Le latéral marseillais Jérémy Morel est apparu en Conférence de presse avant d'affronter Lorient.

Jérémy Morel, comment vous sentez-vous après avoir été laissé au repos contre l’AEL Limassol ?
On avait besoin d’un petit peu de repos. En effet, c’était bien. J’ai regardé le match à la télé (0-3, 6eme journée de la phase de poules de Ligue Europa). C’est vrai que dans ce cas-là, on a du mal à se dire que c’est un match de Coupe d’Europe…
 
Dimanche, vous allez retrouver Lorient et Christian Gourcuff. Avez-vous une appréhension particulière ?
Non. Cela fait toujours plaisir de retrouver son ancien club. En ce qui concerne Gourcuff, quand on est passé avec ce coach, on ne peut que progresser. C’est un avantage de l’avoir eu comme entraineur.
 
Parlez nous un peu du FCL ?
Ils ont connu une période un peu délicate, mais ils retrouvent un peu plus de couleurs en ce moment. Après, c’est toujours particulier contre Marseille. C’est toujours le match de l’année. Toutes les équipes ont envie de se montrer contre l’OM.

La saison dernière, Christian Gourcuff avait souligné des problèmes d’arbitrage lors du match au Vélodrome. Pensez-vous que cela puisse jouer en leur faveur cette fois-ci ?
Non. Chaque match est différent. On est reparti sur une nouvelle saison. Ils vont venir avec l’intention de faire un résultat. Mais ça va être plus compliqué pour eux que l’année passée.
 
Au moins, contrairement aux autres, les Merlus ne vont pas venir pour fermer le jeu…
Ils ne vont pas le faire car ils ne changent pas de système de jeu par rapport à l’équipe d’en face. Ils vont venir ici pour jouer, marquer et prendre les trois points. On est prévenu. Si on fait notre boulot correctement, ça devrait bien se passer.
 
Etes-vous énervé du manque de régularité de l’OM ?
C’est vrai que c’est énervant. On sait qu’on a les capacités pour gagner les matchs, mais on arrive à passer au travers sur certains. On sait aussi pourquoi on est moins bien parfois, on fait moins d’efforts : le pressing ne se fait pas comme il devrait. On ne peut pas dire qu’on est une équipe fragile car l’esprit collectif est toujours présent. Il n’y a pas de souci à se faire, mais il faut garder l’esprit conquérant qu’on a pu avoir sur des matchs où on a eu de bons résultats.

Que pensez-vous du jeu pratiqué cette saison ?
Déjà, je pars du principe que lorsqu’on prend du plaisir sur le terrain, on en donne aussi aux gens qui nous regardent. On a une identité de jeu qui est plus révélatrice cette année. Il n’y a pas photo. C’est un état d’esprit qui est différent.
 
Aimez-vous jouer au milieu de terrain ?
Je le fais plus par nécessité. Ce n’est pas là où je suis le plus à l’aise. Mais si le coach a besoin de moi, on fera le nécessaire pour répondre présent. Je suis peut-être un faux défenseur et un faux attaquant aussi ! C’est pourquoi, c’est plus facile de défendre pour moi et que je préfère mon poste actuel.

Avez-vous le sentiment de faire mieux que la saison passée ?
Personnellement, c’est bien mieux. Les résultats sont là. Je ne peux pas vous cacher que c’est plus agréable, c’est plus facile de jouer dans de telles conditions. Mais, en ce qui concerne les critiques, je ne lisais pas la presse l’année dernière et ça ne va pas changer. Vous mettez ce que vous avez envie de mettre. Je préfère ne rien lire. Oui, j’aime bien regarder le basket, le hand. Le foot, j’en fais et c’est suffisant. Les gens doivent s’ennuyer chez eux pour passer leur temps à parler de Morel à Marseille. Je ne vais pas dire que certaines critiques ne m’affectent pas, mais il faut passer outre. On fait du foot, il faut prendre conscience qu’on fait un métier qui est plutôt génial. Tout ce qui peut être dit à côté, j’en fais abstraction pour ne pas me polluer l’esprit.
 
C’était pareil à Lorient ?
Non. On n’était pas autant embêté avec la presse. Je lisais les journaux là-bas.
 

From the web