thumbnail Bonjour,

Du but incroyable du portier du TFC, à la confirmation de l'OM et du PSG, retrouvez les enseignements de la sixième journée de Ligue 1.

 
LE TOP : Le PSG carbure

Après des débuts timides en championnat, le PSG n'a plus à rougir de ses performances. Les hommes d'Ancelotti carburent et sont allés pulvériser Bastia (4-0) samedi, lors de la 6e journée de Ligue 1, afin de monter - enfin - sur le podium (3e). Et le suspense n'aura pas duré longtemps pour les Corses, effrayés de se prendre une flopée de but. Dès la 6e minute de jeu, Ménez, bien servi par Ibrahimovic, a ouvert la marque pour son premier but de la saison. L'attaquant international suédois ne s'est pas arrêté là et a ensuite inscrit un doublé, portant son compteur à sept réalisations en cinq matches. Phénoménal. "Il a un pourcentage de buts exceptionnel, s'est félicité son entraîneur Carlo Ancelotti. Il peut avoir deux opportunités et mettre deux buts. Mais il est aussi très important pour les autres, Ménez marque sur une passe d'Ibrahimovic". Les Parisiens ont donc enchaîné une quatrième victoire consécutive, toutes compétitions confondues, et confirmé leur grande forme affichée face au Dynamo Kiev mardi en Ligue des champions (4-1). De bonne augure avant le Clasico face à l'OM dans deux semaines !

LA SURPRISE : Reims sur un nuage

Qui aurait parié sur la bonne entame de saison de Reims ? Le promu étonne, le promu impressionne ! Grâce aux buts de Courtet et Diego (sur penalty), les homme de Hubert Fournier ont signé une importante victoire sur Nancy (2-0), leur troisième succès de rang à domicile. Du coup, Reims se hisse à une surprenante 5e place, à seulement deux points du PSG, alors que les lorrains s'enfoncent dans la zone de relégation. Réalisme, efficacité, les Rémois semblent avoir compris les secrets du championnat de France. Le coach du promu préfère néanmoins garder les pieds sur terre. "Cinquième au classement à la sixième journée, ça ne compte pas. Ce qui m'intéresse, ce sont les points d'avance sur le premier relégable. On va faire comme les écureuils, prendre les points maintenant, et quand les mauvais moments se présenteront à l'hiver, on aura notre petit matelas", a confié Fournier après la rencontre.

LE FLOP : Troyes recherche une première victoire

Si Reims cartonnent, l'autre promu connaît en revanche beaucoup plus de difficultés. Durant ce duel entre deux concurrents direct pour le maintien , c'est Sochaux qui a pris le dessus en s'imposant largement face à Troyes (3-1). « On gère bien la première période, mais malheureusement, on se tue nous-mêmes en dix minutes. C'est l'apprentissage de la Ligue 1. L'expulsion de Jean-Christophe Bahebeck nous casse le match. A dix contre onze, on n'avait plus les moyens d'inquiéter Sochaux », confié Jean Marc Furlan après la rencontre. Si les Doubistes respirent un peu mieux (13e) avec ce deuxième succès d'affilée, l'Estac recherche toujours sa première victoire. Toujours lanterne rouge, il devra impérativement décrocher sa première victoire de la saison à l'occasion de la venue de Toulouse le week-end prochain, afin de pas trop se laisser distancer.   

LA DECEPTION : Montpellier et Lille ne gagnent toujours pas


Lille (1-1 contre Lyon) et Montpellier (1-1 face à Saint-Etienne) ont de nouveau calé ce week-end. Décevant pour des équipes qui ont terminé dans le trio de tête la saison dernière. Le LOSC, bien meilleur dans le jeu que mercredi face au BATE Borisov en Ligue des champions (1-3), s'est un peu rassuré. Face à l'OL, les hommes de Rudi Garcia ont dominé les débats après avoir rapidement ouvert la marque par Roux (7e). Mais ils ont été incapable de confirmer leur domination en doublant la mise. Bilan ? Toujours aucune victoire dans leur Grand Stade et une 12e place au classement. Le constat est le même du côté de Montpellier, qui n'a toujours pas gagné à domicile cette saison. Les Champions en titre, qui sont revenus au score face à Saint-Etienne (1-1), siègent actuellement à une indigne 16e place au classement. René Girard a néanmoins regretté d'avoir dû rejouer seulement trois jours après son match face à Arsenal en Ligue des Champions. "Je préfère prendre un point que rien du tout. Je persiste à dire que ce n'est pas bien de faire rejouer une équipe 24 heures avant les autres. Après un match difficile, ce n'est jamais facile de se remettre dans le bain. On n'est pas en réussite. Ce n'est pas dû seulement à l'avant-centre, c'est dû un peu à tout le monde. Il nous manque un peu de sérénité en ce moment. Un peu de pression, un peu de tension. Je ne suis pas parano. Je constate simplement qu'il y a un problème d'équité. On a joué Arsenal, une des meilleures équipes en Europe, on n'a pas joué les Pink Floyd de Kiev. Et on a moins de temps de récupération. Ça plaît ou ça ne plaît pas, c'est comme ça. Je savais que le match face à Saint-Etienne serait compliqué. On s'est battu avec nos armes. Je suis fier de mes garçons. On est allé accrocher ce nul. On va attendre des jours meilleurs".



LE CHIFFRE : 6, où va s'arrêter l'OM ?

Qui pourra arrêter l'OM ? Même épuisés, les hommes d'Elie Baup continuent d'enchaîner les succès. Malmenés en seconde période, fatigués par leur match à Fenerbahçe, ils sont quand même parvenus à décrocher un succès (1-0) face à Evian/Thonon dimanche. Bilan ? Six victoires en six matches de Ligue 1.  Jamais le club phocéen, qui compte déjà 4 points d'avance sur l'OL (2e) et 6 sur le PSG (3e), n'avait réalisé une aussi bonne entame du championnat. Un record sur lequel l'entraîneur ne préfère pas s'attarder. "On n'en parle pas, on parle des points, on sait qu'il faut les prendre car on aura des moments délicats. Mais tout ça est trop tôt, ce sont des statistiques, ces points vont surtout servir à franchir des étapes difficiles. Ce soir, je retiens surtout que les joueurs ont fait appel à des valeurs psychologiques, à leur coeur, à leur volonté, et je leur dis bravo". Pour les récompenser, Elie Baup a décidé d'accorder deux jours de repos à ses troupes.

ON A ADORE : Ali Ahamada et son but hallucinant !

La sixième journéer de Ligue 1 a été illuminée par le but du gardien de Toulouse ! Les hommes d'Alain Casanova ont en effet décroché le point du match nul in extremis face à Rennes (2-2) samedi, et d'une manière particulièrement insolite. C'est le gardien du Téfécé, Ali Ahamada, qui a pris ses responsabilités pour décrocher cette égalisation d'une reprise de la tête renversée, dans le temps additionnel. Incroyable. Un fait rarissisme puisque le dernier but inscrit par un gardien en Ligue 1 remonte à celui de Wimbée avec Nancyen 1996. "J'avais eu un flash dans ma tête que j'allais marquer et qu'après j'allais aller voir le public", a expliqué le gardien toulousain, juste après le coup de sifflet final. "Personne ne m'a réellement marqué. Ben Yedder me donne un super ballon bien dosé, je la prends avec l'arrière du crâne... En étant menés 2-1, j'avais tellement la rage de vaincre et cette détermination de revenir au score que je m'imaginais en train de marquer et de célébrer".Le TFC conserve ainsi sa 7e place, alors que Rennes reste coincé dans la zone de relégation.

 

Relatifs

From the web