thumbnail Bonjour,

Marseille accueille Paris dimanche soir pour le premier clasico de la saison. Si l'ambiance s'annonce bouillante en tribunes, les joueurs ont a coeur de le gagner.

Marseille doit rectifier le tir en championnat après la claque reçue à Valenciennes 4-1, lors de la 7e journée. Paris de son côté reste sur une victoire face à Sochaux, 2-0. Mais les joûtes européennes ont proposé différents scénarios pour les deux équipes. Si le club phocéen a battu Limassol 5-1, les Parisiens ont dû se résoudre à la défaite sur la pelouse de Porto, 1-0. Et les joueurs le savent : rien de tel que de gagner avant d'aborder ce genre de match. Alors, Paris menacé ? Pas si sur si l'on en croit ses joueurs ...

La victoire et rien d'autre

Il y a moins d'un an, le PSG s'inclinait largement 3-0 sur la pelouse du Vélodrome. L'histoire se répétera-elle cette année ? Les Parisiens n'y croient pas, et Javier Pastore en premier lieu dans les colonnes de France Football. "C'est un match qui va compter. On doit essayer de l'emporter pour passer devant. Mais ce sera difficile, rappelez-vous l'année dernière... Mais bon, cette année, on est en confiance (...). Oui, on peut perdre, bien sûr, mais plus comme l'année dernière. J'ai plutôt le sentiment qu'on va réussir un grand match." Et l'avis de l'international argentin est partagé par son coéquipier, Mamadou Sakho. Le défenseur estime que ses partenaires n'ont pas le droit à l'erreur, encore moins lors d'un clasico. "Il faut tourner la page et se concentrer sur le match du Vélodrome. Cette défaite (face à Porto, 1-0 ndlr) doit être une piqûre de rappel. Elle va nous aider à grandir pour avoir un PSG encore plus costaud. Le clasico est le match parfait pour se relancer. C'est un match intéressant avec beaucoup d'intensité. Il faut y aller en étant déterminé. Un clasico, cela ne se joue pas, ça se gagne." Les hommes de Carlo Ancelotti se savent attendus au tournant.

Parmi tous les matchs de la saison, le clasico a une saveur différente. Les joueurs sont scrutés, épiés plus que jamais. "Quand tu es Parisien et que tu affrontes Marseille… C'est le match que tout le monde attend. Les gens nous en parlent souvent. Les Marseillais ont perdu 4-1 ce week-end (7e journée, ndlr) contre une belle équipe de Valenciennes, mais nous savons que cela ne sera pas le même match. On va être attendu là-bas", est conscient Mohamed Sissoko. Pour certains parisiens, ce sera le premier clasico français de la saison. C'est la cas de Zlatan Ibrahimovic, maladroit en Ligue des Champions face à Porto cette semaine. "Ce Clasico va être un match excitant, surtout quand vous jouez à l’extérieur vous n’avez pas tous vos supporters avec vous. Cela vous donne encore plus de motivation, d’adrénaline, pour bien jouer, tout en conservant le contrôle. Il faut garder la tête froide, sinon vous pouvez commettre des erreurs, mais j’espère que ça sera un bon match, dans une bonne ambiance. Je n’ai encore jamais joué contre Marseille, mais j’ai entendu les gens en parler, et c’est un match que j’attends avec impatience", avait avoué le Suédois sur Téléfoot, dimanche dernier.

De l'engagement physique

Double buteur face à Limassol jeudi soir (5-1), Loic Rémy sait que Marseille aborde ce clasico dans de meilleures dispositions que le PSG. D'autant plus que les Olympiens jouent à domicile. "Nous, on prend match par match. C’est vrai que la première année où je suis arrivé, le clasico c’était vraiment dans toutes les têtes, j’en entendais parler de partout… Ça a une saveur particulière, c’est un match particulier, mais on ne va pas plus vite que la musique. Le match, c’est dimanche, on sera au taquet. Sans se mettre de pression supplémentaire. Dimanche, on sera dans la cage aux lions, et je crois très fort que l’on va gagner. J’ai déjà vécu des clasicos et je sais que ça va être un match rude. Mais si on prend le match par le bon bout et que d’emblée on impose notre rythme comme on l’a fait l’an dernier à domicile, ça va se passer comme il faut. Maintenant, c’est vrai que c’est une équipe qui joue bien au ballon, il ne faudra pas non plus être trop dispersé. Je m’attends à un match d’hommes, un match rude. On a tous les atouts pour répondre au défi physique."

L'attaquant français estime que ses partenaires ne doivent pas se focaliser sur l'effectif parisien. "Ce n’est pas des surhommes. C’est sûr qu’il y a de la qualité en face, mais on a déjà joué des matches de haut niveau, comme la Ligue des champions. Pour nous, ça va être un match de Ligue des champions, tout simplement. On en a déjà joué, on est préparé dans nos têtes pour jouer ce genre de rencontres. C’est un des matches de l’année." Même son de cloche chez Elie Baup. L'entraineur marseillais s'attend à une rencontre de haut vol au Vélodrome. Mais il avertit ses joueurs : le collectif devra prendre le dessus sur l'individualisme. "C'est une équipe qui avance un peu plus à chaque match et notre réponse devra être collective. A ce niveau-là, on a un temps d'avance sur eux par rapport à notre début de saison. Il faudra donc répondre par le collectif et le jeu." Une victoire de Paris permettrait au club de la capitale de se hisser à la première place du classement et de chiper ainsi la place de leader à son rival du soir. Le cas échéant, Marseille se relancerait en championnat et garderait au chaud sa place de leader pour quelques journées encore.

Relatifs