thumbnail Bonjour,

Sur un terrain compliqué, Marseille a coulé à domicile (1-4) face à l’Olympique Lyonnais, ce mercredi en match reporté de la 10e journée de Ligue 1.

Mercredi soir, l'OL, désormais leader devant Paris et Marseille, a su profiter d'une défense marseillaise aux abois pour construire sa victoire. Et d'un milieu adverse défaillant, le tout, sur un terrain impraticable. C’est l’un des enseignements de cette rencontre : Marseille a montré ses limites et qui n’a pas su confirmer son succès contre Lille. Même si l'OM reste sur le podium, il a pris un gros coup sur la tête avec cette déroute à domicile face à un prétendant au titre.

Un OM à l’amer

On attendait l'OM en tête de la Ligue 1, après ce match au sommet, mais c'est l'OL qui repart de Marseille dans le fauteuil de numéro 1. Et sans contestation. Lyon s'impose 4-1 après avoir mené 4-0. Une déroute pour l'OM qui n'a pas complètement démérité pourtant dans le jeu, mais l'OL a su marquer d'entrée à chaque mi-temps. Sur un terrain lourd - il a plu toute la journée sur la cité phocéenne -, l'OM s'est embourbé. Son animation offensive a manqué de précision, à l'image de Jordan Ayew, pas en réussite sur trois occasions franches (3e, 14e et 19e). Et si la défense de l'OM a été héroïque face à Lille (1-0) dimanche, elle a cette fois été à côté de la plaque. Souleymane Diawara a symbolisé cette incroyable fragilité en commençant par rater son intervention sur un centre de Dabo. Du pain béni pour Gomis, qui ne s'est pas fait prier pour doubler la mise (34e)

Le premier but en Ligue 1, cette saison, de Loïc Remy (entré à la mi-temps à place d'un Barton transparent) à la 77ème sera anecdotique et ne changera rien à la fin du match puisque le seul dernier fait marquant du match sera l'expulsion de Rod Fanni quelques minutes plus tard pour un tacle dangereux (81ème). Car c’est un fait, dans un OM-OL, il se passe toujours quelque chose. A force d’offrir des matches rarement ordinaires, cet Olympico finira, forcément, par s’afficher comme LE sommet du foot français. En attendant, Marseille n’avait pas les jambes et a logiquement perdu pied.

Relatifs

From the web