thumbnail Bonjour,

3 jours après sa qualification pour les 8e de finale de la C1, le PSG essaiera samedi face à Troyes de mettre fin à une embarrassante série de 2 revers de rang au Parc.

Après sa qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des Champions, le PSG retrouve le championnat. Les Parisiens reçoivent samedi (17h) Troyes, 19e de Ligue 1. L'occasion pour le club de la capitale de confirmer la fin de la crise. On peut donc être sur le podium du championnat, qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des Champions et pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue et être en crise. C’est sans doute cela, la magie de la fameuse et très récurrente crise de novembre.

Cette fois, Ibra est là

"Je n'ai pas peur de dire qu'on est en crise", avait en effet lâché Ancelotti après la défaite de samedi (2-1) face à des Rennais ayant fini à 9. Et vendredi, le technicien italien a estimé que la qualification pour le Top 16 de l'élite européenne ne valait pas sortie de crise. "C'est un bon résultat mais pour que je sois fier, il faudra quelque chose de plus important", a-t-il dit en conférence de presse. "La réaction était bonne mais j'attends encore que ça se confirme", a-t-il ajouté. Après la réaction attendue en Coupe d'Europe, l'entraineur italien souhaite maintenant « une confirmation » a-t-il déclaré en conférence de presse. Satisfait de l'état d'esprit de son équipe face au Dynamo, le coach du PSG espère le retrouver en championnat : « Le problème n'est pas réglé. On verra contre Troyes si nous montrons la même attitude et la même concentration que face à Kiev ».

Car le PSG est sur une vilaine série, avec un seul point pris lors des trois derniers matches, la défaite contre Rennes ayant été précédée par un nul à Montpellier et un autre revers au Parc des Princes, contre Saint-Etienne. Ce rythme de relégable et la troisième place après 13 journées derrière Bordeaux et Lyon (qui compte un match en moins) ne sont évidemment pas acceptables pour un club à l'effectif sans équivalent en Ligue 1 et construit sur la fortune des actionnaires qataris. Le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, propriétaire du club, a d'ailleurs assisté à l'entraînement de vendredi à huis clos, où Ancelotti a peut-être mis en place certains des "changements" promis après le match de Rennes. Si le dernier succès au Parc des Princes remonte au 20 octobre face à Reims, pour cette quatorzième journée, le PSG pourra compter sur le retour d'Ibrahimovic, suspendu lors des deux dernières rencontres de Ligue 1.

Lavezzi, le « pocho » surprise

Face au PSG samedi, un promu qui vit une entame de championnat compliquée. Dix neuvième, Troyes enregistre un triste bilan de cinq nuls, sept défaites et une seule victoire. Mais les Troyens ont obtenu leur unique succès de la saison face à l'OM, le 21 octobre dernier. Petit à petit, les joueurs de l'Aube tentent de sortir la tête de l'eau. Pour preuve, l'ESTAC est parvenue à arracher le match nul dans les derniers instants face à Nancy (3-3) lors de la dernière journée. Mais en onze confrontations au Parc des Princes, Troyes n'a jamais gagné (neuf victoires parisiennes et deux nuls). Pour cette rencontre, Carlo Ancelotti a déjà annoncé plus de travail tactique pour les joueurs et, en réponse à une question sur les difficultés du PSG au Parc des Princes, a reconnu que sa formation était peut-être destinée à devenir une équipe de contres. "Peut-être qu'à l'extérieur on peut utiliser mieux nos meilleures qualités, avec nos joueurs rapides, et jouer en contre-attaque", a-t-il expliqué.

Cette option profiterait à Lavezzi, très à son affaire mercredi à Kiev, où en plus de son doublé, il a montré toutes ses qualités d'avaleur d'espaces en multipliant les courses avec et sans ballon. Pastore, lui, est resté sur le banc tout le match et son statut reste incertain. Ménez étant forfait, il a une chance de débuter contre Troyes, mais il doit désormais faire avec la concurrence de Nene, qui n'a pas renoncé à se faire une place et qui a réussi un match correct en Ligue des champions. Avec le retour de Jallet, on surveillera aussi le nom du capitaine, Thiago Silva ayant hérité du brassard à Kiev. Par contre, le PSG devra composer avec les absences de Gameiro, Menez, Bodmer et Thiago Motta toujours indisponibles, peu de changements sont  à attendre au milieu de terrain, où Verratti et Matuidi, qui multiplie les matches mais "récupère très vite" dixit son entraîneur, devraient jouer.

Relatifs

From the web