thumbnail Bonjour,

A Nice, le PSG a enregistré samedi sa 3e défaite en 5 matches de championnat. Un accroc de plus qui vient semer le désordre dans la maison francilienne.

Loué pour son calme et sa manière à gérer les mauvaises passes, Carlo Ancelotti a fait découvrir samedi soir aux médias une autre facette de sa personnalité. Celle d’un technicien « énervé » contre ses joueurs, dépassé par les événements et décidé à changer de fusil d’épaule. A dire vrai, ce n’était pas vraiment une surprise au regard de la pale copie livrée par ses protégés contre Nice (1-2). Au Stade du Ray, le PSG s’est encore raté et ce dans tous les domaines. « On a manqué de régularité, d’intensité et de responsabilité » avait lâché le technicien italien. Des manquements inquiétants, mais qui ne datent pas d’hier puisque ce revers était le troisième en cinq matches de championnat. « Cela en fait trop pour un club comme le nôtre » ajoutait un Ancelotti dépité, comme pour insister un peu plus sur la situation d’urgence qui pèse désormais sur l’équipe francilienne.

Ancelotti tape du poing sur la table

Oui, l’urgence n’est pas un faible mot pour décrire ce à quoi Jérémy Menez et ses coéquipiers vont être confrontés dans les prochains jours. Alors qu’ils avaient peut-être l’espoir de survoler tranquillement ce championnat, ils commencent à se rendre à l’évidence que rien ne sera facile. Pis, ils mesurent qu’en ne se battant pas à fond sur chaque match, ils courent vers de grosses désillusions. « J’ai le sentiment que les joueurs n’ont pas encore compris ce que doit être le projet du club. On fait un travail sérieux et tout le monde doit être sérieux » martelait Il Mister. Jusque-là conciliant avec son équipe, ce dernier a donc continué, au sortir de ce nouveau dérapage, à appuyer là où ça fait mal. Et il l’a fait fortement afin que chacun saisisse le message. Une manière de prendre (enfin) ses responsabilités. « Mais il n’y a pas que moi qui doit le faire. Les joueurs aussi » a-t-il prévenu.

En terre azuréenne, Paris a sombré dans le dernier quart d’heure de jeu après avoir longtemps pensé pouvoir forcer le verrou des Aiglons. La défaite, les joueurs de la capitale ne la voyaient donc pas forcément venir, contrairement à ce qui a été le cas face à Rennes il y a quinze jours. Toutefois, il n’y a plus de hasard à végéter sur une telle durée dans la médiocrité. Si Paris en est là aujourd’hui c’est à cause de la confondante faiblesse de ce jeu collectif et de ce souci récurrent d’une formation coupée en deux et qui ne défend pas assez. Sans aller jusqu’à citer des noms, Ancelotti n’a pas manqué, là aussi, à exprimer son mécontentement. « Il y a un manque de solidarité sur le terrain, relève-t-il avec regret. Les joueurs pensent trop de façon individuelle et pas assez en équipe. Je vais devoir trouver rapidement une solution ». Un discours qui ressemble, cela étant, comme deux gouttes d’eau à celui tenu après le faux-pas face à Rennes.

Alors qu’il va bientôt arriver au terme de sa première année en France, le technicien transalpin continue donc de chercher la parade afin de tirer le meilleur de son équipe. A la longue, il y a eu lieu de se poser la question s’il n’est pas, lui-même, fautif dans sa façon de manager, notamment. Sans aller jusqu’à faire son propre auto-critique, il a évoqué quelques « changements radicaux » à venir. Difficile de cibler pour l’instant les « changements » en question, mais ce qui est sûr c’est qu’ils ne peuvent faire que du bien à cette équipe. A 23 journées de la fin, la situation du PSG parait compliquée mais pas irréversible. Et c’est dans la capacité du club à bien soigner ses maux et à faire le dos rond face aux difficultés que réside son salut. « Oui, le retard de cinq points sur Lyon c’est beaucoup. Nous avons le temps de combler ce retard. Mais il faut vite trouver une solution. On doit vite trouver la bonne combinaison, avec des joueurs de qualité et qui jouent pour l’équipe ». Une dose d’optimisme pour finir de la part de Carletto. Sera-t-elle justifiée ? C’est dans la durée que se dessinera la réponse.

A lire aussi :

Tout sur la Ligue 1

Relatifs

From the web