thumbnail Bonjour,

Avant le match de Rennes face à Paris, Frédéric Antonetti a taclé les dirigeants parisiens. Un avant-match animé après les déclarations de Leonardo...

C'était certainement l'effet escompté. La sortie de Leonardo dans les couloirs du Stade de la Mosson, dimanche dernier, a fait l'effet d'une bombe. Le dirigeant brésilien du PSG, mécontent de l'arbitrage après le match nul du club de la capitale à Montpellier (1-1), a remis en cause le professionalisme des arbitres français, égratignant sévèrement M. Turpin. Une façon de mettre la pression pour les prochaines échéances ? Certainement... Mais le prochain duel, c'est Rennes, et Frédéric Antonetti ne pouvait pas laisser passer ça.

"Un banc très italien"

Le technicien corse n'a pas manqué de préparer le terrain, lui aussi, pour contrebalancer les propos de Leonardo. Et le coach des Rouge et Noir a fait preuve de sa franchise habituelle, c'est le moins que l'on puisse dire. «J'ai vu que Leonardo voulait être arbitré normalement. Je suis d'accord avec lui. C'est logique de vouloir être arbitré normalement. Mais il s'est trompé car il avait été arbitré normalement. Sur toutes les décisions qu'il a citées, les arbitres ne s'étaient pas trompés. Les cartons rouges de Lavezzi et de Sakho sont justifiés, donc cela tombait mal.", a t-il lâché en conférence de presse.

Avant d'entrer dans les détails... "Tout le monde veut être arbitré normalement mais ce qui m'a gêné c'est que j'ai l'impression qu'il en voulait un peu plus. A-t-il voulu qu'on avantage un peu son club ? Peut-être. Moi aussi je peux faire ce genre de remarques mais quand je le fais, c'est sur des choses incontestables. Maintenant je n'aimerai pas que ce match se joue sur une erreur d'arbitrage parce qu'il y aura eu ces déclarations peut-être maladroites. Si l'arbitrage était influencé par ça, ce serait grave. Mais je ne le crains pas. Je n'ai eu qu'une seule expérience contre ce banc très italien, la saison dernière. A 0-0, il était bien remonté contre l'arbitre M. Chapron à la mi-temps. Entre les personnages qu'on voit à la télévision et qui sont tous bien propres sur eux et ceux que j'ai vus dans les couloirs, c'est très très différent. J'ai vu les vrais Italiens !». Le caach rennais a toutefois rectifié le tir aujourd'hui à nos confrères de l'Equipe. Que l'on ne se méprenne pas, j'ai beaucoup de respect pour le football italien et pour Carlo Ancelotti en particulier. C'est un honneur d'avoir un entraîneur avec un tel palmarès dans notre championnat. Tout ce que j'ai dit de bien sur le PSG hier (jeudi) n'a pas été repris. Jamais je n'ai attaqué Leonardo. Il défend son club et il a bien raison.» Une chose est sure, le match est lancé.

Relatifs

From the web