thumbnail Bonjour,

L'entraîneur de Lorient Christian Gourcuff a avoué en conférence de presse que l'objectif restait le maintien.

Christian Gourcuff, pour la première fois dans l'histoire du club, Lorient est invaincu après six journées. Certes il y a eu l'élimination en Coupe de la Ligue mercredi, mais on imagine que cela n'a pas entamé votre satisfaction ?
On a eu une petite déception avec la Coupe de la Ligue, oui, mais bon, on n'a pas perdu, et on reste sur une bonne dynamique. On a aussi des perspectives intéressantes parce qu'on n'a pas encore pu aligner l'équipe type. Maintenant, c'est l'absence d'Alain Traoré... On reste quand même échaudés par de bons débuts et des saisons qui se compliquent après, alors on reste très prudents. J'espère qu'on aura moins de blessés que la saison dernière mais ça n'a pas très bien commencé non plus... On a eu aussi beaucoup de suspensions, c'est à prendre en compte. Sur le plan de la qualité de jeu, même si on n'a pas encore de match-référence, on a vu des séquences qui laissent espérer une marge de progression, donc c'est intéressant.

A quoi tiennent les bons débuts de saison de Lorient ?

Quand on prend tous nos débuts de saison depuis 2006, depuis qu'on est en L1, c'est pratiquement le même scénario, donc il y a quand même des raisons objectives. Ça tient à notre préparation, physique, mais aussi globale, collective. Elle est souvent plus longue que les autres, on a repris les premiers cette année.

Lorient 4e de Ligue derrière des clubs comme Marseille, Paris, ça vous inspire quoi ?
Je ne regarde pas la place, mais les points. L'objectif est d'assurer le maintien et d'avoir cette marge de sécurité qui nous permet de jouer, sereinement. Pour le reste, c'est évidemment plus plaisant de jouer des affiches, d'aborder les matches avec des perspectives intéressantes. Là, on sait à chaque fois qu'on peut intégrer le podium, c'est qui est forcément motivant. Mais ce n'est pas l'élément essentiel.


Il y a quand même de quoi voir dans cette 4e place une vraie signification quand on voit que vous avez déjà affronté Paris, Montpellier ou Rennes.
Sauf que Rennes est en position de relégable, peut-être aussi parce qu'on les a battus... Montpellier n'est pas bien non plus... C'étaient des adversaires de qualité, mais bon, traditionnellement, on fait meilleure figure contre des équipes qui ont un certain standing. Nos difficultés, on les connaît face à des équipes plus faibles où on tombe dans un jeu plus débridé, moins structuré, un football de combat.

Typiquement ce qui pourrait vous attendre à Evian samedi.
C'est une équipe déjà au pied du mur qui, évidemment, joue le maintien. Le type de match où il faut répondre avec nos armes. Un football d'engagement, avec beaucoup d'impact, et l'année dernière, c'était typiquement le genre de situation auquel on n'a pas su faire face.

On a souvent eu l'image d'une équipe de Lorient qui ne passe pas l'automne. Mais cette saison, entre le recrutement, la qualité de jeu et le classement, n'y a t-il pas des raisons d'aller chercher plus que le maintien ?

Les stats au bout de six matches ne sont pas significatives. Pour le reste, c'est toujours la qualité de notre jeu collectif, au sens large, c'est à dire avec la solidité et la créativité, qui nous permettra d'avoir des ambitions. Ces ambitions chiffrées viendront d'elles-mêmes, on ne cite pas de limite haute, la limite basse étant le maintien.

Relatifs