thumbnail Bonjour,

Saint-Etienne et Lyon s’affrontent dimanche pour le compte du vrai classique de Ligue 1. Un match qui verra aussi le duel de deux buteurs en forme : Gomis et Aubameyang.

Sainté-Lyon, c’est un classique, un vrai, pas un clasico monté de toutes pièces par les médias comme Marseille-PSG. Pour Patrice Carteron, passé par les deux clubs, il s’agit de la rivalité originelle : « La rivalité entre les deux clubs est historique et réelle, elle ne s'amenuise pas avec le temps. Le vrai derby de la Ligue 1, c'est Saint-Etienne-Lyon. » a-t-il expliqué à 20minutes. La rencontre de dimanche aura une saveur particulière car l'OL va défendre sa place de leader de la Ligue 1 sur le terrain du troisième, où il n'a pas perdu depuis près de vingt ans.

Gomis a ses repères au chaudron

L'ASSE accueillera son rival lyonnais pour la cinquante-troisième fois, en championnat. L’occasion, pour deux des meilleurs buteurs de Ligue 1, Bafétimbi Gomis et Pierre-Emerick Aubameyang, de s’étalonner.  Gomis a souvent marqué lors des derbys entre Saint-Étienne et l'OL à Geoffroy-Guichard. Dimanche soir, l'actuel attaquant des Gones va tout faire afin de scorer une nouvelle fois dans un Chaudron qu'il connaît bien. L'attaquant de l'OL y a inscrit 5 buts lors des 6 derniers derbies

"J'y ai mes repères. J'ai joué 10 ans là-bas. J'ai fait quatre bonnes années en professionnel, je m'y sens bien. Dans un derby, si vous regardez les derniers buts que j'ai marqué là-bas, ce sont des buts où il y a avait beaucoup d'envie et de hargne. Ce sont les arguments qu'il faut pour un derby", a confié "Bafé" sur RMC. Il faut répondre présent. Ça reste un combat physique qui se rapproche des matchs de Ligue des Champions."

Spiderman et la panthère

Les deux attaquants comptent, à quelques minutes près, le même temps de jeu en Ligue 1 (1175 minutes pour Gomis, 1160 pour Aubameyang). La lecture de leurs statistiques n’est donc pas faussée. Et si dans cette période, le Stéphanois a cadré plus de frappes (29 sur 49, 59,2%) que Gomis (19 sur 44, 43,2%), ce dernier trouve plus souvent la faille. Avec ses dix buts, le Tricolore marque 0,67 but par match, contre 0,57 pour Aubameyang.

Difficile de désigner un vainqueur en s’appuyant sur l le début de saison. Les disparités entre les styles de jeu des deux joueurs n’aident pas. Gomis est puissant et bagarreur. C’est le pivot idéal, il pèse de tout son poids sur une défense et agit comme un point d’ancrage qui aimante les ballons pour les redistribuer à ses équipiers. Il est tellement bon à ce jeu-là qu’il a poussé Lisandro Lopez sur le flanc gauche pour rester dans l’axe.  Mais si Gomis aime se créer des espaces (ou en créer pour ses équipiers), Aubameyang, lui, les dévore. Il est bon pour sentir les ouvertures et faire de bons appels dans la profondeur et rapide pour profiter de balles longues. Les deux attaquants pourraient constituer une paire létale s’il jouaient ensemble. Spiderman en duo avec la panthère, ça fait rêver…

On laissera le mot de la fin à Gomis. «Je rêvais de jouer dans un grand club pour retrouver par exemple l’Équipe de France, progresser. Je parle avec sincérité, mais je suis fier d’avoir été formé à l’ASSE et je suis fier de ma progression à l’OL. » Saint-Etienne n’est donc pas un grand club ? Le Chaudron appréciera…

Relatifs

From the web