thumbnail Bonjour,

Après un match nul entre les futurs et les anciens champions de France en titre, les dirigeants parisiens s'en sont longuement pris à l'arbitre, Mr Turpin.

Hier soir, au Canal Football Club, Leonardo a enlevé son costume de gendre idéal afin d'enfiler le survêtement du supporteur. Laissant de côté l’objectivité et la langue de bois, le dirigeant brésilien a réagi à chaud sur l’arbitrage de Monsieur Turpin. Celui-ci s’étant permis d’exclure Sakho dès la dixième minute, allant même jusqu’à affirmer qu’il y a un traitement de défaveur envers le PSG. Alors, simple paranoïa ou accusations justifiées ?

Un speech irréaliste de Leonardo

A la fin d’un match intéressant entre Montpellier et Paris, on s’était mis au diapason côté parisien pour fustiger l’arbitre. On commence par Leonardo qui se lâche donc aux micros de Canal + : « Je n'aime pas parler d'arbitre mais avec nous, tout le monde regarde tout, il y a trop de détails qui jouent contre nous. » avant que le refrain ne soit repris par Ancelotti en conférence de presse : « Je pense qu'il y a un problème avec Mr Turpin, qui nous a déjà distribué trois cartons rouges. Pourtant, je ne pense pas que nous soyons une équipe agressive». En effet, le jeune arbitre avait déjà expulsé Lavezzi et le coach italien lors du match face à Ajaccio. Passons, car si l’expulsion de Sakho peut faire débat, elle peut être compréhensible. D’ailleurs, personne n’ayant crié au scandale du côté des observateurs neutres. Un discours de victimisation afin d’expliquer le fait qu’après douze journée, les parisiens, malgré un effectif pléthorique, ne dominent pas encore la Ligue 1 comme ils l’auraient voulu. Premier avec un match en plus sur Marseille et Lyon, Paris n’est pas encore maître de son sujet, et attaque donc l’arbitre.

Une tactique vieille comme le monde, qu’utilisent même les hommes politiques de notre temps, mettant en avant les problèmes d’intégration et de terrorisme afin de cacher les carences économiques du pays. On peut alors se demander si cette sortie de la part du brésilien n'était pas calculée et contrôlée.

Et pourtant, il y avait d’autres choses à souligner après ce match nul gratté face aux champions de France en titre. Une maîtrise tranquille malgré l’infériorité numérique des parisiens, perturbée seulement à l’heure de jeu, ou les efforts physiques se sont faire sentir. Un match d’une propreté rarement vu en Ligue 1 de la part de Thiago Silva, la meilleure prestation de Maxwell sous le maillot parisien ou encore le gaz interminable de Ménez. Bref, si Paris sera sûrement champion à la fin de cette saison, on peut constater que le chemin sera plus rude que prévu, et que le collectif parisien à encore du mal à se mettre en route.

Relatifs

From the web