thumbnail Bonjour,

Ligue 1, PSG - Gameiro, réveil inattendu

Le PSG a obtenu son 4e succès d'affilée en championnat de France face à Sochaux (2-0), samedi lors de la 7e journée. Et le revenant Kevin Gameiro y est pour beaucoup.

La superstar suédoise Zlatan Ibrahimovic, meilleur buteur du championnat (7 buts), n'a pas trouvé le chemin des filets, une première pour lui sous le maillot parisien, mais le PSG a pu compter sur la richesse de son banc de touche pour faire la différence. Titularisé pour la première fois de la saison, Kevin Gameiro a saisi la perche tendue par son entraîneur Carlo Ancelotti en signant un doublé, maintenant son équipe invaincue. Une 5e victoire consécutive - toutes compétitions confondues – qui gonfle un peu plus le moral des Parisiens avant leurs déplacements périlleux à Porto puis Marseille la semaine prochaine. Déplacements qui étaient déjà dans l’esprit du coach italien, qui poursuivait sa revue d’effectif en offrant les premières titularisations de la saison à Sissoko et Gameiro. C’est le propre des buteurs de ne pas rater les occasions. Gameiro a su mordre dans l’opportunité offerte par son entraineur à pleines dents.

Costaud dans sa tête

Dans les faits, Gameiro ne concentrait pas toute l’attention de l’arrière garde doubiste qui préférait garder Ibrahimovic dans son viseur. Une aubaine pour l’ancien Lorientais qui multipliait ainsi les appels dans la profondeur. Pastore s’en est rendu compte. D’une belle ouverture, l’Argentin permettait à l’international français de prendre le meilleur sur Kanté puis de glisser le cuir entre les jambes de Pouplin (1-0, 11e). Une vingtaine de minutes plus tard, il doublait la mise en reprenant victorieusement un centre rasant de Maxwell (2-0, 33e). Gameiro a su mordre dans l’opportunité offerte par son entraineur à pleines dents.

A la fin de la rencontre, alors que Kevin Gameiro répond aux questions des médias, Guillaume Hoarau surgit. « Ne l’enflammez pas », rigole l’attaquant réunionnais. Pour Kevin Gameiro, réduit à un rôle de doublure cette saison après avoir failli partir à Valence cet été, le doublé contre Sochaux est une bouffée d’oxygène après des mois de disette et une semaine marquée par un deuil familial. Il faut que je continue comme cela. « Je ne dois rien lâcher. Il y a des moments où il faut savoir saisir sa chance : c’est ce que j’ai fait ce soir.J’ai pensé à mon oncle ». Gameiro revit, lui qui n’a pas depuis le 11 mars et une victoire à Dijon (2-1). « C’était très long. Mais dans une carrière, on vit parfois ce genre de moments. Il faut être très costaud dans sa tête. Ce doublé, c’est la récompense de mon travail : je n’ai jamais rien lâché et j’ai toujours cru en moi. » A lui de confirmer dans les semaines à venir. En aura-t-il seulement l’occasion ?


Relatifs

From the web